Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 09:30
Repost 0
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 09:52

Où que vous soyez, souvenez-vous que vous êtes. Cette conscience que vous êtes devrait devenir uneCONTINUITÉ. Non pas votre nom, votre caste ou votre nationalité ou ces choses futiles, absolument inutiles. Souvenez-vous simplement de ceci: "Je suis". Cela ne doit pas être oublié; en marchant, en étant assis, en mangeant, en parlant, souvenez-vous: "Je suis".

Ce sera difficile, très laborieux. Au début vous
CONTINUEREZ à oublier, il y aura seulement de petits moments où vous vous sentirez illuminé et ensuite, c'est perdu. Mais ne devenez pas malheureux, même de petits moments est énorme. Continuez, toutes les fois où vous pouvez vous le rappeler, reprenez contact avec ce fil. Lorsque vous oubliez, ne vous inquiétez pas, souvenez-vous de nouveau et bientôt les espaces diminueront, les intervalles commenceront à cesser, une continuité surgira.

Et chaque fois que votre conscience devientCONTINUE, vous n'avez pas besoin d'utiliser le mental.

Alors il n'y a aucune planification, alors vous agissez à partir deVOTREconscience, non à partir de votre mental. Alors il n'y a aucun besoin d'excuse, aucun besoin d'explication; alors vous êtes ce que vous êtes, il n'y a rien à cacher. Quoique vous soyez, vous l'êtes. Vous ne pouvez rien faire d'autre. Vous pouvez seulement être dans un étatCONTINU de ressouvenir. De par ce ressouvenir, cette reconnaissance, vient la religion authentique, vient la moralité authentique.

C'est ce que les Hindous appellent le rappel à soi-même, ce que le Bouddha a appelé le véritable ressouvenir, ce que Gurdjieff avait coutume d'appeler le rappel à soi-même, ce que Krishnamurti appelle conscience. C'est la partie la plus substantielle de la méditation, se rappeler que: "Je suis".

Vous n'avez pas besoin de répéter mentalement: "je marche". Si vous le répétez, ce n'est pas se souvenir. Vous
DEVEZ vous être conscient de manière non verbale que: "je marche, je mange, je parle, j'écoute". Quoique ce soit que vous fassiez, le "Je" intérieur ne devrait pas être oublié; il doit rester.

Ce n'est pas être conscient de soi. C'est la conscience du "Je".

Être conscient de soi fait parti de l'ego. La conscience du "Je" est asmita pureté; simplement être conscient de "Je suis".
D'ordinaire, votre conscience est pointée vers l'objet. Vous me regardez: votre conscience tout entière se tourne vers moi comme une flèche. Mais vous êtes pointé vers moi. La conscience du "Je" veut dire que vous devez avoir une double flèche; un côté tourné vers moi, l'autre côté tourné vers vous.

Une double-flèche est le rappel à soi-même.

 

Osho, Extrait de: The Empty Boat et Yoga: The Alpha & Omega

 

Source image et texte : http://www.osho.com/Main.cfm?Area=Meditation&Language=French

Osho: "Souvenez-vous que Vous Êtes."
Repost 0
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 09:33
Repost 0
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 09:32

 

Papaji lui demanda : « Peux-tu me montrer Dieu? »

 

Ramana répondit : « Je ne peux que te montrer qui tu es. Les dieux naissent et meurent. Mais ce que tu es est éternel. »

Citation du jour.
Repost 0
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 08:30
Repost 0
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 11:13

 

 

"La Conscience n’est pas voilée, la Connaissance n’est pas cachée, c’est ce mythe lui-même qui nous maintient hors de sa portée. Ce que nous cherchons est là en permanence, à nu, sans protection et sans condition, offert à notre vue."

 

Suyin Lamour

 

http://suyin-lamour.fr/

 

Citation du jour.
Repost 0
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 11:05
Repost 0
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 10:16

 

Si on regarde bien, il devient vite évident que la seule possibilité que l'on a sur l'agir c'est d'observer tous ces fonctionnements et à partir de là de discerner les croyances racines des moteurs égotiques.

 

Mais sur la motivation et la "fabrication" de la motivation elle-même: aucun pouvoir possible. Si vous en doutez, observez vos motivations et VOYEZ si vraiment vous avez le contrôle sur elles, contrôle soit de les provoquer soit de les annihiler On ne peut que constater que la motivation est un jaillissement hors de tout contrôle direct. Dans le cadre des croyances, ce jaillissement semble avoir un lien avec; dans le cadre de l'évidence, aucun lien n'est trouvé, cela est.

 

Ainsi, Quelle tranquillité! Plus d'effort à fournir pour contrer ce qui est (ce qui était aussi une motivation en lien avec la croyance du pouvoir personnel) juste laisser la douce observation de ce qui est agir à sa guise, c'est à partir d'elle que les phénomènes se placent au mieux élaguant progressivement tout ce qui est issu des croyances pour ne laisser être que l'agir fluide naturel et spontanée requis."

 

Dayana

 

http://www.consciencepure.net/d%C3%A9construction-de-l-%C3%A9go/la-volont%C3%A9/

Dayana: "L'agir fluide naturel."
Repost 0
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 10:13
Repost 0
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 09:54


" La pensée est un objet d’observation. Elle peut être vue, contemplée, appréhendée, depuis l’instant de son émergence jusqu’à l’instant de sa disparition. Cette possibili­té d’appréhension signe l’existence d’un regard situé en dehors d’elle, qui la contemple.

Ce regard, c’est la conscience. Essayez d’attribuer des quali­ficatifs personnels à ce regard et vous n’y arrive­rez jamais. Il n’est ni chaud, ni froid, ni beau, ni laid, ni grand, ni petit, ni jeune, ni vieux. Et pour­tant il se sait.

Vous vous savez regard. Vous vous savez témoin de toute expérience. Vous vous savez connaisseur de votre corps, pouvant assister, à défaut de sa naissance, à sa mort.

Ainsi la conscience se sait. Il ne s’agit pas là d’une connaissance analogue à celle d’un objet connu, mais d’une connaissance intime de ce que vous êtes, de la racine de toute pensée et émotion, de la racine de l’être, là où le « je suis » prend sa sour­ce.

Cet espace de silence, de présence, de conscience n’est rien d’autre que moi-même, un moi-même libre d’attribut, libre de possession, libre de savoir, libre d’attachement, libre de sensa­tion, libre d’émotion, libre de pensée.

C’est ce moi-même, dont l’authenticité ne fait nul doute, qui est nommé conscience. Il n’est pas différent de vous-même.

C’est ici que vous-même et moi- même nous rejoignons, par-delà les cultures et les différences, par-delà les opinions et les préfé­rences. L’humanité, dans sa totalité, s’enracine dans l’expérience de la conscience.

C’est cette expérience qui rapproche les êtres, les fait com­muniquer d’un simple regard, les fait s’aimer sans juger. Découvrir la conscience, c’est se découvrir, c’est abandonner toute idée, c’est lâcher toute pen­sée. Dans cette complète humilité, dans laquelle le moi est absorbé dans un espace qui le dépasse, se trouve ce que je suis, ce que je suis dans mon essence, dans
votre essence, dans notre essence. "

 

Jean Marc Mantel

 

http://lumieredesoi.blogspot.fr/

Jean Marc Mantel : "Notre essence."
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens