Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 10:51
Repost 0
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 10:47

 

"Voir sans préférences est l'amour inconditionnel.

Lorsque se révèle l'espace vacant et sans âge au dessus de vos épaules, là où par inadvertance vous imaginiez un visage, deux petits yeux et une entité personnelle, tout ce qui apparaît dans ce regard est instantanément aimé de façon Inconditionnelle. Car ce regard est sans identité et donc sans demande.

La vision sans tête célèbre de fait la non séparation qui n'a jamais cessé d'être.

Vous disparaissez en faveur du monde comme disait Douglas Harding.

 

Et, si ce n'est pas votre expérience dans l'instant, c'est simplement que l'imaginaire d'un visage est revenu voiler à nouveau la réalité indubitable de votre propre absence.

 

Que cette évidence se réalise ici et maintenant !"

 

Dan

 

http://eclore-en-conscience.blogspot.fr/

Dan: "Vous disparaissez en faveur du monde."
Repost 0
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 10:46
Repost 0
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 11:02

 

"Nous ne trouverons jamais la paix inconditionnée au travers de pratiques méditatives, d'ascèses spirituelles ni de la tentative de contrôle du mental. Aucune technique ne fonctionne au long cours.

 

Il se peut qu'en pratiquant la pensée positive, une méthode de méditation ou une prière intentionnelle, momentanément, une joie soudain vous embrase mais si cela arrive, cela surgit spontanément et sans cause. La joie véritable est une simple joie d'être. Être ne dépend d'aucune circonstance particulière. 

 

Toute démarche progressive, toute technique de méditation ne peut avoir qu'un intérêt provisoire de détente relative du mental. Un mental relativement moins agité est plus à même de refléter la conscience et de réaliser sa propre impuissance à trouver ce qu'il cherche et donc à refluer en sa source silencieuse.

Cependant, sur un plan essentiel, toute tentative de manipulation ou gestion des pensées et des émotions ne font que refouler plus profondément encore des peurs et des anxiétés inavouables renforçant les nœuds égotiques et le sentiment de séparation. 

Lorsque nous tentons de contrôler les pensées, nous sommes comme quelqu'un dans le désert cherchant à atteindre un mirage qui se dérobe sans cesse à lui.

Ce qui importe est la compréhension directe. La vision du faux révèle la Vérité. La réalisation de ce que nous ne sommes pas fait pressentir notre vraie nature de Conscience sans forme et sans âge. Seule cette compréhension en acte nous libère vraiment de l'illusion d'être le penseur des pensées et l'acteur des actes. 

Il nous faut inéluctablement refluer en notre source. Retourner l'attention à 180 degrés vers ce la qui perçoit. Revenir à notre place, celle que nous n'avons jamais quitté sauf en imaginaire. 

Comme le dit la Kéna Upanishad: "Parfois une âme intrépide en quête d'immortalité s'est retournée vers elle-même et s'est trouvée".

 

La compréhension ultime est la réalisation que la vie a lieu depuis toujours sans aucune entité séparée au centre de l'expérience.

L'arborescence apparente de toute expérience révèle soudain sa nature de transparence.

La douceur et la tranquillité et une sorte d'intimité mystérieuse avec tout ce qui est semblent le mieux exprimer au niveau relatif du corps mental cette compréhension qui, en réalité, est absolument sans attributs et sans caractéristiques.
 

Amor fati »

 

Dan

 

http://eclore-en-conscience.blogspot.fr/


 

Dan: "Revenir à notre place, celle que nous n'avons jamais quitté sauf en imaginaire. "
Repost 0
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 10:50
Repost 0
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 10:48

 

 

"La solitude surviendra toujours, quand elle aura besoin de le faire, pour te remettre à l'esprit que tu as oublié de te rappeler qui tu es. 
Une toute nouvelle invitation à chaque fois.

Comment pourrais-tu être solitaire alors que l'univers entier ronronne à tes pieds ?"

 

Jeff Foster

 

Citation du jour.
Repost 0
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 10:46
Repost 0
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 10:27

 

"Réaliser sa vraie nature de Conscience atemporelle sans forme est une libération absolue du rêve de la manifestation qui met fin à toute recherche. Pourtant, de façon paradoxale, il est réalisé que Cela qui est réalisé n'avait jamais cessé d'être là. Cela ressemble à l'étrange sensation de retrouver quelque chose qu'on n'avait en réalité jamais vraiment perdu. Ce sont de bien étranges et "émerveillantes" retrouvailles que de naître à nouveau au premier instant de la création.

Il est réalisé que c'est l'identification erronée à ce qu'on n'était pas, à savoir un corps mental séparé, qui causait la souffrance. Rien n'est atteint ou rajouté à ce que nous n'avons jamais cessé d'être. C'est juste une ignorance qui est vue comme telle, une pensée racine qui cesse d'être crue. La dissolution de l'ignorance qui consiste à nous prendre pour ce que nous ne sommes pas, une entité autonome et séparée, transforme radicalement notre façon de voir, sentir et être en relation avec le monde.

Cela qui se réalise ne pose pas de questions et n'a pas de réponses autres que "je suis la Réponse".
La Conscience ne demande pas pourquoi cela s'est joué comme ça, ni pourquoi cet apparent et temporaire oubli semblait avoir lieu. En effet, lorsque la Réalisation a lieu, il est su que cela n'avait pas été vraiment oublié. La Conscience n'appartient pas au temps. C'est une atemporelle Présence, un éternel Maintenant.

Par contre, lorsque qu'un élan sincère jaillit pour partager cette découverte avec ceux qui ont soif de se découvrir vraiment, on remarque que la question revient très souvent chez le chercheur vérité : Pourquoi la Conscience fait elle cela ?

À la réponse à la question pourquoi la Vie se manifeste ainsi, quelques traditions spirituelles non duelles et plus particulièrement l'hindouisme et l'Advaita ont élaboré la métaphore du rêve, comme Vishnou rêvant le monde allongé sur le serpent Ananta, ou celle du Jeu qui est une version plus moderne. De nombreux pointeurs non duels contemporains ont repris ces allégories. 

La Réponse est alors : "La Conscience joue à apparaître sous la forme d'un corps mental pour expérimenter la dualité."

Mais tout en se prenant pour un Moi séparé la Conscience n'oublie jamais réellement sa vraie nature, elle prétend simplement l'oublier.

Tant qu'elle se s'identifie à un corps mental séparé, la Conscience éprouve un sentiment de séparation avec elle-même et sa paix naturelle et en éprouve de la souffrance et expérimente des conflits.

Parfois la nostalgie de réaliser sa propre nature est si puissante que la Conscience se rappelle au sein du Jeu qu'il n'est pas le rôle qu'il interprète mais la Conscience dans laquelle le masque et tout le scénario de la manifestation apparaissent et disparaissent. C'est exactement comme se rappeler au sein du rêve que le rêve n'est qu'un rêve et donc une illusion par rapport à la réalité du Rêveur qui rêve le rêve et que nous sommes ultimement.

Pour se rappeler complètement à sa vraie nature et trouver la Paix qui semble perdue, la Conscience momentanément identifiée à un corps mental et à l'impression d’être séparé, entreprend une recherche. L'investigation aboutit quand l'ignorance est mise en lumière, quand l'identification erronée est vue depuis l'arrière plan de la Conscience sans Forme.
 

La Conscience sans forme réalise soudain la nature illusoire de la manifestation. Elle reconnaît que le monde le corps et le mental ne sont que perceptions apparaissant disparaissant en Elle. Elle reconnaît qu'elle est l'unique réalité, que Rien ne peut se manifester sans Elle.

Le mental est alors vu comme un simple jeu de la Conscience, un pur reflet qui révèle le miroir toujours immaculé de la Conscience.

On dit alors que nous prétendons avoir perdu le paradis pour la simple joie de le retrouver à nouveau.
C'est une métaphore profonde. Cela peut parfois constituer un pointeur intéressant susceptible de faire refluer le mental d'un chercheur de Vérité en sa source et révéler l'arrière plan de Conscience sans forme.

Mais il faut reconnaître également que ceci est encore une autre histoire. Et, dés qu'une histoire est crue comme vraie, cela génère une sorte de fixation de l'attention. Toute prétention à savoir limite l'investigation dans un cadre mental et donc dans le domaine de la mémoire, du connu et donc du passé. Cela peut par conséquent représenter un obstacle à la véritable une réalisation.

Car au-delà des explications les plus subtiles la Réalisation résulte toujours d'un zoom arrière radical vers ce qui est Présent en amont des concepts et des perceptions. Et vous devez le réaliser par vous-même en vous-même et éliminer toute perception comme n'étant pas ce que vous êtes vraiment. C'est la méthode involutive de la négation de ce que Vous n'êtes pas, le neti neti.

Et, bien au-delà de cette histoire tentant d'expliquer le pourquoi du pourquoi, demeure l'éternelle question de l'enfant innocent et curieux : 

"Mais pourquoi la Conscience fait elle Cela ? "

Et, si une réponse affûtée tente un "parce qu'elle cherche à se connaître."

L'enfant demandera systématiquement : " Pourquoi veut-elle se connaître ?", "pourquoi fait-elle semblant ?", "pourquoi oublie-t-elle ?", "pourquoi aime-t-elle jouer ?", "pourquoi est-ce la nature de la Conscience de jouer ? Et, ainsi de suite, indéfiniment.

À chaque Réponse, l'enfant innocent et plein de bon sens, posera invariablement la question épine pourquoi, pourquoi, pourquoi, jusqu'à pousser dans ses retranchements ultimes le mental le plus subtil, même celui qui semble toujours avoir réponse à tout. Car, l'enfant pose la question depuis son cœur brûlant de la vérité la plus ingénue, afin que le mental réalise qu'il vient de ce même cœur. et afin qu'il puisse y refluer. L'enfant qui questionne à partir du cœur véritable pressent sans doute le non savoir et désire le partager avec l'adulte qui ne l'entend pas et cherche au contraire à montrer qu'il sait. 

Mais tout est bien qui finit bien, car au final, si l'on continue le questionnement de façon radicale et authentique, le mental limité de notre condition humaine est contrainte d'avouer : "Je ne sais pas."

Le mental se tourne alors vers sa Source et s'abandonne en Elle.

L'abandon de soi est identique à la connaissance de Soi disait Ramana Maharshi.

 

Et, c'est précisément dans un authentique "Je ne sais pas" que ce que nous sommes vraiment peut éventuellement se révéler.

Jamais tant que nous prétendons savoir nous ne goûterons à la Vérité que nous sommes de façon directe et authentique.



 

"L'immense découverte à faire, la seule qui mérite véritablement d'être faite, est de comprendre qu'on ne sait RIEN - ultime et exquise délivrance ! ....Eh oui, l'ultime percée, c'est cela : la masse entière de nos opinions, de nos convictions, de nos croyances intellectuelles nous faisant l'aveu de son strict néant. Et quid du moi solidaire de cette hallucination géante ? Hallucination lui aussi. "(Stephen JOURDAIN)


 

Question : Je ne sais rien, et je voudrais que vous me disiez quelque chose. Ramana Maharshi : "Vous savez que vous ne savez rien. Découvrez ce qu'est cette connaissance. Cela est la Libération."


 

Le moment où vous dites : " je ne sais pas" est crucial. A ce moment-là, toute l'énergie qui était projetée de façon excentrique vous revient de façon concentrique, et il se produit un arrêt total. C'est dans cet arrêt total qu'il y a le "je suis". Jean KLEIN .- Transmettre la Lumière .- ed. du Relié.


 


 

"L'inconnaissance est votre état naturel " Uppaluri Gopala KRISHNAMURTI (Le mental est un mythe .- Les Deux Océans)

 

Amor fati »

Dan

http://eclore-en-conscience.blogspot.fr/

Dan: "Pourquoi ?"
Repost 0
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 10:23
Repost 0
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 10:03
"Ne crois pas à la pensée qui vient. "Ananta

"Ne crois pas à la pensée qui vient. "Ananta

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout en particulier et le Rien en général. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens