Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 10:05

« Le fait même d’avoir un but vous permet de continuer » admet-il, « mais vous n’arrivez nulle part.

« Seulement l’espoir est là qu’un jour, grâce à je ne sais quel miracle, grâce à une aide providentielle, vous arriverez au but.

« A un moment vous allez comprendre que tout ce que vous pouvez faire ne mène à rien.

« Un jour vous vous éveillerez au fait que la quête même d’une réalité ultime n’est qu’un mécanisme d’auto continuité, qu’il n’y a rien à atteindre, rien à gagner, rien à réaliser.

« Alors, ce but que vous vous êtes fixé, cet idéal qu’il vous faut réaliser, ce besoin d’être quelque chose d’autre, tout cela disparaît.

« La quête n’est plus.

« Ces objectifs que la société et la culture ont placés devant nous, et que nous avions considérés comme désirables, ne sont plus.

« Alors, vous êtes ce que vous êtes, sans plus ».

 

UG

Rien à atteindre, rien à gagner, rien à réaliser.
Repost 0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 09:54
Repost 0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 08:37

«Tout être brûle du désir d’être toujours heureux, inaffecté par la tristesse ; et chacun a le plus grand amour pour soi-même, ce qui est dû au simple fait que le bonheur est sa vraie nature. Par conséquent, afin de réaliser ce bonheur inhérent et inaltérable qu’il éprouve bien chaque jour lorsque son esprit est plongé dans le sommeil profond, il est essentiel qu’il se connaisse. Pour obtenir une telle connaissance la question « Qui suis-je ? » (Kho'ham en sanskrit) dans la voie de la recherche du Soi est le meilleur moyen. »

 

Ramana Maharshi

Kho'ham ?
Repost 0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 08:22
Repost 0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 08:14

Ce renversement de perspective est analogue à celui qui permet de reconnaître soudainement une  figure angélique dans l'arbre d'une de ces gravures qui faisaient la joie des enfants du début du XXème  siècle. D'abord, nous ne voyons que l'arbre, puis, informé par un message au bas de l'image qu'un  ange s'y cache, nous procédons à un examen minutieux du feuillage, jusqu'au moment où nous voyons  enfin l'ange qui avait toujours été devant nos yeux. L'important est de savoir qu'il y a un ange, où il se   , et d'avoir expérimenté une fois le processus au cours duquel l'arbre se désobjectivise  progressivement jusqu'au moment où les lignes de la gravure qui en constituaient la substance  apparaissent en tant que telles et se recomposent pour nous livrer le secret de l'image. La voie ayant 
été frayée, les renversements ultérieurs de perspective sont de plus en plus aisés jusqu'au moment où  nous voyons pour ainsi dire simultanément l'arbre et l'ange. De manière similaire, une fois notre nature  profonde re-connue, les distinctions résiduelles entre ignorance et éveil s'estompent progressivement 
pour céder la place à l'ainsité fondamentale de l'être. 

 

Francis Lucille

L'ange dans l'arbre.
Repost 0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 14:21
Repost 0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 10:23

« Le désir d’être aidé fait partie de votre problème.

« Ne faites pas l’erreur d’imaginer qu’il y a un but à atteindre ou un objectif à réaliser.

« Si vous pensez ainsi, vous allez commencer à chercher des méthodes à pratiquer et des gens pour vous aider. Ceci ne fait que perpétuer le problème que vous essayez de solutionner.

« Au lieu de cela, cultivez plutôt la ferme conscience : Je suis le Soi. Je suis Cela. Je suis Brahman. Je suis tout.

« Vous n’avez pas besoin de méthodes pour vous débarrasser des fausses idées que vous avez de vous-même. Tout ce que vous avez à faire, c’est d’arrêter d’y croire.

« Le meilleur moyen de le faire, c’est de les remplacer par des idées qui reflètent plus adéquatement les choses telles qu’elles sont.

« Si vous pensez et méditez « Je suis le Soi », cela vous fera beaucoup plus de bien que de penser « Je suis le petit moi. Comment puis-je me débarrasser de ce petit moi ? »

« Si cette méthode ne vous attire pas », ajoute-t-il tout de même, « alors observez simplement le mental avec pleine attention.

« Chaque fois que le mental erre, prenez-en conscience.

« Regardez comment les pensées se lient les unes aux autres et observez comment ce fantôme appelé mental s’empare de toutes vos pensées et dit : Ceci est ma pensée.

« Observez les habitudes du mental sans vous identifier à elles d’une quelconque façon.

« Si vous accordez à votre mental une attention pleine et détachée, vous commencerez à comprendre la futilité de toutes les activités mentales.

« Observer le mental nous donne une connaissance de ses procédés intérieurs.

« Cela nous incite à rester détaché de toutes nos pensées.

« Au bout du compte, si nous nous efforçons avec assez d’ardeur, cela nous donne la capacité de demeurer en tant que conscience, inaffectés par les pensées éphémères ».

 

Annamalai Swam

Arrêter d'y croire.
Repost 0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 09:44
Repost 0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 09:40

 

« Pensée et conscience ne sont pas synonymes », précise-t-il par exemple, « la pensée n’est qu’un petit aspect de la conscience et elle ne peut exister sans elle.

« Par contre, la conscience n’a pas besoin de la pensée.

« Atteindre l’illumination signifie s’élever au-delà de la pensée.

« Quand vous avez atteint ce degré d’éveil, vous continuez à vous servir de votre pensée au besoin.

« La seule différence, c’est que vous le faites de façon beaucoup plus efficace et pénétrante qu’avant.

« Vous vous servez de votre mental principalement pour des questions d’ordre pratique.

 « Vous n’êtes plus sous l’emprise du dialogue intérieur involontaire, et une paix profonde s’est installée ». 

« Et quand vous êtes présent, vous pouvez permettre au mental d’être tel qu’il est sans vous laisser empêtrer dans ses rouages.

« Le mental n’est pas dysfonctionnel en lui-même, c’est un outil merveilleux.

« Le dysfonctionnement s’installe quand vous y cherchez votre moi et que vous le prenez pour vous. Il devient alors l’ego et prend totalement le contrôle de votre vie.

« La clé, c’est de mettre fin à l’illusion du temps, parce que le temps et le mental sont indissociables. Si vous éliminez le temps du mental, celui-ci s’arrête. Sauf si vous choisissez de vous en servir.

« Quand vous êtes identifié au mental, vous êtes prisonnier du temps et une compulsion vous incite à vivre presque exclusivement en fonction de la mémoire et de l’anticipation.

« La compulsion naît du fait que le passé vous confère une identité et que le futur comporte une promesse de salut et de satisfaction, sous une forme ou une autre.

« Passé et futur sont tous deux des illusions.

« Le temps n’est pas précieux du tout puisqu’il est une illusion.

« Ce que vous percevez n’est pas le temps mais ce point qui est en dehors du temps, le présent.

« Et l’instant présent est certainement précieux.

« L’instant présent est l’unique point de référence qui puisse vous transporter au-delà des frontières limitées du mental.

« Il est votre seul point d’accès au royaume intemporel et sans forme de l’Être ».

Eckhart Tolle.
Repost 0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 09:38
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout en particulier et le Rien en général. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens