Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 10:14
Vous n’êtes pas le “Je” personnel. Vous êtes l’impersonnel, l’Absolu. Le “Je” personnel ne peut pas tolérer l’impersonnel car cela signifie sa fin, sa mort, et donc il a peur. Mais l’éternel "Je", l’Absolu, ne connait pas la peur. Comme le personnel "Je" vous êtes assuré de mourir.


Avec quelle identité allez-vous mourir? Souffrirez-vous d’une mort minable? Pourquoi accepter docilement d’être englouti par la mort? Mourrez noblement et honorablement. Dès maintenant, même avant la mort, soyez l’Infini, soyez l’Absolu. Soyez le plus grand.
 

Lorsque vous rencontrez un lion, vous pouvez soit fuir ou vous laissez manger par lui. Mais même si vous fuyez, il est fort probable qu’il vous rattrapera et vous tuera. Ainsi, dans l’un ou l’autre cas, vous serez mort. Alors pourquoi mourir comme un lâche face à la peur? Tenez-vous debout et lorsqu’il fonce sur vous, attaquez courageusement le lion et cassez quelques-unes de ses dents.

 

Depuis si longtemps maintenant, vous avez regardé, nourri, protégé et gardé ce "Je" impersonnel. Il vous est très cher. Mais, en réalité, vous n’êtes pas ce "Je" personnel. Il n’a absolument rien à voir avec vous, et vous savez qu’à la fin, il sera englouti par le temps.

Le lion qui dévorera votre "Je" préféré est le temps, et vous en avez très peur. Lorsque vous avez peur du temps, vous devenez sa proie. Mais, si vous n’avez pas peur du temps, le temps devient alors votre proie.
 

Un jnani consume le temps alors que d’autres sont consommés par lui. Soyez un jnani. Transcendez le temps, transcendez ce "sens d’être" et ses attributs. Laissez tomber complètement votre chouchou, même avant que le lion frappe pour la mort. Demeurez dans l’Absolu, retournez à votre véritable nature, et ce lion appelé le "temps" va s’éclipser, et il n’aura plus rien à voir avec vous…

Sri Nisargadatta Maharaj.

 

http://itisnotreal-fr.blogspot.fr/2013/06/souvenez-vous-de-qui-vous-etes.html

Vous êtes l'Impersonnel, l'Absolu.
Repost 0
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 09:11
Repost 0
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 09:02

Un moine demanda à un maître Zen : " Chacun est censé avoir la nature du Bouddha. L'ai-je ?"

Le maître répondit : "Non !"
Alors le moine demanda : Les Écritures Bouddhistes nous enseignent que chaque chose est investie de la nature de Bouddha, comment se fait-il que je ne la détienne pas ? Les arbres et les rochers, les rivières et les montagnes ont tous la nature de Bouddha. S'il en est ainsi, pourquoi pas moi ? "
Le maître répondit : " Les chats, les chiens, les montagnes, les rivières ont tous la nature de Bouddha, pas toi."
Le moine atterré demanda : "Pourquoi pas ?"
Le maître  dit : "Parce que tu le demandes !"
 

cité par Suzuki dans " Les Chemins du Zen "

Nature du Bouddha.
Repost 0
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 08:07
Repost 0
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 11:17
 
J’ai découvert hier cette information : 
« Des scientifiques ont fait des expériences sur des fourmis. Ils ont observé que l'organisation du travail dans la fourmilière était très structurée : il y avait la reine qui pondait les oeufs, les nourrices qui l'alimentaient, les ménagères qui nettoyaient, les maçonnes qui construisaient et réparaient, les ouvrières qui cherchaient des provisions, les guerrières qui veillaient à la défense de la fourmilière... Cependant 10 % des fourmis, non seulement ne faisaient rien, mais gênaient le travail des autres, se mettant en travers et parfois même défaisant ce que les autres avaient fait. Les chercheurs enlevèrent les 10 % "gêneuses", pensant améliorer le fonctionnement du tout. Au lieu d'un ordre accru, il y eut panique. Les fourmis couraient en tous sens, se rentraient dedans... Au bout d'un certain temps, la fourmilière se reconstitua, et les activités reprirent. Les rôles avaient été redistribués. Chacune avait apparemment sa place. Et... à nouveau 10 % des fourmis passaient tout leur temps à entraver le travail des autres ! Les chercheurs recommencèrent trois fois. A chaque expérience, ils constatèrent qu'une fois supprimé les 10%, il y avait désorganisation, affolement. Chaque fois que la fourmilière recommençait à fonctionner, 10 % de nouvelles fourmis avaient repris le rôle de "gêneuses" du travail des autres. »
 
 Me relier à l’existence de ces «fourmis gêneuses » m’a beaucoup touchée, me faisant percevoir, une fois encore, la perfection de toute chose… 
Il se trouve que la personnalité de mon Enfant-Moi est de type « ménagère-maçonne-ouvrière-guerrière », c’est-à-dire capable de mille et une actions et cherchant toujours à optimiser chacune d’entre elles… 
Bien évidemment, ce type de personnalité est très vite agacé, voire révolté, lorsqu’il rencontre des êtres qui, soit n’ont pas les mêmes compétences, soit pas la même efficacité. Il a alors tôt fait de les étiqueter comme « fourmis gêneuses » ! 
 
O Merveille… Découvrir, sous le frein apparent d’une moindre compétence ou d’une moindre efficacité, la perfection de la Vie à l’œuvre, qui ralentit par l’un l’action de l’autre, afin que l’ensemble soit équilibré. Révélation que rien n’est inutile et que l’apparente inaction ou contre-action, est toujours et encore l’expression de la Vie en tant que cela : perfection absolue se manifestant en tant qu’imperfection relative… 
Ce constat ouvre mon cœur, plus largement encore, me permettant d’accueillir avec plus tendresse, plus de douceur, les apparents obstacles du quotidien, évènements, actions, etc, tout ce que mon Enfant-Moi étiquette à la vitesse de l’éclair comme des « fourmis gêneuses ». 
Percevoir, du plus intime de notre être, que tout ce qui est a sa place, que rien n’est inutile, c’est retrouver la capacité de bénir tout ce qui est, et célébrer ensuite d’être qui nous sommes, à notre place, si nous la préférerons au rôle qu’autrui incarne. 
 
C’est ce que rappelle cette histoire : « Un maître spirituel dirigeait un groupe de disciples qui souhaitaient progresser "sur le chemin". L'un des membres du groupe posait sans cesse des questions, interrompait, mettait en cause, bref, gênait le travail des autres. Ces autres vinrent trouver le maître et lui demandèrent d'expulser la mauvaise tête. 
- "Moi, je veux bien, si c'est là votre souhait, répondit le maître, mais lequel d'entre vous veut prendre sa place ?" » 
 
Puisse cette journée vous offrir l’occasion de goûter la merveille de cette perfection et apprécier la place qui est la vôtre, quelle qu’elle soit !
 
Isabelle Padovani
Fourmis gêneuses.
Repost 0
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 11:17
Repost 0
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 11:09

 

 
De nombreux chercheurs spirituels restent "bloqués" dans l'absolu, la transcendance. Ils s'accrochent à l'extase, la paix ou l'indifférence. Lorsque la motivation auto-centrée pour vivre disparaît, de nombreux chercheurs deviennent indifférents. Ils voient la perfection de toute l'existence et ne trouvent aucune raison pour faire quoi que ce soit, y compris s'occuper d'eux-mêmes ou des autres. J'appelle cela "prendre un faux refuge". C'est un piège très subtil de l'ego, une fixation dans l'absolu et toute forme inconsciente d'attachement qui se fait passer pour la libération. Ce peut être très difficile d'éveiller quelqu'un de cette fixation fallacieuse car ils n'ont littéralement aucune motivation pour lâcher. Coincées dans une forme d'indifférence divine, de telles personnes croient avoir atteint le sommet de la montagne, alors qu'en réalité elles se cachent  à mi-pente. 
L'illumination ne veut pas dire que l'on doive disparaître dans le royaume de la transcendance. Être fixé dans l'absolu est simplement le pôle opposé de la fixation dans le relatif.
A l'apparition de la véritable réalisation, il y a une profusion d'amour impersonnel et de sagesse qui ne se fixent dans le cadre d'aucune expérience. 
S'éveiller à la vision absolue est profond et transformateur, mais s'éveiller de tous les points de vue fixes est la naissance à la véritable non dualité.
Si la vacuité ne peut pas danser, ce n'est pas la véritable Vacuité.
Si le clair de lune n'inonde pas le ciel nocturne, ne se réfléchit pas dans chaque goutte d'eau, sur chaque brin d'herbe, alors vous regardez seulement votre propre rêve vide. 
Je dis : Éveillez-vous ! Alors, votre coeur sera inondé d'un Amour que vous ne pourrez pas contenir.
 
Adyashanti
Un piège subtil de l'ego.
Repost 0
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 11:06
Repost 0
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 11:00
 
Tout ce qui est nécessaire pour s'éveiller à vous-même,
 en tant que vacuité radiante de l'esprit,
c'est d'arrêter de rechercher plus, mieux ou différent
 et de tourner votre attention à l'intérieur 
vers le silence éveillé que vous êtes.
 
Adyashanti
Arrêtez de chercher !
Repost 0
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 10:27
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens