Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 11:33
Disons qu’au lieu de chercher à aller
bien: accepter d’aller mal.

Au lieu de chercher la béatitude:
accueillir la réalité telle qu’elle est,
aussi négative qu’elle puisse paraître.

Accepter ce que l’on ressent
au lieu de refouler.

C’est cela le point d’appui.
A partir du moment où
l’on voit à quel point
l’acceptation libère,
on ne peut plus s’en passer.
 
Daniel Roumanoff
L'Acceptation libère.
Repost 0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 11:23
Repost 0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 11:08
 
L'être humain est un lieu d'accueil,
Chaque matin un nouvel arrivant.
Une joie, une déprime, une bassesse,
Une prise de conscience momentanée arrivent
Tel un visiteur inattendu.
Accueille-les, divertis-les tous
Même s'il s'agit d'une foule de regrets
Qui d'un seul coup balaye ta maison
et la vide de tous ses biens.
Chaque hôte, quel qu'il soit, traite-le avec respect,
Peut-être te prépare-t-il
À de nouveaux ravissements.
Les noires pensées, la honte, la malveillance
Rencontre-les à la porte en riant
et invite-les à entrer.
Sois reconnaissant envers celui qui arrive
Quel qu'il soit,
Car chacun est envoyé comme un guide de l'au-delà.
 
Rumi
Lieu d'accueil.
Repost 0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 11:05

 

Anthony Paul Moo-Young est né le 29 janvier 1954 à Port Antonio, en Jamaïque. Il a rejoint l'Angleterre en 1969 pour y retrouver sa mère à Brixton, dans la banlieue de Londres. Il a travaillé de nombreuses années dans le « West End » de Londres comme portraitiste de rue, puis comme peintre, artiste de vitrail et enseignant. Il était connu sous le nom de « Tony Moo », mais depuis un certain temps il est affectueusement appelé « Mooji* » par les nombreux chercheurs et amis.

En 1987, la rencontre fortuite d'un jeune chrétien mystique allait être brève mais déterminante dans la vie de Mooji. Cela l'amena, au travers de la prière, à l'expérience du divin en soi. Tandis que sa conscience spirituelle s'éveillait, une profonde transformation intérieure commença qui se révéla sous la forme de nombreuses expériences miraculeuses et visions mystiques. Il sentait une force de changement traverser sa vie qui amenait avec elle un besoin urgent de s'abandonner à Dieu complètement. Peu après, il cessa d'enseigner, quitta sa maison et commença une vie de simplicité paisible, s'abandonnant à la volonté de Dieu qui se manifestait spontanément au dedans de lui. Une grande paix pénétra son être. Elle ne l'a jamais quitté.
Il vécut quelques années pratiquement sans un sou mais constamment absorbé dans une joie intérieure, un contentement et une méditation naturelle. La Grâce vint sous la forme de sa soeur, Julianne, qui l'accueillit chez elle avec bonté et lui fournit le temps et la place dont il avait grand besoin pour s'épanouir spirituellement, sans les habituelles pressions et exigences de la vie extérieure. Mooji parle de cette période de sa vie comme de sa « traversée du désert » et parle d'une manière émouvante de se sentir « assis sur les genoux de Dieu ». A de nombreux égards, ce furent des temps loin d'être faciles. Malgré tout, il n'y a aucune trace de regret ou de remords dans sa voix quand il parle de cette période. Au contraire, il parle de cette phase de sa vie comme grandement bénie et abondante en grâce, confiance et dévotion aimante.

Fin 1993, Mooji se rendit en Inde. Il voulait visiter Dakshineswar, près de Calcutta, où Ramakrishna, le grand saint bengali, a vécu et enseigné. Les paroles et la vie de Ramakrishna étaient une source d'inspiration et d'encouragement pour Mooji dans les premières années de son développement spirituel. Il aimait profondément le saint, mais le destin voulut qu'il n'allât pas à Calcutta. Tandis qu'il était à Rishikesh, un lieu sacré aux pieds de l'Himalaya, il allait faire une autre rencontre décisive, cette fois avec trois disciples du grand maître advaitiste Sri H.W.L. Poonja, appelé par ses disciples « Papaji ». Leur invitation persistante de rentrer avec eux pour rencontrer le maître lui fit forte impression. Cependant il retarda de deux semaines la perspective d'une rencontre avec Sri Poonja, choisissant de visiter au préalable Bénarès, la ville sainte.

Finalement, il rejoignit en novembre Indira Nagar, à Lucknow, pour rencontrer Sri Poonja. Cela devait être une expérience mémorable et profondément significative dans son voyage spirituel. Il sentit que c'était une grande chance : il avait rencontré un Bouddha vivant, un maître pleinement réalisé. Il en vint progressivement à reconnaître que Papaji était son gourou. Mooji resta quelques mois auprès de Papaji. Le maître poussa ce qui restait de son mental dans le vide de la Source. Avec la bénédiction de son maître, il se rendit au Ramanashramam, à Tiruvannamalaï. Cet ashram, au pied d'Arunachala, la « colline de feu », est l'endroit où Sri Ramana Maharshi*, le « sage d'Arunachala », le gourou de Sri Poonja, a vécu et enseigné. Mooji se sentit très heureux là bas.

Il resta là pendant presque trois mois, avant de retourner s'asseoir à nouveau aux pieds de Papaji. Une semaine plus tard il recevait de Londres la nouvelle selon laquelle son fils venait d'être emporté par une pneumonie. Mooji retourna en Angleterre. La félicité des premières années fit place à un vide profond et au silence intérieur par la Grâce et la Présence de Sri Poonja. Papaji lui avait dit : « Si vous vous voulez faire un avec la vérité, "vous" devez disparaître complètement. »

Mooji se rendit à nouveau auprès de Papaji en 1997. Ce devait être la dernière rencontre avec son maître bien-aimé, qui était depuis tombé malade et devenu faible dans ses mouvements, mais dont la lumière intérieure et la présence demeuraient intactes. Un mois après être retourné à Londres, il apprit que le maître était entré en Mahasamadhi*. A ce propos Mooji déclare : « Le principe qui se manifeste comme le maître est toujours Ici et Maintenant. Le véritable maître ne meurt jamais, c'est l'homme qui meurt. Seul est réel le maître véritable, ce Sat Guru* intérieur. »

Repost 0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 11:01

"Il est long crois-tu le Chemin
Toi qui tiens ton regard tourné vers les étoiles
Il est long crois-tu le Chemin
Toi qui as arpenté les mille bras du Monde

Mais Toi qui appelles en ton Âme
Celui que tu nommes encore ton Aimé
Où que tu le cherches
Il est là
Où que tu le cherches
Il se donne
Et Il Te fait entendre son Silence.

Mais Toi
parce que tu crois encore qu’Il se tait
ou que tu es éloigné de sa Demeure
tu tiens ton front courbé
et tu pleures."
Oria, Evangile de la colombe, Ed Dangles

Il est là.
Repost 0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 15:35

 

"La Félicité n'est pas quelque chose à atteindre. Vous êtes toujours Félicité. Le désir de Félicité provient de votre sentiment d'être incomplet. Qui éprouve ce sentiment ? Cherchez."


Ramana Maharshi

Vous êtes toujours Félicité.
Repost 0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 10:48

« Un philosophe s’est approché du Bouddha et lui dit: "Vous qui pratiquez, que faites vous chaque jour?". Le Bouddha répondit: "Nous nous levons, nous marchons, nous nous asseyons, nous lavons notre vaisselle, nos vêtements." Le philosophe répliqua: "Qu’y a-t-il là de spécial? Nous aussi nous faisons cela." Le Bouddha répondit: «Mais nous le faisons différemment: lorsque vous le faites vous n’avez pas conscience de ce que vous faites; mais lorsque nous marchons, nous tenons debout, nous asseyons, lavons la vaisselle, nous savons que nous marchons que nous nous tenons debout, que nous nous asseyons, que nous lavons notre vaisselle. ». C’est simple et c’est le secret de la pratique. Le résident du temple doit toujours être présent dans le temple. »

Tich Nhat Hanh

 

« Rentre donc en toi même et observe. »

Plotin

 

« Nous triomphons directement de la naissance et de la mort quand, par l'observation profonde et la réalisation de l'impermanence et l'absence de soi, nous détruisons nos fausses conceptions sur la nature de l'existence. »

Thich Nhat Hanh

 

« Apprendre par l'observation  immédiate, sans aucune sélection, sans aucun but, pas même celui d'atteindre un autre plan de conscience. Notre mental bourdonne sans arrêt d'objectifs, du désir de progresser, d'acquérir ou de réaliser quelque chose afin de devenir quelqu'un de différent » Krishnamuti

 

« Quand tu mets autant d'attention dans ce que tu ressens dans ton corps que dans ta recherche d'un sauveur, tu deviens ton propre sauveur. »

Gary Zukav

 

« La Vision de CE-QUE-NOUS-SOMMES-VRAIMENT est toujours disponible et possible pour chacun d’entre nous. Aucune pratique n’est à suivre, aucun effort n’est nécessaire en vue de réaliser “quelque chose” plus tard. Pour voir, il suffit de juste regarder maintenant. La vision est totale et instantanée. « 

 

« L'illumination, la paix et la joie ne vous sont pas données par quelqu'un d'extérieur. La fontaine est en nous-mêmes, et l'eau peut jaillir seulement si nous creusons profondément l'instant présent. Nous devons y revenir, pour pouvoir être vraiment en vie. Pratiquer la respiration consciente, c'est nous exercer à ce retour eau présent où tout se produit. »

 Thich Nhat Hanh

 

 

« L'essence du bouddhisme zen consiste dans l'acquisition d'un nouvel angle de vision sur la vie et les choses. »

Deshimaru

Florilège de citations (2).
Repost 0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 10:45
Repost 0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 10:38

 

« Ne pas penser semble ardu. En réalité, c'est très simple lorsque nous devenons témoin. Il faut observer, contempler l'intellect, le regarder silencieusement sans émettre le moindre jugement de valeur. Dés que l'état de témoin est réalisé, les pensées s'évaporent. « 

Osho

 

 

«  En vérité, cette essence cause le bonheur. Quand on s'établit sans peur dans ce qui est invisible, dépourvu de corps, non défini, sans base, alors on a trouvé l'absence de peur. Mais si on y fait la moindre différence, on se met à avoir peur. » Taittirya Upanishad

 

 

« Le matérialisme d'Épicure est une morale qui prône  le plaisir d'une existence vécue dans  la présence  dans le corps, en cessant de vivre dans l'imaginaire (regret du passé, crainte du futur). »

Philosophie

 

«  Le passé fait parti de l'histoire, le futur est un mystère; le moment présent est un don; C'est pourquoi ce moment est appelé 'présent'. »

Chopra

 

« Rien ne fut, et rien ne sera; tout est, tout à sa vie et appartient au présent. »

         Siddhârta d'Herman Hesse

 

Être dans le présent, c'est être en communion avec le Cosmos.»

Marc Aurèle

 

« Ah, si seulement vous reteniez vos langues et que vous laissiez le silence être votre sagesse. »

Job

 

« Si tu penses, tu te tromperas. Vois ! Simplement, vois ! «  Osho

Petit florilège du jour.
Repost 0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 09:27
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens