Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 14:58
Repost 0
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 14:54
 
 
Arrêtez de chercher quoi que ce soit, arrêtez d’essayer de découvrir quoi que ce soit, d’essayer de vous vérifier.
Arrêtez d’essayer d’aller quelque part, qu’il s’agisse de s’échapper, ou de se précipiter, parce que c’est la même chose.
Le souvenir de soi est une très dangereuse technique, à vrai dire. Il peut impliquer que l’on s’observe, et que l’on observe ses actes, comme un chat affamé guette une souris, ou bien il peut s’agir d’une façon intelligente d’être là où l’on est.
Ne vous posez pas de question, ne vous faites pas de souci à propos de votre sagesse. Faites simplement ce qu’exige la situation. La situation que vous rencontrez est en soi assez profonde pour être considérée comme une connaissance. Vous n’avez nul besoin d’informations de seconde main. Vous n’avez nul besoin de renforts ou de consignes pour agir. Les renseignements sont fournis automatiquement par la situation. Lorsqu’il faut être dur, vous l’êtes parce que la situation exige cette réponse. Vous n’imposez pas la dureté, vous êtes un instrument de la situation.
Dès que nous formons une notions dualiste comme : « Je fais ça pour atteindre un état particulier de conscience, un état particulier d’être », nous nous séparons automatiquement de la réalité que nous sommes.
On se demandera : « Qu’y a-t-il de mal à porter des jugements de valeur, à prendre parti ? »; la réponse est que lorsque nous formulons un jugement secondaire « je devrais faire ceci et éviter de faire cela », nous atteignons un niveau de complication qui nous transporte à mille lieues de la fondamentale simplicité de ce que nous sommes.
Le propos de la méditation n’est pas de s’élever mais d’être présent, ici.
L’éveil total est quelque chose que l’on a déjà, aussi bien les efforts ambitieux ou soi-disant « efficaces » pour s’éveiller sont-ils voués à l’échec.
 
 
 

 

Arrêtez !
Repost 0
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 14:27
Repost 0
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 13:55

 

"Fondamentalement, la réalisation de l’illumination apporte avec elle la soudaine compréhension qu’il n’y a personne ni rien à illuminer. L’illumination est, tout simplement. Elle ne peut être possédée, pas plus qu’elle ne peut être atteinte ou gagnée comme une sorte de trophée. Tout et toute chose est unicité, et tout ce que nous faisons en essayant de la trouver se met en travers de sa survenue."

 

Tony Parsons

Soudaine compréhension.
Repost 0
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 11:00
Repost 0
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 10:57

 

"Imaginez que vous être en train d’admirer une montagne ; vous êtes décontracté dans l’état sans effort de votre conscience présente, et soudain, la montagne est tout, et vous n’êtes rien. Votre sentiment du soi-séparé a subitement et totalement disparu et il reste seulement ce qui se produit à chaque instant. Vous êtes totalement conscient, parfaitement en éveil, tout semble complètement normal excepté que vous n’êtes plus nulle part. Vous n’êtes pas de ce côté-ci de votre visage à regarder les montagnes là-haut, vous êtes tout simplement la montagne, vous êtes le ciel, vous êtes les nuages, vous êtes tout ce qui se présente à chaque instant, très simplement, très clairement, juste comme ça…" 

 

Ken Wilber, The eye of Spirit

Très simplement....
Repost 0
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 10:53
Repost 0
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 10:44

En écoutant le guru exposer la vérité, notre écoute est toute réceptivité, se laissant imprégner de ce qui est exposé, le laissant prendre corps et vie en nous. Plus tard des anciens schémas de l’ego qui ont été rompus pendant la présence du guru peuvent reprendre leur cours dans la vie de tous les jours. Vous devez les objectiver et ainsi vous vous situez spontanément hors de leur champ d’action ; les réseaux habituels sont rompus par votre non-complicité avec les anciens schémas, ce qui va vous remettre dans la position axiale que vous avez vécue en présence du guru. Cette approche, cette béquille vous quittera au fur et à mesure que l’expérience deviendra plus fréquente.

Le langage, le mot n’ont pas la possibilité de rendre compte de l’inconcevable. Le mot est au service d’un empirisme égocentrique et trouve son support dans la conscience d’où il émane et où il retourne. Le moi a son fondement dans le « je suis le corps », une image cérébrale.

La pensée spontanée échappe à ses contraires, ne laissant pas de sanskâras, de résidus ; ce qui coiffe les contraire : beau, laid, bien, mal, est la conscience unitive qui ne peut être saisie que dans un vécu et ne peut être appréhendée par le mental, étant au-delà de tout concept.

Nous ne connaissons rien d’une chose, nous connaissons seule­ment son apparence. Pour connaître la chose elle-même, nous devons aller au-delà de l’apparence qui est forme et nom. La réalité de la chose apparaît et est vécue seulement en identité : connaissance sans objet. « Existence, conscience, béatitude », sat, chit, ânanda, vous enlèvent l’appui donné habituellement par l’apparence, mais quand le nom et la forme s’éliminent, ces termes à leur tour disparaissent en tant que concept, ils vous laissent dans la solitude et rien d’autre n’existe en dehors d’elle. Un objet n’est que perception, une idée n’est qu’un mode de penser et le plaisir n’est qu’un sentiment ; comme tels, les uns et les autres ne peuvent être sujet et objet, ce qui perçoit et ce qui est perçu, simultanément. Ainsi toute apparence n’est qu’une fiction.

 

Jean Klein

 

http://www.revue3emillenaire.com/blog/le-motif-de-lexistence-par-jean-klein/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=le-motif-de-lexistence-par-jean-klein

Non-complicité avec les anciens schémas.
Repost 0
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 10:29
Repost 0
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 10:23

Bien que nous comprenions que l’illusion soit un mythe, nous ne cessons de nous débattre avec celui-ci comme s’il était réel. C’est comme si l’on nous avait dit que le père Noël n’existait pas, mais que dans notre incrédulité nous continuions de lui écrire pour commander de nouveaux jouets.
Perdre ses illusions semble si difficile. Pourtant, qu’avons-nous concrètement à abandonner ? Nous nous accrochons à une histoire vide dans le but de nous rassurer. Nous essayons de trouver le remède pour guérir un mal imaginaire. La vérité est plus évidente et plus simple ; “le père Noël n’existe pas !”

 

Denis Marie

Le Père Noël n'existe pas !
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens