Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 10:12
La Vision sans tête (voir article qui suis) ça décoiffe. "  signé Mona Lisa

La Vision sans tête (voir article qui suis) ça décoiffe. " signé Mona Lisa

Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 10:01

 

"Ramana Maharshi, l‘incontestable expert hindou de la recherche du Soi au XXe siècle, a déclaré :

«Voir Qui vous êtes est plus évident que voir une groseille dans la paume de votre main. »

Quoi de plus évident que de voir une groseille, ou un fruit équivalent selon l’endroit où vous vivez, dans la paume de votre main ?

À peu près rien.
Ramana avait-il raison ?

Vérifions avec l‘une des expériences¹ de Douglas Harding. S’il vous plaît :


1 . Désignez de l’index vos pieds et observez-les attentivement là-bas.
2 . Désignez de même vos genoux et observez-les attentivement là-bas.
3 . Désignez de même votre poitrine et observez-la attentivement là-bas.
4 . Désignez de même votre tête et voyez l’absence – oui, parfaitement, l’absence – de toute tête ici.

 

Rien de plus simple que ça, non ?


Bien évidemment je ne vous demande pas d’imaginer qu‘en désignant du doigt votre tête vous allez voir son absence et/ou la votre. Je vous demande de prendre le temps et de faire l’effort (aussi minime soit-il) de regarder réellement. Vous connaissez l’analogie de la différence entre lire le menu et déguster le repas, ou entre feuilleter une brochure touristique d’Hawaï et y passer deux semaines allongé sur des plages de sable blanc en sirotant des margaritas (houps … du jus de fruits !) ? Il en est de même avec les expériences. Se contenter de lire la description du geste de pointer votre absence de tête – la croire sur parole ou l’imaginer – reste très éloigné de l’expérience de la voir réellement. C’est la vision, la perception visuelle, qui compte, et absolument pas le concept ou la représentation. Donc, si vous n’avez pas effectué réellement ce geste auparavant, vous pourriez peut-être le faire maintenant. Lire ce texte sans vérifier par vous-même ses propositions ne vous apportera pas grand chose.
Peut-être penserez-vous que je confonds notre incapacité à voir nos têtes directement, du fait de la présence des organes de vision à l’intérieur, avec la perception de leur véritable absence. En d’autres termes, l’absence que nous voyons n’est qu’une simple tache aveugle physique. Nous avons tous des têtes là où nous sommes ; nous sommes seulement particulièrement mal placés pour les voir.
Pour lever cette réserve, il s’avère utile de distinguer la façon dont les autres nous voient de notre propre perception de nous-mêmes. Lorsque nous nous imaginons tel que les autres nous voient (ou quand nous nous regardons dans un miroir, ce qui en principe revient au même), nous avons évidemment une tête. Il s’agit du point de vue extérieur, indirect, celui de la troisième personne sur nous-même, le point de vue de là-bas, à distance, et en tant que tel il est parfaitement légitime. Mais ce n’est pas le seul. Le point de vue intérieur, direct, en Première personne, le point de vue d‘ici à zéro distance, révèle assez clairement l’absence de tête, et il est tout aussi valable. Ce n’est que lorsque nous avons choisi l’option retenant le point de vue extérieur comme seul valable, décidant que si nous pouvions réellement nous voir nous nous percevrions exactement comme les autres nous voient, à savoir couronné d’une tête sur les épaules, que ce point de vue intérieur semble déficient.

 

Mais, du point de vue de la Première personne, c’est justement cette hypothèse que nous sommes dans une tache aveugle quand il s’agit de nous voir nous-mêmes qui constitue le véritable angle mort. Le maître zen Huang-Po est limpide à ce sujet. Se référant à la vision directe de l’absence, il déclare sans ambiguïté :


« C’est ce que vous voyez devant vous ; commencez à raisonner sur cela, et vous voilà aussitôt dans l’erreur. »


Lorsque nous raisonnons, que nous appliquons à nos vies l‘hypothèse erronée que nous ne pouvons pas nous percevoir immédiatement, que les autres disposent du seul point de vue légitime, que nous ne pouvons que l’imaginer dans un deuxième temps, alors nous commettons l’erreur fatale de fermer les yeux à la vision authentique de notre absence, cette évidence qui nous pend au nez.»

 

David Lang (frère de Richard)

 

http://volte-espace.fr/les-experts-ont-ils-bien-pige-le-truc-25-david-lang/

David Lang: " L’erreur fatale de fermer les yeux à la vision authentique de notre absence,"
Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:57
Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:54

 

"Le sentiment "je suis" est universel.
Tous les êtres se connaissent en tant que je.
Personne n'a eu à t'apprendre cela.
Je, c'est ton nom.
Je, c'est la conscience.
Je, conscience, suis.
On dit aussi que c'est le nom de Dieu : "Je Suis".
C'est là un état très élevé.
Le parfum de cet état, on l'appelle sat-chit-ananda,
qui est le sentiment de l'existence,
la conscience de l'existence,
et la joie qui naît de la conscience de l'existence :
la félicité qui naît, la félicité d'Être.
Mais il en est un qui perçoit la félicité,
le témoin et les choses dont ce dernier est témoin,
mais sans en être troublé.
Tout cela n'est que son jeu.
Même la voix qui commande : "Sois" et qui fait advenir les choses,
naît de l'Absolu.
Il est l'Unique."


 Mooji

Mooji: "Il est l'Unique."
Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:52
Image-citation du jour.
Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:50

 

« Il y a peu d’événements dans une vie. Les guerres, les fêtes et tout ce qui fait du bruit ne sont pas des événements. L’événement est la vie qui survient dans une vie. »

Christian Bobin

Citation du jour.
Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:48
Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:43

 

"Aujourd’hui, deux modes de vie sont possibles : consommer ou communier « Comme au Paradis, je peux communier avec l’Être à travers les êtres, un paysage, un visage. Ou alors je peux tomber dans un état de consommation de l’autre, de la terre, de la matière. Et qui dit consommer, dit consumer » Mais alors, comment retrouver, au-delà de la consommation, la communion ? « En réalisant que l‘important n’est pas la quantité, mais la qualité par laquelle on communie avec l’Être. Et cela suppose que les choses ne soient plus des idoles que l’on accumule. » Se nourrir, faire une rencontre, apprendre quelque chose, deviennent ainsi de précieux moments de communion avec la vie. « Arrive un moment où l’on en a marre de consommer et où l’on revient à l‘essentiel. On mange moins de nourriture mais on la savoure. On a moins de relations, mais on les approfondit. C’est là qu’on se rend compte que l‘on est plus riche de ce que l’on donne que de ce que l’on a. »

Et lorsqu’on entre dans cet état de reliance à la vie, il arrive que des signes viennent nous guider. « L’invisible englobe le visible. Ces signes prouvent que la lumière est là.
Le premier enseignement de Jésus est la métanoïa, qui signifie passer au-delà du mental En arrêtant de vivre sans cesse dans les mots et les représentations, nous revenons à la réalité, à la présence des choses. Nous ne projetons plus nos idées, mais regardons simplement. » La sagesse n’est ainsi pas seulement théorique, mais sensorielle.

« Rien ne sert d’accumuler les livres, une seule citation peut suffire à communier avec la pensée de l’auteur… » Et peut-être même à entrevoir le paradis !"


 

Jean Yves Leloup


http://www.jeanyvesleloup.eu/le-pelelrin-ne-sait-pas-toujours-ou-il-va-mais-le-chemin-lui-le-sait/
 

Jean Yves Leloup: "Consommer ou communier."
Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:41
Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:33

 

« Ce n’est pas une « peak experience ». C’est plutôt une expérience de vallée. … ce n’est pas une affaire d’émotion. C’est une affaire de perception simple, directe, accessible même quand je suis d’une humeur de chien ou que j’ai mal à l’estomac. C’est même encore plus accessible quand j’ai un problème. »

Douglas Harding 

 

« On croit à tort que l’évolution humaine s’achève dès lors qu’advient l’éveil. En réalité, elle ne fait que commencer. »
« En réalité, le processus d’éveil est présent en permanence mais, peu soucieux de découvrir notre véritable nature, nous sommes trop peu réceptifs pour qu’il agisse en nous. » 


Yvan Amar


«L'état d'éveil n'est pas particulièrement difficile à atteindre. Nous y accédons à plusieurs reprises dans le cours d'une journée ordinaire, mais nous n'avons pas généralement l'attention nécessaire pour reconnaître de tels moments


E.J.Gold

 

"S’éveiller à Soi, c'est découvrir l’Évidence. Cette Évidence nous échappe car nous accordons beaucoup d'importance à nos croyances. Si vous vous interrogez ici et maintenant à propos de qui vous êtes, vous pourriez être étonné."

Claudette Vidal
 

Florilège de citations : "Passer à côté de l’Évidence."
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens