Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 août 2015 6 08 /08 /août /2015 14:24
Repost 0
8 août 2015 6 08 /08 /août /2015 13:22

 

L'Éveil contient toute expérience.
Mais celui qui est éveillé est au-delà de toute expérience.

Dieu vous connaît quand vous vous connaissez vous-même.

La vérité est vous-même.
Cessez de vous en éloigner en lui 
COURANT après.

Au lieu de chercher ce que vous n'avez pas, trouvez ce que vous n'avez jamais perdu.

C'est en vous imaginant séparé que vous avez créé le fossé.
Vous n'avez pas à le traverser.
Il vous suffit de ne pas le créer.

Vous pouvez suivre une voie ou une autre - mais à chaque fois, ce sera la voie juste pour ce moment-là.

Vous êtes Dieu, mais vous ne le savez pas.

Quand vous ne demandez rien, ni au monde, ni à Dieu, quand vous ne désirez rien, ne cherchez rien, l'État Suprême vient à vous, sans que vous l'ayez invité ni attendu.

Renoncez à tout et vous 
GAGNEZ tout.

Ce dont vous avez besoin se présentera à vous si vous ne désirez pas ce dont vous n'avez pas besoin.

 

Nisargadatta Maharaj

Citations du jour.
Repost 0
8 août 2015 6 08 /08 /août /2015 13:19
Repost 0
6 août 2015 4 06 /08 /août /2015 05:02

 « La beauté de ta nature est qu’en la perdant, tu ne l’as pas perdue et qu’en la retrouvant, tu ne la retrouveras pas non plus. L’avoir perdue est un rêve. Et la découvrir est aussi un rêve. Un chemin est toujours un outil inutile qui ne mène pas à ce que tu es. Car tu ne peux pas aller là où tu te trouves déjà. Le chemin est la destination. Seulement par la réalisation que tu ne peux pas être réalisé par la réalisation, tu peux réaliser. Il n’y a nulle part où t’enfuir. Tu ne pourras jamais quitter cet ici et maintenant. Tu ne peux pas ne pas être toi-même. Tu es « toi ». Ici et maintenant. Toujours comme tu es à ce moment précis. C’est la gratitude totale, la gratitude absolue du fait que tu ne dois remercier personne pour être ce que tu es, ni Dieu, ni maître, ni enseignant, ni gourou, rien ni personne. Tu ne peux jamais devenir ce que tu es déjà ! Il n’y a rien qui puisse « arriver ». Ce qui est fantastique dans toutes ces méditations, c’est que rien n’en sort, Dieu merci. La nature de ce que tu es est la nature de Nisargadatta, de Jésus, etc. Tu n’as pas à les envier. Tu n’as pas à devenir comme eux. La nature de Nisargadatta et ta nature ne sont pas différentes – la nature n’est pas différente. C’est ainsi, il n’y aura jamais de « sous tasse » qui réalise ce qu’est l’Être. Pourtant, tu continues à tenter l’impossible : être le seul et le premier à avoir jamais réalisé ce qu’est l’Être. Et ce, même si tous les soi-disant réalisés ont affirmé qu’il n’y a jamais eu de réalisés. Tu es dans l’impuissance. Et cela, tu ne peux pas l’accepter. Une autre approche possible est d’accepter que tu ne peux pas accepter. « Être » est une absence totale d’efforts. Pour être, rien ne doit venir. Il n’est ni au-delà, ni ici et maintenant. Toute forme de méditation est une sorte de drogue Y a-t-il jamais eu une seule seconde sans que tu médites dans ton Êtreté ? Sois simplement ce que tu es. Cela, de toute façon, tu ne peux pas ne pas l’être. Alors, sois-le tout simplement. Le big-bang est toujours ici et maintenant ! On ne peut pas « avoir » la paix. La paix que tu es, tu ne peux pas ne pas l’être. Et tu ne peux ni la perdre ni la gagner. La paix qu’on peut avoir est une illusion. L’état d’impuissance totale, ne pas pouvoir échapper à toi-même, c’est cela la paix. Tu es ce que tu es. En toutes circonstances. Te réaliser est folie. Mais tu ne peux pas arrêter la folie. Car la folie, c’est de vouloir l’arrêter. Le délire qui consiste à vouloir guérir de la folie, c’est la folie. Chercher ce que tu es c’est la psychose. Vis la vie comme la vie te vit. « Devenez comme des petits enfants » signifie simplement : balancez toutes ces balivernes de mondes d’expériences, de sagesse universelle et de petits trésors que vous trimballez avec vous ! De toute façon, tu n’en tires rien. Donc amuse-toi simplement à chercher. Sois ce que tu ne peux pas ne pas être. Je ne peux que te montrer ma propre impuissance : je ne peux rien te donner ni rien te prendre. Toutes les expériences d’éveil que tu as eues n’intéressent absolument personne. Alors juste imaginer que l’Être aurait besoin de l’éveil de ce petit minus, quelle idée ! On ne peut rien faire de faux. Donc rien de juste non plus. De toute façon, on ne fait jamais rien ; et ça n’a aucune importance. Tu n'as à réaliser aucune quête pour être ce que tu es. Tu es toi-même plénitude, accomplissement. Tu es plénitude, avec ou sans désir ou aspiration. Avec ou sans quête, tu es, de façon absolue, ce qui en soi est plénitude pour toujours. Rien n'est à changer, rien n'est à produire ou à éviter, pour être ce que tu es. Rien n'est à ajouter ou à retrancher. Tu es ce qui connaît, non pas le connu. Tu n'es rien qui puisse être connu, mais cela qui connaît. La connaissance, la perception que tu es est là, tout simplement. La perception dans laquelle tout surgit, c'est cela ta réalité. Et cette perception est pure, transparente. »

 

Karl Renz

Karl Renz: "Tu ne peux pas aller là où tu es déjà."
Repost 0
6 août 2015 4 06 /08 /août /2015 04:58
Repost 0
6 août 2015 4 06 /08 /août /2015 04:43

 

"Le Bouddha et les êtres vivants sont indistincts en l’esprit un qui, comme l’espace vide, n’est jamais confus et ne se dégrade pas. Il y en a qui considèrent le Bouddha en lui prêtant les signes particuliers d’être pur, lumineux et libre, et les êtres vivants en leur prêtant les signes particuliers d’êtres impurs, obscurs et enchaînés au samsàra. Toutefois, ceux qui s’expliquent les choses de la sorte n’atteindront jamais l’Eveil même après d’innombrables kalpas, parce qu’ils s’attachent à des caractères particuliers. Tous les Bouddhas et tout les êtres vivants ne sont autres que l’esprit un : il n’est pas d’autre méthode spirituelle. Ainsi, cet esprit un est le Bouddha, et entre le Bouddha et les êtres vivants il n’est pas de différence. Cependant, les êtres vivants cherchent toujours ailleurs en s’attachant à des caractères particuliers, et en cherchant, ils en viennent à tout perdre, car en envoyant leur idée du Bouddha à la recherche du Bouddha et leur esprit à la recherche de l’esprit, même à corps perdu pendant des kalpas, ils ne peuvent aboutir à rien.

 

Ils ignorent que le Bouddha apparaît spontanément à celui qui arrête de l’évoquer en se dégageant du processus de la pensée. Cet esprit, donc, est le Bouddha et le Bouddha, c’est la totalité des êtres vivants. Quand il est « être vivant », cet esprit, n’est en rien diminué et quand il est « Bouddha », en rien accru, si bien que les six transcendances et l’infinité des pratiques, de même que des mérites aussi nombreux que les grains de sable du Gange, s’y trouvent fondamentalement réunis au complet, sans qu’un exercice temporaire les y ait ajoutés. Quand l’occasion se présente, ils s’expriment, sinon, ils restent tranquilles. Dans cet esprit un, donc, il ne reste plus la moindre réalité à trouver, car l’esprit est le Bouddha. De nos jours, les adeptes qui ne se sont pas éveillés à cet esprit en sa substance ne font que produire pensée sur pensée, chercher le Bouddha à l’extérieur et pratiquer en s’attachant à des caractères particuliers. C’est là une mauvaise méthode et non la Voie de l’Eveil. Si vous ne croyez pas fermement que cet esprit est le Bouddha et si vous voulez pratiquer en vous attachant à des caractères particuliers pour obtenir des mérites, vous êtes l’objet d’une totale méprise et vous vous écartez de la Voie. Cet esprit est le Bouddha. Il n’est pas d’autre Bouddha et pas non plus d’autre esprit. Cet esprit clair et pur ressemble à l’espace vide, car en aucun point il n’a de forme particulière. Susciter un état d’esprit particulier par le biais de pensées, c’est dévier de la substance des choses et s’attacher à des caractères particuliers. Or, il n’y a jamais eu, depuis des temps sans commencement, de « Bouddha attaché aux particularités ». S’exercer aux six transcendances et à l’infinité des pratiques pour devenir Bouddha, c’est suivre une voie graduelle et, depuis des temps sans commencement, on n’a jamais vu de « Bouddha par degrés ». Il suffit de s’éveiller à cet esprit un pour « ne plus avoir la moindre réalité à trouver » : tel est le Bouddha véritable."

 

Houang-po (IXe siecle)

 On n’a jamais vu de « Bouddha par degrés ».
Repost 0
6 août 2015 4 06 /08 /août /2015 04:41
Repost 0
6 août 2015 4 06 /08 /août /2015 04:36

 

" Pourquoi attendre le Ciel ?

Ceux qui cherchent la lumière se couvrent simplement les yeux.

La lumière est en eux maintenant.

L’illumination n’est qu’une re-connaissance et pas du tout un changement. "

 

(«Un Cours en Miracles» Leçon 188.)

Reconnaissance.
Repost 0
6 août 2015 4 06 /08 /août /2015 04:35
Repost 0
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 09:15

 

"Le plus souvent, après l’Éveil, bien des tendances mentales, des conditionnements, des pensées crues demeurent actifs ; Certaines illusions, certains mécanismes restés dans l’ombre jusque-­‐là peuvent se révéler ; Des expériences peuvent nous déstabiliser tant elles sont étonnantes ; Des réajustements physiques et énergétiques se font ; Etc.

L’Éveil se déploie à son rythme, encore et encore.

La Vérité appelle à elle-­‐même.

Ce qui demeurait enfoui ou « non vu » se dévoile et un accompagnement s’avère souvent nécessaire."

 

Gérard et Marion

La Vérité appelle à elle-même.
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens