Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 09:55
Repost 0
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 09:33

« Rien n’a besoin d’être fait par le chemin de l’effort ou de la réalisation concernant l’esprit lui-même, qui est comme l’espace, car il ne peut être altéré par les causes et les effets.
Si on y pense, alors il y a des concepts. Si on médite dessus, alors il y a la conscience ordinaire. Si on la décrit, il y a des mots. Si on la regarde, il y a une perception duelle. Si on la laisse tranquille, il y a la vraie nature des phénomènes, alors que si on fait quelque chose, il y a le samsâra. Ce qui reste est la conscience fondée à sa propre place, ouverte comme le ciel, joyeuse, et spacieuse dans la béatitude.

"Il n’y a rien besoin de faire, rien à réaliser, aucun effort ou spéculation."

 

Dans l’Atiyoga, la grande perfection, il n’y a pas de point de vue, de méditation, ou de conduite.

J’ai révélé cela complètement, alors gardez-le à l’esprit.
Il n’y a rien besoin de faire, rien à réaliser, aucun effort ou spéculation.
La signification ultime de la réalité elle-même a toujours été une perfection spontanée.
Comment pourrait-il y avoir quelque chose à faire ?
Ma nature est comme l’espace, la métaphore universelle. Dans le pur espace, tout est tel que cela n’entraîne aucun effort.
Tandis que tout le monde cherche quelque chose dans le pur espace, l’espace est entièrement au-delà de l’effort et de la réalisation.

Repos dans l’éternelle, la vastitude spontanée de l’espace immuable de base, dans la conscience secrète et éternelle, qui est comme l’océan.

Repose dans ta propre nature ultime.
Ne te démène pas, mais relaxe-toi naturellement et avec douceur.
L’état naturel est le précieux trésor non-né.

"Rien à réaliser – tel est le fruit de la conscience omniprésente."

 

Puisqu’il n’est nul endroit où voyager, seulement moi, j’ai alors expérimenté de manière décisive qu’il n’y a aucun chemin à traverser.

Puisqu’on est déjà arrivé sans faire un pas le vrai chemin à suivre à déjà été traversé.
Etant donné la présence spontanée, assurée de manière éternelle, et libre de l’espoir et de la peur, si vous vous efforcez de l’atteindre encore et encore, vous verrez qu’il n’y a rien à réaliser.
Rien à réaliser – tel est le fruit de la conscience omniprésente.
Dans la grande perfection, l’essence de la conscience, les qualités de la bouddhéité sont parfaites sans avoir besoin d’êtres cherchées.

Ne la cherchez pas, ne cherchez pas à la réaliser.

Si vous vous reposez naturellement dans ce qui se manifeste, sans effort conscient, c’est évident.
La vérité de la pureté primordiale n’est pas trouvée en étant cherchée. L’illumination – la bouddhéité – est évidente dans l’espace se produisant naturellement.
La conscience est évidente et se produit naturellement. Puisque le parfait état de repos naturel est non-obscurci et non-obstrué, sans aucune division entre un extérieur et un intérieur, c’est évident en tant que nature suprême des phénomènes. Laissez votre esprit et votre corps se relaxer profondément dans un état sans souci. Avec une attitude détendue, comme une personne qui n’a rien de plus à faire. »

Longchenpa (1308-1364)

 

http://lapiqreduscorpion.blogspot.fr/2013/04/relax-2-la-tranquillite-13.html

Rien à réaliser.
Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 10:35
Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 10:28
https://www.facebook.com/Communification

https://www.facebook.com/Communification

Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 10:15

 

"Rien n’a besoin d’être fait par le chemin de l’effort ou de la réalisation.

Laissez votre esprit et votre corps se relaxer profondément dans un état sans souci.

La vérité de la pureté primordiale n’est pas trouvée en étant cherchée.

Ne la cherchez pas, ne cherchez pas à la réaliser."

 

Longchenpa (1308-1364)

Citation du jour.
Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 10:03
Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 09:44

Reçois mon amour,

 

Tu aimerais connaître mes dix commandements.

C'est ennuyeux car je m'oppose aux commandements quels qu'ils soient.

Mais pourquoi ne pas s'amuser? Je dirais donc ceci:

 

1-N'obéis à aucun ordre s'il ne vient pas de ton être intérieur

 

2-Le seul Dieu qui existe est la vie elle-même

 

3- La vérité est en toi, ne la cherche nulle part ailleurs

 

4-L'amour est prière

 

5-Le vide est la porte d'accès au divin, c'est le moyen, la fin et l'accomplissement

 

6-La vie est ici et maintenant

 

7-Vis pleinement conscient

 

8-Ne nage pas, flotte

 

9-Meurs à tout moment afin de renaître, à chaque instant, renouvelé

 

10-Cesse de chercher. En d'autres termes: arrête-toi et vois.

 

Osho Rajneesh

 

Une tasse de thé - Le voyage intérieur

Les commandements d'Osho...
Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 09:43
Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 09:39

Cette fluidité de l'Être, coeur de La vie, ne retient rien. Elle se laisse traverser par les projections sans s'aggriper à aucune. Nulles empreintes n'y demeurent. Ce mouvement amoureux est ce qui nous agit, dans une fraîcheur constante, joyeuse. A partir de là, à chaque instant, tout est possible.

Ce qui semble la brouiller, la diviser, l'obscurcir c'est la masse mentale/émotionnelle qui n'est qu'un agglomérat de mémoires. Cette masse plus ou moins densifiée dans ses histoires délimite l'Être, le fractionnant en individualités problématiques. La légèreté de l'Être paraît alors plombée, ralentie dans son expression, assombrie dans son éclat de joie.

Ces mémoires n'ont pas le pouvoir d'obstruer l'essence amoureuse que nous sommes. Elles ne font que la voiler d'un tissu empesé d'images. En Soi, l'Être est toujours libre, heureux, aimant, lumineux et léger. Il est d'une exquise délicatesse, d'une douceur insoutenable...

Nous le savons, nous le sentons, quelque chose de nous reste incroyablement beau et merveilleusement libre de tout, quoi qu'il arrive. Parce que nous portons aussi en nous cette mémoire de notre essence sacrée, de notre transparence nacrée. Lequel d'entre nous ne se sent pas unique ? Et nous avons raison car il n'y a que l'Unique qui se joue de tous les rôles.

C'est d'une telle simplicité qu'on passe sans arrêt à côté. C'est tellement au milieu de nous, et autour de nous, c'est tellement nous qu'on ne le voit pas! En retrouvant la mémoire de notre réalité intérieure, toutes les autres mémoires qui nous enchaînaient dans le rêve de la séparation tombent d'elles-même. Certaines persistent plus que d'autres, mais la plupart se disolvent dans cette reconnaissance en Soi.

Ce n'est pas un hasard si beaucoup de Guru, ou de disciplines religieuses et spirituelles nous incitent à répéter le Nom de Dieu. C'est pour user la mémoire d'être un individu en nous rappelant notre vrai Nom. Notre véritable nature.

Là, dans l'instant, Il n'y a pas autre chose, ni quelqu'un d'autre que Cela. Cette intensité vibratoire qui nous donne l'impression d'être un individu chargé de son histoire, n'est autre que La Vie divine s'exprimant ainsi.

Il est évident que plus on est délesté de ces mémoires qui nous collent au monde, moins on peut y participer... On se sent comme un souffle qui passe sans laisser de traces. Les choses et les êtres peuvent parfois prendre l'inconsistence d'un rêve qui nous traverse sans nous toucher. L'irréalité de ce monde s'efface devant l'insoutenable légèreté de l'Être. Sa densité s'effondre dans la mouvance amoureuse de Ce Qui Est.

Reste la fluidité de l'Être.

Domiji

 

http://lavieestleplusgranddesguru.over-blog.com/

Domiji: " L'insoutenable légèreté de l'Être.."
Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 09:35
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens