Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 10:11
1312904808
 
Il est essentiel de savoir qu’il existe aussi des enseignements qui mettent d’avantage l’accent sur l’immédiateté de l’éveil et qui pointent directement vers notre vraie nature sans s’embarrasser des problèmes supposés de l’ego. Des traditions comme le Dzogchen, le Shivaïsme du Cachemire, le bouddhisme T’Chan ou le néo-advaita contemporain proposent un chemin abrupt pour arriver au même but. Il y a me semble-t-il, deux voies d’éveil principales à soi, ou si vous voulez deux tendances présentes dans ces enseignements non-duels : l’une progressive, l’autre subite. La première affirme qu’il existe des voiles qui nous masquent notre vraie nature. La pratique spirituelle consiste dans ce cas à lever ces voiles peu à peu, de manière temporelle et graduelle.
La seconde voie, la voie directe, soutien au contraire que nous pouvons nous éveiller immédiatement et instantanément à ce que nous sommes.
Le débat entre voie graduelle et voie subite est ancien et complexe.
Certains mystiques contemporains indiens comme NisargadattaMaharaj ou Poonja ou des enseignants occidentaux comme Tony Parsons, Jeff Foster, Wayne Liquorman, Francis Lucille (également ici)…etc. proposent également un enseignement direct, instantané vers la réalité ultime. Il s’agit de prendre conscience ici et maintenant de Celui que nous sommes réellement, sans chercher à faire taire les bruits mentaux ou émotionnels. Plutôt que de chercher à diminuer les émotions, on regarde directement celui ou cela qui ressent l’émotion ; plutôt que de chercher à calmer le mental, on pointe droit vers celui ou cela qui pense. Pour ces enseignants, il ne saurait y avoir un chemin progressif de moi à moi-même.
Ne suis-je pas déjà ce que je suis ? Ces enseignants insistent donc sur le non-faire l’absence d’efforts, l’immédiateté et mettent en garde contre toute idée de travail, ou de progrès lent et cumulatif. « C’est Cela », « Rien à faire », « Nulle part où aller » : voilà ce que les auteurs de la voie directe répètent dans leurs satsangs. L’essentiel de cet enseignement tient en deux points :
1-l’ego qui pense progresser sur la voie est une illusion.
2-nous sommes déjà parfaitement éveillés.
 
Jan Kersshot exprime parfaitement ce point de vue :
 « …croire à un cheminement progressif est très à la mode, mais selon moi c’est en totale contradiction avec ce qu’est la libération vraiment. La croyance en une voie spirituelle qui mène jusqu’au sommet de la montagne se fonde sur deux idées fausses de base :
-l’importance que vous accordez à la partie personnelle de l’histoire (comment puis-je moi atteindre « Cela » ?)
- la croyance que vous persistez à nourrir dans le phénomène du temps, votre espoir d’un futur meilleur (Quand vais-je atteindre  « Cela » ?)
Tant qua vous n’aurez pas compris que la libération n’est pas personnelle et qu’elle est atemporelle, vous êtes comme l’âne derrière une carotte. La véritable libération est impersonnelle et par conséquent on ne peut pas réclamer « cela » pour soi-même. Moi – en tant que Jan – ne pourrai jamais posséder « Cela ». De plus, « Cela » est atemporel (pas ici et maintenant » mais au-delà du temps et de l’espace), et donc « Cela » ne pourra jamais être projeté dans le futur. Si vous persistez malgré tout à le faire, vous vous leurrez vous-même – quoique, au final, il n’y a rien de mal non plus avec le fait de se leurrer soi-même… »
 Ainsi puisque tout est déjà là, vouloir l’atteindre dans le futur par une voie progressive conduit, pour la voie directe, à s’éloigner de ce que nous sommes ici et maintenant. Nous sommes parfait ainsi ; nul besoin de chercher à enlever des voiles imaginaires. Cette recherche renforce plutôt la croyance dans l’ego qu’elle ne la diminue.
Mais si l’illumination peut être subite, sans doute après cet événement, la sagesse va encore augmenter. Voilà comment Chen Houei exprime le paradoxe entre éveil subit et éveil graduel :
 « Les paroles de mon grand maître, le sixième patriarche, pénétraient les auditeurs une à une, directement, comme des couteaux ; elles leurs faisaient comprendre et voir leur nature propre directement, sans qu’il eût à parler du graduel. Vous qui étudiez le Chemin, vous devez être éveillés subitement, (puis) vous cultiver graduellement et, sans quitter (le monde), obtenir la délivrance. Il en est comme d’une mère qui met subitement son enfant au monde, lui donne le sein et le nourrit peu à peu : la sagesse de cet enfant s’accroit spontanément. De même, l’illumination subite, la vue subite de la nature de Bouddha (se produisent brusquement) et la sapience s’accroit ensuite spontanément peu à peu. 
 …Ayant à faire l’ascension de la terrasse à neuf gradins, demande quelqu’un, comment serait-on capable d’y monter sans passer par les degrés successifs ?
Ce dont on fait l’ascension avec crainte (c’est-à-dire graduellement)…, répond Chen-Houei, ce ne peut être qu’un vilain tertre de terre accumulée…S’il faut avoir recours aux degrés successifs, on ne touchera pas le but et l’on établira le principe du graduel…Comprendre sans avoir recours au graduel, spontanément, voilà le sens de la nature subite. La vacuité et quiétude originelles de l’esprit propre, voilà l’illumination subite. L’absence de demeure de l’esprit propre, voilà l’illumination subite…Entendre parler de la vacuité sans s’attacher à la vacuité et sans saisir non plus la non-vacuité, voilà l’illumination subite. Entendre parler du moi sans rattacher au moi et sans saisir non plus le non moi, voilà l’illumination subite. Accéder au nirvâna sans rejeter la renaissance et la mort, voilà l’illumination subite…ceux qui partent du principe absolu parviennent rapidement au chemin. Ceux qui cultivent les pratiques externes y parviennent lentement. »
 Ainsi la vision de sa vraie nature est immédiate, comme la naissance, mais peu à peu la sagesse s’accroît comme l’enfant grandit.
Ce processus est spontané car la vision de sa vrai nature opère d’elle-même sur les structures psychologiques de l’individu en les assouplissant.
Est-il nécessaire de préciser que je me sens beaucoup plus proche de la voie directe que de la voie progressive ? Les livres de Nisargadatta Maharaj et les ateliers de Douglas Harding m’ont montré que la voie directe est puissante et radicale. Mais ces deux voies existent et chacun se sent attiré vers celle qui lui correspond. Comme il y a plusieurs types de chercheurs sur le chemin, il faut plusieurs types de routes. Mais il est essentiel de bien comprendre cette différence et de savoir sur quel chemin on s’engage.
 
José Le Roy
Extrait de l'excellent blog:
http://lapiqreduscorpion.blogspot.fr/
 
Repost 0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 10:06

 


 
Repost 0
Published by RV - dans musique
commenter cet article
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 10:03

IISA.jpg

 

 

« Tous les chemins mènent à l’irréalité. Les chemins sont des créations, à l’intérieur du champ de la connaissance. Par conséquent, chemins et mouvements ne peuvent vous transporter dans la Réalité, car leur fonction est de vous entortiller à l’intérieur de la connaissance, alors que la Réalité lui est antérieure. Pour saisir cela, vous devez ne pas bouger de la source de la création, du début de la connaissance du « Je suis ». Tant que vous n’y arriverez pas, vous serez prisonnier de chaînes forgées par votre esprit et empêtré dans celles des autres. » 

 

Nisargadatta Maharaj 

Repost 0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 09:20

Lhasa de Sela - Pa'Llegar a tu Lado

(Lhasa, chanteuse mexico-américaine du Quebec, morte à 38 ans en 2010.)

 

'Il a fallu que je me perde pour arriver jusqu'à toi.................



 
Repost 0
Published by RV - dans musique
commenter cet article
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 09:15
100px-Mooji3
« Si vous croyez qu’il faut que vous pratiquiez le silence, trouviez le silence, gardiez le silence, alors vous n’avez pas compris.
 Tout ceci, l’univers tout entier, se manifeste à partir du Silence !
 Il ne s’agit pas de courir après le silence.
 Il s’agit de reconnaître le Silence qui ne peut être perturbé où que vous soyez, quelles que soient les circonstances, quelle que soit l’intensité du bruit. Là, les réactions de quelque nature qu’elles soient n’existent pas. Ce n’est pas un comportement ni une " mise en pratique " : vous et le Silence êtes identiques. »
                                                 Mooji
 
Repost 0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 08:56

 


 
Repost 0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 08:43

c66a7b734dcdd8aa17b3983fff85188b.jpg

 

 

Toute la vision de la pensée est la vision d'un œil de verre. Quand la conscience pure se dévoile à elle-même, telle est l'incroyable découverte qui l'attend.


La conscience est cette lumière immatérielle qui révèle à lui-même notre être intérieur, cette miraculeuse transparence à soi de notre présence.


Par ailleurs, toucher son moi le plus vrai, le plus profond, c'est accéder intuitivement, de façon parfaite, à l'universalité évidente de l'âme humaine. Je ne suis pas une singularité fermée. Ce qu'en esprit, je vis personnellement, quand bien même avec raison je jugerais qu'il s'agit d'un événement rarissime, est, en droit, accessible à tout esprit. Je puis donc être entendu.


Notre visage se ride, pas notre âme, pas notre moi essentiel. Notre être intérieur est éternellement naissant. Toute chose par essence, est commençante. C'est toujours la première fois. Il n'est d'autre lumière que celle de l'aube.


Dans le faux monde, on ne rencontre que des arcs de triomphe. Quand cet ersatz se fendille et tombe, d'un seul coup, comme une écorce, la vraie grandeur est atteinte : ne subsistent plus que les petites choses insignifiantes... Et toute la grandeur de Dieu flambe dans cette humilité !


Ce matin-là (le matin de l'éveil), tous les géants furent balayés, il ne resta que les nains, il ne resta que les petites choses. Ce matin-là, l'orgueil fut dévasté ! l'orgueil est bruyant, j'éprouvais l'impression de respirer l'extase muette d'une averse de neige. Je me dis que j'étais de retour à la maison.


L'éveil est l'accession à la réalité infinie de l'âme... L'éveil ne fait aucune différence de valeur entre le discours, même sain, droit, sur l'éveil et la pratique de la pêche à la ligne. L'éveil se fiche éperdument de la forme de nos actions et, je vais vous scandaliser, de leur valeur morale.


Je suis en train de naître... Adieu les rôles et les engageantes situations. Adieu les choses concernantes, les obligations. Si je suis père, compagnon ou ami, je suis avant tout libre, libre, absolument libre de n'être rien, rien, absolument rien. Conscience seulement ! Mon seul devoir est d'être, rien que d'être. Et en plus j'ai le droit de jouer.


Les regards sont sans importance. De toute façon, ces regards ne me voient pas. Il y a ce qui est. Ce qui est, est. Il n'y a pas quelque chose observant ce qui est : ce quelque chose n'a simplement pas d'existence.


Je suis tombé éperdument amoureux de l'anonymat. Être rien et non référencé, non catalogué. Dire pour la joie de dire, être pour être, rien d'autre... Je suis et en mon sein une histoire est contée.


Qu'est-ce que l'éveil ? C'est éprouver toujours - moi, personnellement, à l'instant - dans l'ébullition éruptive du mouvement de vie, qu'il n'y a que de la lumière et de l'amour. "Âme agréante et agréée" dit la tradition persane.

Voyage au centre de soi (Éditions Accarias - L'Originel-2000).

Repost 0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 15:36

S'aimer est le premier avant de voir qu'il n'y a que l'Amour.


Vouloir faire le deuxième pas avant le premier est la meilleure façon de trébucher.


Même s'il n'y a que la Conscience absolue, il est souvent nécessaire de soigner, panser, restructurer, aimer ce que l'on croit être, l'ego illusoire.


Puis l'ego souple et sain, grâce au regard bienveillant de l'ange, doit laisser sa place à ce qui est.

 


 
Repost 0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 09:47

arch-29 3

 

 

« Ce qui est, c’est l’unique Réalité. Elle peut être représentée par une forme ou par n’importe quelle autre méthode. Tous se résorbent finalement dans la seule et unique Réalité. A présent, , l’irréalité constitue une obsession, alors que la Réalité est notre véritable nature. Nous restons à tort dans l’irréalité, c’est-à-dire dans les pensées et les activités du monde. Lorsque celles-ci cessent, la Vérité se révèle. Tous nos efforts doivent tendre à les maintenir à l’écart. On y parvient en ne pensant qu’à la Réalité. Bien que celle-ci soit notre nature véritable, c’est comme si nous pensions à elle. Mais en fait, ce que nous faisons ne consiste qu’à re-pousser les obstacles afin que notre être véritable puisse se révéler. »

 

Ramana Maharshi

Repost 0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 09:08

 


 
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens