Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 13:34

 

"Ce n est pas nécessaire que tu te grattes la tête en lisant ces lignes en ce moment... 
Laisse l'écoute se faire simplement . 
Tu n'as même pas besoin de t identifier à l'écouteur. 
Mon sentiment est que quelque chose t'a emmené ici .
Une envie , ... une impulsion. 
Nous n'avons pas besoin d'y travailler si durement.
Cela en soi... porte le pouvoir de révéler ce mystère à soi-même... 
On nous a enseigner dans l'erreur sur ces choses là , que l'on doit acquérir , on doit pousser , se battre... 
et on passe à coté d'une vue très simple .
Et même si dans ce corps , dans ce mental , il y a une sensation de brûlure , ou une étincelle de malaise , c'est ok . 
Ca peut aussi être un mouvement de Grace... 
Tu n'as pas besoin de toujours essayer de comprendre. 
Cela fera le travail tout seul. 
Certaines choses se résolvent toutes seules.
On est complètement naturel dans notre être.
Ce n'est pas quelque chose que tu dois acquérir , c'est déjà là. 
Ce n'est pas ton boulot d' équilibrer cet univers.
Ton être est en parfait équilibre tu vois ? 
Mais très facilement , ... presque comme un reflexe , on se retourne vers une façon de penser fatigante, et vers des pensées qu'on croit être la vérité. 
Et d'une certaine façon , il semble que croire à ces pensées , les garder , suffoque ta spontanéité. 
Mais à la fin , cette vérité ultime , ne sera jamais ternie.
Voilà ma bonne nouvelle. 
Cela parait seulement comme ça ... 
Et comprends le bien ! Tu peux souffrir à cause des apparences...
Nous souffrons des apparences ... pas de la vérité.
On ne peut pas souffrir de la vérité .
C'est parfaitement naturel pour nous d'être heureux . Et d'être en paix.
Ce n'est pas quelque part à l'extérieur de toi que tu dois aller la chercher. 
Mais dans le voyage , du jeu de la Conscience , ... tu pourras faire énormément de voyages. 
Une sorte de maturation interne se fait toute seule...
Cela semble un mystère . 
Mais... la liberté est notre nature. 
Et "parfois" , tu ressens un malaise, un bruit interne , et encore le mental se précipite pour l'interpréter .. " ouille ! il y a quelque chose qui cloche! " ... 
Mais ce n'est pas ça , c'est là juste pour libérer quelque chose.
Et parfois , simultanément ... une paix profonde est là , avec toi.
A la fin , cette vérité essentielle ne sera jamais ternie. 
Cela semble juste ainsi . 


MOOJI


https://www.facebook.com/jefumejeboisjemeveil/?ref=py_c

Mooji: "Cela semble juste ainsi."
Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 11:38
Humour du jour.
Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 10:35

 

"La conscience impersonnelle, l'expérience de la non-identification, la sortie du rêve; appelez cela comme il vous plait, est encore un rêve faisant partie du manifeste! Le Soi n'est pas la fin. Il y a la conscience croyant à son histoire d'attachement avec les mécanismes qui composent son expérience "d'être quelqu'un" et cette expérience est composée d'émotions, de l'impression de vivre en tant qu'un moi faits d'histoires à propos de lui. Puis cette expérience peut éclater et laisser la conscience sans attachement. Un regard limpide a lieu tout seul, partant de la conscience non plus identifiée à des histoires. Ayant retourné son regard sur elle-même, elle se sait consciente d'être consciente et voit l'histoire du moi pour ce qu'il était, un rêve. 

Pourtant ce nouveau regard impersonnel, dépossédé des histoires du moi est encore un rêve, une expérience, cette fois l'expérience de la pure consciente auto-réfléchie en elle-même...et ce rêve impersonnel doit lui aussi éclater en milles miettes, disparaître, se fondre...
La totalité du manifeste inclus l'expérience personnelle d'être quelqu'un et celle impersonnelle de n'être  personne de n'être que conscience, vision sans personne qui s'attribue ce qui est vu. Ce n'est pas que l'éclatement du rêve d'être quelqu'un plonge l'être dans la réalité de la conscience non identifiée, la conscience non identifiée fait aussi partie du rêve du manifeste! 

À partir de l'expérience impersonnelle de n'être que vision sans histoire, il peut surgir aussi (ou pas) une sorte d'anti-experience ultime où la conscience impersonnelle et non identifiée se fondra dans le non-manifeste. Le néant. C'est du néant d'où tout surgit et le Soi qui est l'experience de la conscience sans moi fictif personnel fait partie du manifeste et à son tour disparaitra. 
C'est alors un méga écrasement du manifesté avec/contre le non-manifesté. Étrangement plus rien n'existe ni n'existe pas dans cette "expérience" et un nouveau regard peut en émerger par la suite, cette conviction viscéral que notre véritable nature est d'être le néant à l'état pur, sans rien d'autre puisqu'englobant tout ! ...cela change complètement le pôle intérieur à partir duquel la conscience vivait son expérience identifiée ou pas...le ressenti impossible à décrire, est d'être un immense trou noir, ceux-là même qui dépassent l'entendement des scientifiques...

Nous ne sommes pas l'effet, le monde manifeste et sa conscience qu'elle soit identifiée ou pas, nous sommes la source, le néant qui façonne tout le manifeste en son propre sein...puisque rien ne peut véritablement sortir de "là"...

Par la suite, mais uniquement par la suite, quelle est l'importance d'apparaître en tant que conscience identifiée ou non identifiée ? C'est la grande liberté de ne plus avoir de préférence dans l'apparition du grand rêve de la manifestation. "

 

 Christine Morency 

 

https://ecritsdabsolu.blogspot.fr/

Christine Morency :"Néant."
Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 10:31
Image-citation du jour.
Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 10:29

 

"La vie n'a pas besoin que tu l'acceptes.
La vie t'accepte complètement dans le moment, y compris le fait que tu ne l'acceptes pas à cet instant, tout comme l'océan accepte chaque vague comme lui-même, quelque que ce soit sa façon d'apparaître. 
Cesse d'essayer de "créer" l'acceptation, et cesse de rejeter la non-acceptation, et plonge profondément dans l'acceptation déjà présente, l'acceptation inconditionnelle que tu as toujours été..."


Jeff Foster

 

https://www.facebook.com/Jeff-Foster-La-Divine-Pagaille-1690744887880007/

Citation du jour.
Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 10:26
Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 09:58

 

"Revenons sur le concept "il n'y a personne".

Le paradoxe est le suivant : La constatation du fait qu'il n'y a personne est faite par qui/quoi ? Parce que ce serait complètement stupide de faire semblant que c'est impersonnel et que c'est la vie qui parle, qui affirme, qui déclare qu'il n'y a personne. La vie n'est pas un sujet, c'est un objet, c'est l'ensemble des choses vécues et de ce qu'il se passe naturellement, c'est de l'énergie pure, c'est toujours appréhendé par un sujet qui vit la vie, la voit, l'explore et en jouit ou pas. Il y a donc bel et bien quelqu'un qui affirme qu'il n'y a personne...

Ce ne peut pas être quelque chose, Cela, Soi, ou n'importe quoi du genre qui affirme qu'il n'y a personne, car pour simplement le constater et le dire, ça prend un sujet !!!  C'est ce que l'on dit dans le club des "éveillés", il n'y a personne,  mais bien que ce n'est pas faux, ce n'est pas complet.

Le fait tout simple qu'il n'y a personne, cette constatation vécue de première main, le fait de le vivre apporte automatiquement l'intime et très vivante sensation de la Présence à Soi. À soi-même !! Non pas à soi en tant que quelque chose d'extérieur qui me fond dessus, à soi-même en tant que sujet ultime, non entaché et non identifié par les mécanismes et conditionnements inventés qui composait la personne, celle-là même dans la constatation du "il n'y a personne".

Dire "il n'y a personne" et en rester là sans s'apercevoir qu'il y a bel et bien encore un sujet "je" pour exprimer cela, c'est être scotché dans une dimension de conscience ultra froide, là où il n'y a plus d'interaction avec la matière, avec le relatif, avec ce qui compose le vivant....et pour l'avoir vécu, cela peut devenir très drastique et demander une énergie énorme pour maintenir cet espace où un retrait d'avec le monde et tout ce qui compose le JE dans toutes ses facettes est maintenu. Il est même possible d'endormir en soi la sensation intime du vivant, d'être sujet premier, unique et individuel.

Être sujet JE, se reconnaissant et vivant intimement la présence consciente à soi-même n'a rien à voir avec le je/moi psychologique qui lui s'attribuait une vie qu'il voulait façonner à sa manière. C'est cette partie là qui disparait dans le "il n'y a personne", et non pas le sujet pur Je, qui lui descend directement de la Source qui ne pouvait faire autrement que de s'extraire d'elle-même pour expérimenter.

Plus ce Je ultime est reconnu comme étant très intime et nul autre que Moi (je met la majuscule pour discerner d'avec le moi psychologique), plus la Présence est connue comme étant nul autre que Moi. Moi est impersonnel mais il existe, il est ben et bien là vivant ! Si toute intimité d'avec soi disparaissait suite à la réalisation qu'il n'y a personne, il ne resterait que des robots mécaniques, des corps avec aucune constatation possible de son fonctionnement. Il ne resterait que des robots qui ne pourraient même pas affirmer qu'il n'y a personne ! Je suis étonnée de voir à quel point ce paradoxe est non seulement mal compris mais combien est véhiculé de travers ce concept de "il n'y a personne". Le chercheur reste avec une attente fébrile de disparaitre mais aussi une grande peur de ce qu'il deviendra, convaincu que l'état de cette réalisation est tellement impersonnelle que toutes sensation d'intimité et de présence à soi disparait. Y a de quoi avoir peur ! ....il est d'autant mélangé que par la suite on lui parle de Présence, de Soi, etc...comment conjuguer le fait de devenir complètement impersonnel avec le fait de vivre comme Sujet ultime ? se demande t-il.

Le sujet ultime Je ne pourra jamais être à part de ce que je suis intimement....à méditer par tous ceux qui se croient et se sentent disparus dans un no man's land consciemment froid au point de pouvoir affirmer qu'ils n'existent pas sans ressentir qu'ils doivent bien pourtant être le sujet de première main puisqu'ils sont capables d'affirmer ne plus exister...:)

 

Christine Morency

 

https://ecritsdabsolu.blogspot.fr/

Christine Morency: "Je suis moi."
Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 09:55
Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 09:52

 

« Le mental fait que nous ne sommes pas maintenant,  parce que le passé vient colorer le maintenant et projeter ses craintes  et ses espérances sur le futur. Quand vous serez libre du passé, je  peux vous promettre que vous serez libre aussi du futur. Le mental fait  que nous ne sommes pas ici, parce que le mental introduit une  comparaison avec autre chose que ce qui est là; il crée «un second», une super-imposition.  La vigilance, seule, permet d’échapper au mental; la vigilance, seule,  permet de revenir, instant après instant, à la seconde qui est là pour  la vivre dans la vérité. Que de milliers de secondes vous avez laissé  échapper, sans même tenter de les vivre de façon juste ! Tout est  possible au mental. Il n’y a jamais qu’une seule vérité mais des  milliards de mensonges possibles.»


 Arnaud Desjardins,

 

Le vedanta et l'inconscient,

https://www.facebook.com/vivrenpresence/

Arnaud Desjardins: "Vigilance."
Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 09:50
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens