Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 09:00

shapeimage_1.png

               Son site internet; http://lagrandejoie.com/Accueil.html

 

"Laisse la connaissance te pénétrer à son rythme, comme elle le veut."

 


 

Citations:

 

« C’est se faire violence que de vouloir changer son monde. »

 

« On met le monde devant soi, et, comme on ne se reconnaît pas, on veut le modifier. »

 

 

« La Vie est comme une source d'eau vive qui jaillit et ne s'attarde pas aux questionnements. La lassitude et l'espoir appartiennent aux rêveurs. »

 

« Tout ce qu’on voit, c’est soi. »

 

« La pensée est commune. Le rêveur prend une partie de la pensée et se l’approprie. On individualise la pensée. »

 

« On veut percevoir la vie par soi-même. La vie n’a pas besoin de toi (de l’individualité) pour se percevoir. »

 

« La personnalité a un but; la Vie n'en a pas! Dans la perception directe, il n'y a pas la mémoire donc pas le souvenir d'une perception que j'aurais pu amener dans mes bagages pour m'en servir et désirer l'allonger. »

 

« Accueillir, c’est reconnaître que ce que vous voyez c’est vous. »

 

« Ce qu’on magasine (achète) dans le monde du rêve ce sont des bouts d’ivresse. »

 

« La Vie s’exprime quand elle veut et comme elle veut. »

 

« Le rêve n’est pas désagréable, mais reconnaissable qu’il ne sert à rien. »

 

« C’est toi, ton propre enseignant. »

 

« Les expériences dans le monde du rêve ont un début et une fin. L'aboutissement à une expérience est toujours cette sensation de vide, malgré l'interprétation que l'on en fait! »

 

« On peut rêver le rêve autant qu'on veut. »

 

« Je n’ai pas de mémoire qui s'accumule et qui sert... à rien! »

 

« C'est instantané, une relation humaine! Ça n'a pas besoin de préliminaires. »

 

« Le rendez-vous est avec vous-même, pas avec ce que je suis en train de vous dire. Il n'y a pas de modus operandi. »

 

« Un aveugle qui ouvre ses yeux, et qui voit, ne va pas les refermer et se dire qu'il n'a rien vu. Si tu regardes et vois tes illusions, tu ne peux plus y croire. »

 

« L'observateur est une partie de toi que tu projettes pour t'observer. »

 

« Le mental travaille toujours trop. »

 

« Tous les rêveurs sont condamnés à se réveiller. »

 

« Quand on prend l'entière responsabilité de ses illusions, ce n’est pas toujours le fun. »

 

« Q- participant : « Est-ce que la conscience jouit de ce qui est? »

R- Betty: « Demande-lui! » »

 

« Au sujet de l’atteinte de l’éveil : On ne peut pas tirer sur une fleur pour qu'elle pousse. (Louise) »

 

« Lorsque ça devient insupportable, on projette l’émotion à l'extérieur de soi parce que ça devient trop difficile de l'accepter comme faisant partie soi. »

 

« On ne rêve que de soi. »

 

« La seule chose que l'on a à faire c'est de regarder notre mécanisme et l'accueillir. »

 

« Si on cherche à atteindre un état, une position dans la société, un projet, etc., on crée de la distance entre ce que l'on est dans le moment présent et ce que l’on veut être dans le futur : c'est un but à atteindre. On est alors en conflit. On résiste à ce qui EST! La distance entre les deux est le temps pour y arriver! »

 

« La pensée a créé une dépendance à elle-même! Tu es attaché à ce qu'elle a créé, car tu acceptes que c'est toi! »

 

« Tant qu’il y a la croyance en la forme et en une possible relation avec elle, la Grande Joie sera absente. Et ce n’est pas l’être humain qui ressentira cette Joie, car la Joie EST bien avant la forme! »

 

« Ne te réduis pas à une identité, arrête de croire en ce conditionnement millénaire; c’est un piège, l’individualité! »

 

« Laisse tomber la croyance que tu dois comprendre, protéger ou contrôler cette belle créature : toi! »

 

« Tu n'es pas équipé pour dynamiter le mental! C'est impossible! Regarde-le! Mais pour vrai! Sans but, juste le grand rendez-vous….sérieusement! Pas avec un regard de côté! »

 

« Tu es l'esclave du temps car c'est la demeure de la mémoire! »

 

« L’être ne s’éveille pas : il arrête de rêver qu’il existe en tant que pensée individuelle et se fond complètement dans le tout. »

 

« La pensée a sa fonction qui est d'errer partout... Alors, qu'elle erre!!! »

 

« L'Amour ne veut rien, ne demande rien et ne donne rien. Il Est. C'est tout. »

 

« Dieu était pour moi une partie que j'avais projetée en dehors de moi et avec qui je négociais sérieusement. »

 

« Voir tout le monde comme un nouveau-né, i.e. avec le regard d'un nouveau-né, sans le bagage de jugements, d'histoires, etc. »

 

« Dieu est un concept. C'est plate pour lui! »

 

« On ne rêve que de soi. Il n'y a pas de distance entre ce qu'on voit et soi. »

 

« Expérimentez-le. C'est personnel. »

 

« Y’a rien à ajouter, rien à soustraire : c'est complet, englobant! »

 

« Les émotions, ce n'est pas le carburant du siècle. »

« Tu te promènes dans un cimetière (le passé) pour essayer de trouver la fraîcheur de la vie. La fraîcheur c’est l'instant! »

« La culpabilité c'est enfantin. C'est une émotion qui date du Moyen-âge, elle a macéré dans l'eau bénite! »

« C'est quoi cette nécessité de cataloguer, si ce n'est que pour se rassurer? La vie n'est pas divisée en milliers de morceaux. »

« Cette volonté de contrôler, c'est un manque de confiance … ou un surplus d'arrogance. »

« L’amour est sacré? La sexualité est sacrée? Les rituels sont sacrés? Ce n’est qu’une qualification de plus qui fait un fardeau de plus. »

« (extrait du texte "le funambule") le cerveau se donne l'ultime orgasme du rêve: l'impression de comprendre. »

« Le "moment présent", c'est devenu un chalet pour se reposer de la vie, alors que le moment présent, c'est la seconde qui amène l’autre seconde. Tu n’as pas le temps de délirer. Cette seconde-ci n’a pas besoin de références des précédentes secondes pour se renouveler. »

« Quand tu vois, les outils arrivent à la mesure de qui tu crois être. Et quand tu en as fini avec ces outils, jette-les!  Ce ne sont que des concepts! »

« Tu ne pourras jamais identifier ce qui est Vivant, ce qui Existe, la Vérité. C'est déjà passé. La Vie est en perpétuel mouvement. Tu ne vas pas en capturer une tranche, l'identifier et déclarer: voici la Vérité! »

« Arrête de te croire. Ça vient d'un système limité qui ne fonctionne pas. »

« Est-ce que tu peux accueillir que tu n'auras pas la satisfaction de savoir, de comprendre? »

 

Repost 0
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 08:50

 

220px-Hermann_Hesse_1927_Photo_Gret_Widmann.jpg

« Il n'y a pas d'autre dieu que celui qui est en vous.  »

 

 

« La tendresse est plus forte que la dureté, l'eau est plus forte que le rocher, l'amour est plus fort que la violence.  »


Son livre le plus célébre, livre de la génération hippie "Siddartha " a été adapté au cinéma.

Voila la version pour les anglophones (only, désolé):

 


 

 

Repost 0
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 09:48

img274.jpg

 

Qui médite ? Posez-vous d'abord cette question. Soyez le méditant. Alors la méditation devient inutile. 

 

Dès que vous commencez à méditer, les pensées vous envahissent et menacent d'engloutir celle qui fait l'objet de votre méditation.. Cette dernière doit être renforcée par une pratique répétée. C'est un combat auquel on ne peut échapper. 

 

La paix intérieure naît de la contemplation, quand les pensées ont disparu. Quand on a pris l'habitude, on ne peut plus se passer de la méditation. Elle se poursuit automatiquement même lorsqu'on travaille, que l'on s'amuse ou que l'on est endormi. Il faut en faire une habitude profondément enracinée; elle doit devenir naturelle.

 

 

 

 


 

 


 
Repost 0
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 10:19

Dreamland_vignette4.jpg

 

 

Et puis un jour je lis un article de Douglas Harding sur ce qu'il nommait "l'absence de tête", et quelque chose changea brusquement. Harding soulignait que Voir Qui Nous Sommes était simple, si facile que nous passons à côté. Et, en manquant de le reconnaître, nous érigeons des structures philosophiques et religieuses de tailles monumentales, cachant cela d'autant plus. Tout du long, cela se trouve pourtant Ici-même, plus proche que proche.

A ce moment-là je réfléchissais à l'ancienne histoire soufie à propos d'un Mollah Nasrouddin très agité, galopant en ville et s'écriant qu'il avait perdu son âne, jusqu'à ce qu'on lui indique qu'il était assis dessus.

                                                                   JC Amberchele "La Lumière que je suis" Ed Almora

 

Musique indienne à découvrir:  Advaita interprète Rasiya


 
Repost 0
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 21:54

Superbe satsang de Yolande:

 

 

 

 

 

« Le silence est l’équilibre absolu du corps, de l’esprit et de l’âme. L’homme qui préserve l’unité de son être reste à jamais calme et inébranlable devant les tempêtes de l’existence. “ 
 

Ce silence, c’est toute la beauté de la vie, en toi et en chacun de nous tous réunit, par la même lumière, celle de l’Amour…

 

Repost 0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 08:51

George Orwell, de son vrai nom Eric Arthur Blair, est un écrivain anglais né le 25 juin 1903 à Motihari (Inde britannique, aujourd'hui en Inde) et mort le 21 janvier 1950 à Londres.

Son œuvre porte la marque de ses engagements, qui trouvent eux-mêmes pour une large part leur source dans l'expérience personnelle de l'auteur : contre l'impérialisme britannique, après son engagement de jeunesse comme représentant des forces de l'ordre colonial en Birmanie ; pour la justice sociale et le socialisme, après avoir observé et partagé les conditions d'existence des classes laborieuses à Londres et à Paris ; contre les totalitarismes nazi et soviétique, après sa participation à la guerre d'Espagne.

Témoin de son époque, Orwell est dans les années 1930 et 1940 chroniqueur, critique littéraire et romancier. De cette production variée, les deux œuvres au succès le plus durable sont deux textes publiés après la Seconde Guerre mondiale : La Ferme des animaux et surtout 1984, roman dans lequel il crée le concept de Big Brother, depuis passé dans le langage courant de la critique des techniques modernes de surveillance. L'adjectif « orwellien » est également fréquemment utilisé en référence à l'univers totalitaire imaginé par l'écrivain anglais.

 

220px-George_Orwell_press_photo.jpg

 

 

 

Le travail physique épuisant,le souci de la maison et des enfants ,
les querelles, mesquineries entre voisins,les films,le football ,la bière,
le sexe et surtout le jeu formaient tout leur horizon et comblaient leurs esprits.
Les garder sous contrôle n’était pas difficile ,
Georges ORWELL 1948

 

Le film 1984

 

 


 


 

 


Repost 0
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 19:01

Réponse de Francis Lucille:

 


 
Repost 0
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 15:16

L'illusion du contrôle dans Kung Fu Panda:

 


 

 

 

 "Sois l'espace au centre, sois rien" de la serie Kung Fu:

 

 


 

"La peur de l'éveil, la peur de mourir, la peur de  l'impersonnel":

 (l'essentiel est dit dans cette vidéo, à voir et à revoir!!!!!!!!!!!!!!)

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by RV - dans film
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 22:23

thumbnail-copie-5.jpg

 

 

Ramesh Sadashiv Balsekar ou Ramesh Balsekar ou (25 mai 1917 - 27 septembre 2009) était un disciple du sage Nisargadatta Maharaj qui transmis son enseignement pendant vingt cinq ans dans son appartement situé dans la ville de Mumbai en bordure de mer, mais aussi par le biais de ses voyages au travers de l'Inde, de l'Europe et des États-Unis.

 

http://www.rameshbalsekar.com/

 

Sin and Guilt (Péché et culpabilité)

Monstrosity of Mind (Monstruosité du mental)

Ramesh Balsekar

 

La liberté est ce qui arrive quand la notion stupide et arrogante que nous contrôlons notre vie grâce à notre propre volonté s’écroule.

Tout ce qu’il y a, c’est la conscience.

Personne ne fait quelque chose.

Si une question arrive, si vous retournez à la Source, la base est que l’objet créé ne peut pas savoir la volonté du Sujet créateur et de plus, l’objet créé ne peut pas connaître la source et le fonctionnement du travail de la Volonté Divine et aussi, tout ce qui arrive peut seulement être en accord avec la Volonté Divine. Rien n’arrive, si ce n’est la Volonté Divine. Ca, c’est la base. Ainsi, si une question arrive, essayez de regarder la question en vous référant à cette base et je suis sûr que la question s’écroulera d’elle-même. Essayez. Si vous gardez ça en tête et mettez la question sur la base de cette base, la question, très probablement la plupart des questions s’écrouleront. Si une question demeure, vous me le direz.

A chaque moment, fais ce qu’il te plait, fais ce que tu penses qui doit être fait et profite de la vie ; jouir de la vie signifie accepter ce qui arrive à tout moment comme une chose voulue par Dieu, parfois agréable, parfois pas si agréable. C’est tout ce que quelqu’un peut faire. Mais le résultat, le plus important résultat pour l’objet créé est : sans fierté, sans culpabilité, sans haine, sans jalousie ni envie, la vie devient plus simple, vous voyez. C’est la seule chose que le chercheur peut attendre.

 « Sa volonté sera faite. »

« Il n’y a pas de « Moi » nécessaire. »

« Comme l’araignée fait sa toile en sortant ses fils de sa bouche, joue avec et ensuite les réabsorbe à nouveau en elle, ainsi le Seigneur éternel immuable qui est sans forme, sans attributs, qui est la connaissance absolue, sort l’univers entier de Lui-même, joue avec pendant un moment, et à nouveau les absorbe en Lui-Même. »

(Bhagavatam)

La réalisation du Soi ou Illumination n’est rien de plus que la compréhension la plus profonde possible qu’il n’y a pas d’acteur individuel qui agisse, ni vous, ni personne d’autre. Ainsi, vous n’êtes le penseur d’aucune pensée, ni l’expérimentateur d’aucune expérience – les choses arrivent.

La base
Définition de Concept, Vérité

La première chose que je dis quand un visiteur vient me voir, c’est que quoi que je dise, c’est un CONCEPT, pas la Vérité (religions, sages, livres sacrés ne parlent que de concepts). Un concept est quelque chose qui peut être interprété et donc accepté ou non par les gens. La « VERITE » est ce que personne ne peut décrire.

On peut douter de tous les concepts (rien…) mais la seule Vérité que personne ne peut nier est qu’il existe.
Cette conscience impersonnelle d’être, d’exister, personne ne peut la nier. C’est la seule Vérité.
En d’autres mots, « Je Suis » est la seule Vérité.
«Je suis RV, professeur,… » n’est pas la Vérité. La Vérité du « Je Suis » est couverte ou cachée par l’ego personnel de l’individu.

La simple identification avec le nom et la forme ne peut pas constituer l’ego parce que même un sage qui est supposé avoir eu son ego détruit, répond à son nom quand il est appelé, exactement comme une personne ordinaire. Alors, qu’elle est la différence entre les deux ?

Le sagea la totale compréhension sans le moindre petit doute que, comme dit le Bouddha, « les événements arrivent, les actions sont faites, mais il n’y a pas d’acteur individuel ».
La personne ordinaire considère qu’il ou elle est l’acteur de ses actions, et qu’il est responsable de ses actions, et donc que chaque personne est responsable de ses actions.
Le sage, lui, a la totale et absolue conviction que ni lui ni personne d’autre n’est l’acteur de ses actions, toutes les actions sont des actes divins à travers des organismes corps/mental et rien n’est fait par personne.

Qui vit, qui ressent alors ?
Nous pensons que nous vivons notre vie, mais en réalité, la vie est vécue à travers des millions d’organismes corps/mental.

La base de ce concept est que l’être humain n’est réellement rien de plus qu’un instrument programmé ou un ordinateur à travers lequel la Source ou l’Energie primale ou la Conscience ou Dieu (…) fonctionne et fait agir.

Quel est le programme de « votre » organisme corps/mental (OCM) et comment la Source utilise-t-elle l’ordinateur humain ?
L’héritage génétique et le conditionnement environnemental forme ensemble le programme de votre OCM.

Cela peut sembler choquant que l’être humain qui est supposé avoir été créé « à l’image de Dieu » soit réduit à un ordinateur programmé. Mais n’oubliez pas que l’être humain est un objet – une espèce d’objet au milieu de milliards d’autres espèces d’objets – qui forme la Totalité de la manifestation.

Ce qui fonctionne à travers des billions d’ordinateurs humains, c’est la Source ou l’Energie première, qui produit à travers chaque ordinateur humain exactement l’action qu’il est supposé faire en accord avec la Volonté Divine (ou Source) ou en accord avec les Lois Naturelles ou Loi Cosmique.

Mécanisme : Comment la Source utilise-t-elle l’ordinateur humain

 
 

Input : pensée

Output : action, émotion

 

 

 

 


L’« input », l’entrée des données, est une pensée qui vient de la Conscience, de la Source. Le cerveau répond à cet « input » sous la forme d’une réaction dans l’OCM. La recherche a montré que la pensée entrante arrive une demi-seconde avant la réaction de l’ego. Cela rend donc évident le fait que l’ego individuel n’a pas de contrôle sur l’input et, bien sûr, l’ego n’a aucun contrôle sur le programme (gênes + acquis, inné + conditionnement) de l’OCM qui dicte la réaction biologique ou mécanique. Malgré cela, l’ego appelle cette réaction « sa propre action ».

La Pensée est l’un des stimuli (input), les autres sont basés sur les objets auxquels les sens répondent (vue, écoute…) sur lesquels l’ego n’a pas de contrôle non plus.

Ce qui se passe, c’est que le cerveau réagit aux inputs dans l’OCM en accord avec le programme sur lequel l’ego n’a aucun contrôle. Malgré cela, l’ego dit que les réactions mécaniques sont « ses » actions.

La chose importante est que la réaction mécanique ou biologique dans l’OCM est exactement la même pour un homme ordinaire ou un sage. [Si l’input et le programme est le même, la réaction chez les deux personnes sera la même].

Il y a une grande mauvaise compréhension de ce qu’est l’Illumination qui « devrait » amener une transformation énorme grâce à laquelle le sage devient un être parfait sans colère, peur, frustration.
Encore une fois alors, qu’est-ce qui fait la différence entre le sage et l’homme lambda ?
La réponse est liée à ce qui arrive APRES la réaction première.
Exemple :
- L’homme ordinaire après la colère : l’ego reprend le contrôle et dit « je suis en colère, je ne devrais pas l’être, je dois la contrôler (le livre, le gourou, le docteur me l’a dit »). [L’ego de l’homme ordinaire est donc parfois heureux, le plus souvent triste à cause de l’implication de l’ego dans le temps horizontal.]
- Le sage : il se met en colère, et une fois la colère finie, il est ouvert à ce qui arrive au moment suivant.

Enlevez le chargement massif dans le mental des notions de péché ou de culpabilité, fierté et arrogance, haine et envie, et l’être humain devient un sage.

La Conscience non consciente d’elle-même soudain le devient, l’Energie primaire potentielle soudain s’active d’elle-même en en un instant (Big bang). l’univers entier, avec sa variété infinie, est né. La Conscience est immanente dans chaque atome et dans le même temps transcende la manifestation. A la fin de cette expression apparente, quand l’énergie activée s’épuise, la manifestation entière retourne à la Source, le non-manifesté.

1ère question de Balsekar au misérable chercheur : Que cherches-tu réellement ?
Il recherche la Paix = absence d’ego (sens d’être l’acteur) dans le sommeil profond.

L’absence d’ego peut arriver dans l’état éveillé s’il y a la conviction inconditionnelle qu’il n’y a pas  d’acteur individuel derrière les actions que font les OCM.

Acceptation
Cela signifie, en effet, une acceptation totale et inconditionnelle de « Ce qui est » à tout moment pour la simple raison qu’il n’y a pas d’individualité capable de faire quelque chose. Tout ce qui arrive est l’action divine à travers les OCM. Chaque action doit arriver à l’endroit et au moment où elle doit arriver, en accord avec la Volonté de la Source (ou Dieu)), ou si vous préférez, en accord avec les Lois Cosmiques.

-à Ainsi, pas de culpabilité ou de péché pour personne. Ce qui empêche la Paix d’être toujours présente, ce sont les pensées irritantes du type « Je n’aurais pas dû faire ce que j’ai fait » ou « J’aurais dû faire ce que je n’ai pas fait ».

L’acceptation totale des quatre mots simples : C’est « la Volonté de Dieu », amène cette paix intérieure parce que la signification de ces quatre mots – qui ne nécessite aucune interprétation – est que si quelque chose est arrivé ou pas arrivé, cela ne peut être que la Volonté Divine, et non parce que quelqu’un a fait ou pas fait quelque chose.

L’acceptation de la Volonté Divine si on en est capable (cela dépend aussi de la Volonté Divine) signifie le soulagement énorme du monstrueux chargement de péché (faute) et culpabilité dans le mental.

Les actions arrivent – il n’y a pas d’acteur individuel. Les actions arrivent par la Volonté Divine ; les conséquences qui en découlent sont aussi en accord avec la Volonté Divine. Volonté Divine peut être remplacée par Lois Cosmiques ou Lois Universelles.

Beaucoup de visiteurs acceptent ce concept de Lois Divines car ils en ressentent un grand soulagement. Mais le sentiment d’acteur (doership)/ responsabilité de leurs actions est si profondément ancré en eux que le concept de Volonté Divine n’est pas trouvé « pratique » (la vie de tous les jours avec ses choix et une société qui responsabilise).

Dans la pratique
A chaque moment, fais ce qui te plait, fais ce que tu penses qui doit être fait et profite de la vie. ; jouir de la vie signifie accepter ce qui arrive à tout moment comme une chose voulue par Dieu, parfois agréable, parfois pas si agréable. C’est tout ce que quelqu’un peut faire. Mais le résultat, le plus important résultat pour l’objet créé est sans fierté, sans culpabilité, sans haine, sans jalousie ni envie, la vie devient plus simple, vous voyez. C’est la seule chose que le chercheur peut attendre.

Fais ce que tu crois qu’il faut faire suivant tes critères. Prends des décisions. Le résultat lui-même n’est pas entre tes mains. Des fois il est celui que tu escomptais, des fois non car beaucoup de paramètres rentrent en jeu sur lesquels tu n’as aucun contrôle.

Ensuite, regarde plus profondément ta décision, sur quoi est-elle basée ? Sur « ton programme génétique + conditionnement » sur lequel tu n’as pas, non plus, de contrôle. Où peut être le libre-arbitre ?

Responsabilité des actes
La responsabilité concerne essentiellement le résultat ou les conséquences de ce que vous considérez comme « vos actions ». Mais nous avons vu que l’on ne peut être responsable que de ces décisions, pas des résultats qui ne sont pas entre vos mains, mais dépendants de la Volonté Divine.

Action et résultat ont pour origine la Volonté Divine.
Le libre-arbitre reste limité à la décision.
Mais celle-ci dépend du programme de la personne.
L’expérience montre qu’une personne programmée « raisonnable », « responsable » peut échouer dans sa vie et inversement.
Ainsi, la sorte de vie qu’une personne a, ne dépend pas du programme de son OCM mais entièrement de la Volonté Divine ou destinée de l’OCM concerné.

Destinée
La Volonté Divine est imprimée comme la destinée de la conception. La destinée de l’OCM est imprimée au moment de la conception.

Impossibilité de comprendre le Pourquoi
La vie n’est pas nécessairement logique en accord avec le jugement de l’homme.
La vie est basée sur la Volonté Divine ou Loi Cosmique, et il est impossible pour l’intellect humain de comprendre la base du fonctionnement de la Volonté Divine.

Pourquoi
Parfois un criminel n’est pas puni et un innocent est puni pour un crime qu’il n’a pas commis. Comment cela peut-il être la Volonté Divine ? Idem pour la souffrance, les guerres… [Le péché originel : l’objet transforme le Sujet en objet.]
           1. Comment un objet de la manifestation (homme) peut-il connaître comment le pur Sujet opère ?
           2. Comment un intellect humain peut-il comprendre Dieu ?

Le coupable qui crée les problèmes et devient malheureux est l’intellect, le mental pensant, l’Ego.

Pourquoi la Source crée-t-elle l’Ego qui rend l’être humain si malheureux ?

L’ego est la base de la vie telle que nous la connaissons.
- Le fonctionnement de la manifestation – la lîla – est basé sur l’existence des opposés interconnectés.
- La base de la vie que nous connaissons repose sur les relations entre êtres humains : ami/ennemi, amour/haine,… Ces relations ne peuvent arriver que s’il y a des egos qui choisissent l’un contre l’autre. Ainsi la Source doit créer des egos liés à chaque être humain (OCM) pour que les choix entre les opposés arrivent et permettent la vie telle que nous la connaissons.
…La Source commença le processus de destruction du sens d’être « l’acteur individuel » pour un nombre limité de cas pour lesquels la réalisation ou Illumination pouvait arriver.
C’est ce sentiment d’être le « doer », l’acteur qui cause le malheur ressenti par l’ego.
àCertains OCM sont programmés pour que le processus de fin d’ego arrive. La recherche spirituelle arrive parce qu’un OCM particulier a été programmé ainsi et pas parce qu’un individu a « décidé » de rechercher l’Illumination.

Depuis le bébé qui recherche intuitivement le sein de sa mère, la vie n’est rien d’autre que RECHERCHE. Le type de recherche dépend du programme de chaque OCM.

Le chercheur est seulement l’illusion de l’ego avec le sens d’être l’acteur, créé par Dieu à travers l’hypnose divine et qui permet à la vie telle que nous la connaissons de pouvoir être.

à Il n’y a que la réalisation totale que le sentiment d’être l’acteur n’est rien d’autre qu’une hypnose et que toute action est une action divine à travers des OCM. Cette réalisation est généralement connue comme Réalisation du Soi.

Fonctionnement du Sage

Pourquoi cette Réalisation amène la Paix.
Le sage est un sage seulement parce qu’il a une acceptation totale et inconditionnelle que toute action de chaque individu est une action divine.
Comme le dit le Bouddha : « Les événements arrivent, les actions sont faites, mais il n’y  a pas d’acteur individuel ».

Mécanisme
L’action – physique ou mentale -  qui a lieu à travers un OCM est la réaction d’un cerveau à un stimulus (via les sens…) sur lequel l’ego n’a aucun contrôle, en accord avec son programme sur lequel l’ego n’a aucun contrôle non plus.
Le sage doit vivre sa vie dans la société qui n’a pas la compréhension du sage et qui le considère, comme tous les autres individus, responsable de ses actes. Quand une action est jugée « bonne » par la société, l’approbation de la société devient un « input » de l’OCM du sage et « l’output » est un sens du plaisir. Mais la compréhension totale du sage fait qu’il sait que cette action applaudie par la société n’est pas « son » action. Du plaisir peut apparaître, mais pas un sens de fierté.
Idem inversement, il peut avoir du regret mais pas de culpabilité.
Sachant que toute action est une action divine, quand une action blesse le sage, il n’éprouve ni haine, ni jalousie, ni envie.
         Tout n’est que la Volonté Divine.
La sage vit sa vie en société comme une personne ordinaire, prend du plaisir, souffre, est blessée. Mais le point important est qu’à l’inverse d’une personne ordinaire, le sage participe à la vie sans le poids de la fierté ou de la culpabilité, ou de la jalousie ou de la haine, ou de l’envie envers quelqu’un d’autre.

Comment acquérir cette compréhension ?
Personne ne peut acquérir ou atteindre cette sorte d’acceptation de la volonté Divine, à moins que ce ne soit la Volonté Divine elle-même qui le veuille.
C’est déjà une grâce que le processus de  recherche de la Paix soit déjà enclenché et c’est à la Volonté Divine de poursuivre le processus.
à« Votre tête est déjà dans la gueule du tigre et il n’y a pas d’échappatoire. » (Ramana Maharshi)
Le fait que tout soit la Volonté Divine ne vous empêche pas d’agir comme vous pensez devoir agir. Vous avez un libre-arbitre apparent.

Exercice
Pour que l’acceptation intellectuelle aille plus profondément, il n’y a rien de mieux que l’expérience personnelle. L’ego peut accepter le concept de Volonté Divine intellectuellement, mais cette acceptation ne peut pas atteindre l’étape finale si l’ego ne trouve pas, par sa propre enquête, que ce concept est vrai pour lui. Il faut qu’il arrive à la conclusion, en regardant un acte passé, qu’il n’a aucun contrôle sur rien. Cette conclusion doit devenir une expérience personnelle quotidienne. Cela doit être une enquête sérieuse et honnête sur ce que vous pensez être « vos actions », et ceci quotidiennement. Cette enquête va plus loin que le « Qui suis-je ? » de Ramana. Cette enquête est basée sur la question : « SUIS-JE L’ACTEUR de ce que je pense être mes actions ? »
Prenez une action de la journée à propos de laquelle vous êtes convaincu qu’elle est « votre action » et durant 20 à 30 minutes, trouvez son origine. Etait-elle sous votre contrôle ou non ? A la fin vous arrivez à la conclusion que dans chaque cas où vous pensez être l’acteur, « votre action » en fait dépendait de différents facteurs sur lesquels vous n’aviez aucun contrôle.

Pour certains, cette enquête va les conduire vers une « nuit noire de l’âme », pour d’autres, cela se passera en douceur. Cela dépend de la Volonté Divine.

Moi ?
Quand vous arrivez à la conclusion qu’aucune action n’est votre action, alors se pose la question de savoir qui est ce « Moi ». Cette question de savoir s’il y a un « moi » devient alors une douleur provenant du ventre (les tripes), de la Source (hara). Et la réponse finalement arrive de la Source : « Mon enfant, il n’y a jamais eu de Moi qui souffrait des douleurs de la vie et il n’y a jamais eu que le « JE », la Source de laquelle la manifestation a émergé, et seul le « JE » a fonctionné à travers les milliards d’humains.


Les actions qui arrivent, comme les conséquences qui en résultent sont dues à la Volonté Divine.

Karma
Chaine de causalité :                  cause/conséquences-cause/conséquences…
                                                  A                       B                      C

Karma individuel
La vie nous montre que le concept « Tu récoltes ce que tu sèmes » n’est pas pertinent pour la vie d’un individu. Ainsi la réincarnation explique que « tu récoltes ce que tu as semé dans une vie passée ». Mais qui récolte ? L’ego qui souffre à cause de ce qu’aurait semé un autre ego dans le passé ?
Suivant l’advaita, l’ego est une fiction créée par l’hypnose divine, il n’y a pas d’Hervé  qui souffre à cause des actions d’un Jacques.
La joie ou la peine d’un OCM dépend de la Volonté Divine.
Savoir comment fonctionne la Volonté Divine n’est pas possible pour l’objet humain.

Principe des religions
Le principe de base de toute religion est qu’il n’y a que Dieu. Mais avec le temps, les hommes ont interprété ou mésinterprété cette vérité simple et basique et ont créé des rites avec des choses à faire et à ne pas faire, sans fondations.

Faire, interdiction, obligation avec la notion de péché et de faute, avec les conséquences horribles qui en découlent dans cette vie et dans l’au-delà. Avec ces concepts, le principe de base de la Volonté Divine dans toutes les religions a totalement été oublié.

La notion de péché ou chose à parfaire est relative suivant le temps et le lieu.

Dieu : La Source, la Conscience, le Pouvoir Suprême, le Noumène, l’Unité, la Vérité, Cela, la Source première d’où la manifestation a émergé, l’Univers, la base sur laquelle l’existence est au même moment en opposés interconnectés.
La Source transcende les opposés qui ont émergé d’elle.

Dieu ne peut pas être à la fois la Source et seulement un coté des opposés (le Bon) qui serait opposé au diable (le Mal).

Le besoin d’interpréter la Volonté Divine apparaît dans l’intellect humain car celui-ci ne peut accepter que ce qu’il considère comme le Mal arrive avec la Volonté Divine.

Objection à l’advaita
1- Si je ne suis pas l’acteur, alors je devins fataliste et je ne fais plus rien.
Réponse : As-tu déjà essayé ?

2- Je peux aller tuer mon voisin si je ne suis responsable de rien.
Réponse : Cela dépend de ton programme, et si tu le fais, tu seras puni par la loi si c’est ton programme aussi.

3- Pourquoi des programmes aussi nuls ?
Réponse : L’objet ne peut pas comprendre le fonctionnement du Sujet.

Le corps est sujet à la loi des phénomènes.
Laisse-le s’amuser avec le travail qui lui a été donné par Dieu ou par la Nature.
Le corps/mental fait les choses qu’il est supposé faire.
Il n’y a pas de bon chemin ou de bonne conduite pour l’instrument, autre que la manière dont il a été programmé et assigné. (Gora XXVIIe siècle – Saint du Maharastra)

Choix
L’acceptation inconditionnelle est très claire.
Il n’est pas nécessaire de s’imposer des règlements de conduite pour prendre une décision autre que ce que vous pensez qui doit être fait. Agis selon ta nature et ne te soucie de rien tout est la Volonté Divine.

« Dans Sa Volonté est notre Paix. (Dante)

« Si vous avez entendu quelque chose ici, bien. Si vous n’avez rien entendu, bien. Si un changement arrive comme conséquence, laissez-le prendre sa place. Si la compréhension à n’importe quel niveau a une valeur, un intérêt, elle doit naturellement travailler vers son propre chemin de sortie. Personne ne peut le faire. (Ramesh)

L’objet créé ne peut connaître le sujet créateur.

Définitions

Organisme corps/mental (OCM) : mécanisme à travers lequel la vie arrive ; partie de la Totalité de la manifestation de la Conscience dans laquelle l’ego ignorant assume le rôle d’acteur apparent et induit la séparativité ; l’OCM, pas l’ego, a une destinée.

Cerveau : Dans l’OCM, le mécanisme qui spontanément réagit en accord avec son programme, sans juger les pensées reçues ou les « inputs » des sens.

 

 


 

 

Repost 0
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 22:16

thumbnail-copie-4.jpg

 

 

S’éveiller au rêve

Le présent d’une vie lucide

Leo Hartong

Editions L’originel

 

Vous en venez à voir qu’expériences et états de conscience sont toujours temporaires. Ayant reconnu cela, beaucoup de chercheurs se tournent vers ce que l’on appelle l’approche non-duelle de la réalisation ou illumination.

La compréhension finale n’est pas l’aboutissement de la recherche, mais une libération de la recherche.

Rien ne change. Mais tout est dégagé de sa gangue conceptuelle ainsi que de la personne qui essayait de faire entrer sa vie dans ce moule. La fraicheur et la spontanéité de la vie est évidente, sa présence reconnue, son unicité est pleinement vue – mais par personne. Il y a simplement perception, reconnaissance et vision.

Tout ce que peut faire ce texte, c’est vous rappeler votre identité véritable.

Il ne s’agit pas ici d’une progression graduelle vers un objectif futur, mais d’un éveil radical à ce qui est. Il n’y a pas de conditions à remplir pour que ceci devienne clair. La réalisation du Soi peut se produire à n’importe quel moment.

« Cette terre même est la pure terre de lotus
Ce corps même est le corps de Bouddha. »  (Hakuin)

Tout simplement tel que c’est, ce qui est beaucoup moins et infiniment plus que ce à quoi je m’attendais.

« Il n’est que cela, vous êtes cela. », un point c’est tout.
(…) que ce soit reconnu, qu’il y ait ou non recherche apparente d’illumination, vous êtes cela.

« Le Tao qui peut s’exprimer en mots n’est pas le vrai Tao. » (Lao Tseu – Tao Te King) 

L’illumination se révèle par l’élimination de l’illusion qu’il existe une entité individuelle pour s’en emparer.

« Si vous comprenez, les choses sont simplement telles qu’elles sont.
Si vous ne comprenez pas, les choses sont simplement telles qu’elles sont. » (
Zen) 

« Car quiconque cherche Dieu par une voie particulière obtiendra la voie et perdra Dieu caché dans la voie. Mais quiconque cherche Dieu sans aucune voie particulière Le trouve tel qu’Il est réellement et Il est la Vie même. » (Maitre Eckart 1260-1328)

C’est comme une partie de cache-cache à un seul joueur.

Il ne s’agit pas d’une progression graduelle, mais d’un éveil radical à ce qui est. Il n’y a pas de conditions à remplir pour que ceci devienne clair. La réalisation du Soi peut se produire à n’importe quel moment.

« Ne faites aucun effort pour atteindre ou pour renoncer, votre effort même est asservissement. (Ramana Maharshi)

Illusion : il y a la vie d’un coté et de l’autre, nous-mêmes, qui devront faire quelque chose.

« Détruire l’ego, le pourchasser, le battre, le rejeter ou l’envoyer promener ?
Très amusant, c’est sûr, mais  où est-il donc ?
Ne devez-vous pas commencer par le trouver ?
Ne dit-on pas qu’il faut attraper l’oie avant de pouvoir la cuire ?
La grande difficulté, c’est qu’il n’y en a pas. » (Wei Wu Wei)

On pourrait comparer cette lutte contre l’ego à quelqu’un qui essaie d’estimer son poids en s’attrapant les chevilles et en tentant de soulever son propre corps. Plus il tire, plus il semble lourd.

« Sois vide d’inquiétudes.
Penses à qui crée la Pensée. » (Rûmi)

Si l’on vous demande qui vous êtes, il se peut que vous ayez une hésitation sur la réponse à donner, mais quand on vous demande si vous existez, là, pas de doute. La réponse est claire et nette : « Oui, bien sûr que j’existe ! » Quand la réponse à la première question est aussi claire et spontanée que la réponse à la seconde, la compréhension est là. La réalisation, c’est que ces deux questions ont en fait la même réponse. Cela qui est sûr de son existence, la certitude intime « je suis », est ce que vous êtes en essence.

« Je suis la Lumière des Lumières. Je suis le Tout. Le Tout a émané de Moi, et le Tout est retourné à Moi. Fendez une bûche et Je suis là. Fendez une pierre et vous me trouverez là. » (Evangile selon Thomas)

L’attention peut demander un effort ; la Conscience est, simplement.

« Les oies sauvages n’ont pas l’intention de projeter leur reflet.
L’eau n’aspire pas à recevoir leur image. » (Chuang Tzu)

Si nous considérons cette observation neutre comme une nouvelle manière de nous réconforter, nous nous retrouvons à la case départ. Au lieu de nous identifier à l’ego conceptuel, nous nous sommes à présent identifié au témoin conceptuel, - encore une identité identifiée indépendante, simplement revêtue de nouveaux atours. (…) Le véritable témoin ne sera jamais un objet d’expérience, mais demeure à jamais cela qui est conscient de l’expérience.

« Vous vous voyez dans le monde tandis que je vois le monde en moi-même. De votre point de vue, vous naissez et mourrez, tandis que de mon point de vue, le monde apparaît et disparaît. » (Nisargadatta)

Un examen attentif et honnête révélera que vous n’êtes pas le penseur de vos pensées. (…) Vous n’êtes pas non plus l’agent de vos actes, l’agissant autonome que vous imaginez.

« La souffrance existe, mais il n’y a personne pour souffrir.
Il y a action, gardons-nous d’en conclure à l’existence d’un agissant individuel autonome. » (Bouddha)

« Le Tao, sans faire quoique ce soit,
Ne laisse rien qui ne soit accompli. » (Tao Te King)

« Toutes les œuvres sont accomplies par les « gunas » (l’énergie) de la Nature, mais à cause de l’illusion de l’ego, on se prend pour l’auteur de ses actes. » (Bhagavad Gita 3-17)

Ce qui se produit ressemble davantage à une disparition qui vient en son temps et qui n’est autre que la reconnaissance impersonnelle de la nature illusoire de l’ego. Bien que cette prise de conscience survienne d’elle-même (on dit souvent que c’est la grâce), ce n’est pas quelque chose que l’on doit attendre. Attendre est simplement une autre manière d’essayer de l’obtenir, ce qui ne fait que perpétuer l’illusion qu’il y a réellement quelqu’un qui devrait obtenir quelque chose.

«  - C’est pour quand ?
- Quand le quand s’arrête !
- Et quand cela sera-t-il ?
- Ici même et en cet instant même. » (Sri Atmananda avec un disciple)

Ceci signifie littéralement que vous n’avez pas à attendre d’être libéré par la grâce. Vous êtes déjà libre. (…) C’est simplement un rappel que l’espace silencieux de la Pure Conscience EST déjà.

En résumé, penser que vous n’êtes rien de plus que votre rôle limité, c’est souscrire à l’illusion ; réaliser que vous êtes l’acteur unique qui joue tous les rôles, c’est la Libération.

La seule chose qui obstrue votre vision en cet instant même, c’est votre insistance à dire que vous n’y êtes pas encore, que vous devez faire des efforts, vous purifier ou vous imposer une discipline afin d’atteindre « la terre promise de l’illumination ».

Pour autant qu’il puisse y avoir quelque chose à faire, c’est vérifier en cet instant la vérité de ce que vous êtes ; confirmer que la Conscience est pleinement présente et qu’aucun effort n’est requis pour qu’il en soit ainsi.

A l’évidence, l’intemporel n’est pas pour plus tard, pas plus que l’éternel présent n’est en route, programmé pour une arrivée dans le futur. Il est ici même, en cet instant même.

Demandez-vous combien de pas il faut faire pour arriver là où vous êtes ?
Combien de temps il faut pour parvenir à l’instant présent ?
Combien d’efforts il faut fournir pour être ce que vous êtes déjà ?

« Tout est déjà accompli, et donc, ayant vaincu la maladie de l’effort, on se retrouve dans l’état de perfection de soi. Ceci est la contemplation. » (Dzogchen Chogyal Namkhai Norbu)

Aucune de ces activités ne peut affecter l’espace silencieux de la Pure Conscience dans lequel elles apparaissent un instant, pour s’évanouir ensuite sans laisser de trace.

L’acceptation, la claire vision de ce que vous êtes ne résultera pas de vos efforts ni de votre recherche, mais pourrait se révéler quand s’abolissent tentatives et recherches (et vues comme étant déjà là).

L’ego n’est pas capable de l’acceptation totale, mais il est inclus en elle.

(…) L’illumination est l’évaporation de l’illusion qu’il existe un individu pour en faire l’expérience, c’est pourquoi il est nommé « l’état sans état ».

Cela veut dire ne pas se laisser tromper par l’illusion consistant à se prendre pour un individu mortel, enchaîné au temps, éperonné par la peur et le désir.

« Le corps est restreint par ses caractéristiques naturelles.
Il vient, demeure et s’en va.
Mais le Soi ne vient ni ne va.
Alors, pourquoi pleurer le corps ?
Le corps est faux et de même ses craintes.
Paradis et enfer, liberté et asservissement, tout ceci est pure invention.
Que peuvent M’importer ces choses ?
Je suis la Conscience elle-même. » (Ashtavakra Gita)

L’ego semble se cramponner à la vie et à l’idée d’être un individu – mais en fait, l’ego est ce cramponnage.

« Vous êtes un et immuable, dans la peine et la joie, l’espoir et le désespoir, la vie et la mort.
Vous êtes déjà plénitude. Laissez-vous dissoudre. » (Ashtavakra Gita)

Il est clair à présent qu’il n’est pas de « je » pour l’obtenir.

Celui qui fait une telle expérience (évaporation de l’illusion temporaire) pourrait être subjugué et en conclure que ce devrait être un état permanent.

Il n’est absolument rien que vous puissiez ou deviez faire, rien non plus que vous ne deviez attendre pour simplement être ce que vous êtes déjà.

« Reposez-vous là – maintenant.
Ne faites absolument rien.
Simplement détendez-vous.
Car votre séparation de Dieu
Est la tâche la plus ardue. » (Hafiz)

Nous ne sommes pas des marionnettes. Nous sommes cela qui apparaît comme des marionnettes. 

L’ensemble de la recherche, toutes les pratiques spirituelles et tous les efforts pour comprendre voilent irrémédiablement la vérité pure et simple de ceci, tel que c’est.

« Tranquillement assis, ne faisant rien, le printemps arrive. Et l’herbe pousse toute seule. » (Matsuo Basho 1644-1694)

De la même façon, tant que vous apparaitrez en tant que personnage onirique, vous ne vous éveillerez pas du rêve mais pourriez vous éveiller au rêve.

Voir à travers l’illusion de la séparation pourrait être qualifié de vie lucide, puisqu’en effet ce n’est pas vous vous éveillant du rêve de la vie, mais un éveil impersonnel au rêve de la vie.

« Quiconque m’a amené ici devra me ramener chez moi. » (Rûmi)

La plaisanterie cosmique dans le parcours du chercheur, c’est que l’énergie qui alimente la recherche est précisément ce qui est recherché (chercher les lunettes sur son nez).

 Voir que vous êtes ceci, c’est vous souvenir de ce qui, en fin de compte, n’avait jamais été oublié. C’est un retour à la maison, après un voyage au pays de l’imaginaire, un endroit que vous n’aviez jamais réellement quitté.

« C’était un rêve, dit Dieu en souriant. Un rêve qui semblait vrai. Il n’était pas de gens, vivants ou morts et pas de ciel au-dessus de nos têtes, il n’était que Moi-même, en toi. (Wilcox)

« Je t’ai dit tout ce qui constitue de cœur même de la Vérité.
Il n’est pas de toi, pas de moi, pas d’être supérieur, pas de disciple, pas de gourou. » (Dattatreya’s song of the Advahut)

Cet éveil consiste à voir qu’il n’est point de quelqu’un !

« Il n’est pas difficile de découvrir votre Esprit de Bouddha, simplement, n’essayez pas de le chercher. Cesser d’accepter et de rejeter les endroits possibles où vous pensez pouvoir le trouver et il apparaîtra devant vous. » (Sengstan - 3ème patriarche zen)

Peut-être pouvez-vous cesser d’attendre un événement confirmant que vous êtes pleinement éveillé et accepter simplement qu’il doit déjà forcément en être ainsi. Accepter qu’il n’est pas de vous séparé, et donc qu’il n’y a personne ayant besoin de s’éveiller est un raccourci. Vous pourriez appeler ça l’ultime « pas sans pas. »

« Cessez de vous imaginer en train d’être ou de faire ceci ou cela et la réalisation que vous êtes la Source et le cœur de tout poindra en vous. » (Nisargadatta)

« Il n’est pas de plus grand mystère que ceci : continuer à chercher la réalité alors qu’en fait, nous sommes la réalité. Nous pensons qu’il y a quelque chose qui dissimule la réalité et que ceci doit être détruit avant de pouvoir atteindre la réalité. Comme c’est ridicule ! » (Ramana Maharshi)

« En cet instant, vous êtes la Conscience apparaissant en tant que personnage de votre pièce. Peut-être pensez-vous que vous avez besoin d’une confirmation. Oubliez cela. Détendez-vous. Vous êtes déjà Cela. Affectueuses pensées de la part de vous-même. » (Nathan Gill)

 

 

Terminons en musique avec une chanson du film "Into the wild", la chanson " Society" d'Eddie Vedder

 


 


Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens