Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 09:46
Repost 0
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 17:03

"A partir du moment où vous voyez que, chaque jour, vous vous prenez pour quelqu'un, que vous vous identifiez à votre intelligence, à vos capacités, à vos talents, à votre personnalité, et que vous affrontez le monde et votre entourage du point de vue de cette personnalité —quand vous voyez réellement quel non-sens il y a de vous prendre pour quelqu'un que vous n'êtes pas réellement— alors cette personnalité disparaîtra, vous pouvez en être certain. Un jour vous serez libre de l'ego, soudainement libre; être soudainement libre de l'ego, c'est une illumination subite."

Jean Klein

Quel non-sens !
Repost 0
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 13:27
Repost 0
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 11:46

« La graine de Dieu est en nous, les graines de poire deviennent des poiriers, les graines de noix de noyers et la graine de Dieu devient dieu lui-même. »

Maitre Eckhart

 

« La connaissance de mon néant m'a donné le tout, et le néant de tout m'a enlevé oraison et prière. » Marguerite Porète

 

« A ton avis qu'est ce qui t'a permis d'atteindre la vie éternelle ?

C'est de me quitter là où je me trouve ! » Maître Eckhart

 

« Aller vers Lui est l'essence de l'ignorance, le repos en Lui est l'essence de la Connaissance.»   Ibn' Arabi: Les Illuminations de La Mecque.

 

Citations du jour.
Repost 0
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 10:46

Pamela est née à San Francisco en 1954. Elle a enseigné la méthode Sedona pendant six ans, puis elle a découvert l'advaita avec Robert Adams. Pamela eut sa reconnaissance avec Nilam en 1997, et peu après elle a commencé à proposer des satsangs. Elle vit actuellement à Santa Fe avec son chien Honey, lorsqu'elle n'est pas en voyage pour donner des satsangs en Europe, en Amérique Centrale, au Canada et aux USA.

 


En quoi êtes-vous différente de ceux qui n'ont pas encore eu cet "éveil"?
Je n'ai aucun doute sur mon identité. Mais si vous regardez en vous, vous n'avez pas de doute non plus. La pensée doute. Votre vraie nature est ouverture, pas le mental pensant. Le mental est essentiellement une fonction de doute, de défense, n'est-ce pas ? Il a une fonction pratique : faire des distinctions, opposer, défendre, douter. Mais par delà ce rôle, c'est la même conscience.

Il semble que vous soyez moins identifiée au moi séparé. 
Non, ne dites pas ça, parce que c'est extrapoler sérieusement "je n'ai pas de doute." Tout le monde peut dire que son corps-mental s'identifie et ne s'identifie pas. La seule vraie différence entre quelqu'un qui a encore un doute et quelqu'un qui n'en a plus c'est que nous ne croyons plus que sensations, pensées et émotions se rapportent à nous, à qui nous sommes vraiment. Pensées et émotions se rapportent au corps-mental.

 

Repost 0
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 10:27

« C’est une perte de temps de purifier ce qui n’est pas poussiéreux. D’où viendrait cette accumulation de poussière ? Et où l’enverrez-vous ? Où la jetterez-vous ? Avec quel balai le ferez-vous ? Si vous regardez, il n’y a pas d’endroit où la poussière puisse se poser. Mieux vaut balayer le concept de purification. Vous êtes cette vacuité elle-même. Où la poussière pourrait-elle se poser ?
Si vous acceptez « Je suis libre », vous êtes libre. Si vous acceptez « Je ne suis pas libre », vous n’êtes pas libre.
L’éveil ne changera pas. Il ne variera pas. Aujourd’hui, demain, le jour suivant, il reste le même. Obtenez-le maintenant, ou dans un an, ou pendant cette vie, il ne changera pas.
Vous êtes déjà libre. Qui vous dit que vous n’êtes pas libre ?
Vous craignez jusqu’à prononcer les mots « Je suis libre ». Je ne sais quelle est cette peur.
Les gens se sentent libres de dire « Je suis lié, je souffre, je suis malheureux ». Personne ne dit : « Je suis libre ! Je suis éternel ! »
La liberté n’a pas besoin d’aucun effort. D’autres choses en ont peut-être besoin. La liberté est libre. Elle est libre de vos efforts.
Quand vous ne faites pas d’efforts, elle est là. Quand vous essayez de la saisir, elle s’éloigne car vous faites un effort pour ce qui est déjà là.
Vous êtes toujours libre ! Nul besoin de courir ailleurs pour la liberté. Vous devez courir pour quelque chose d’autre. Où se trouve la liberté, l’illumination, la paix, la béatitude ? Elle est ici. A présent, pour être ici, quel effort cela demande-t-il ? Nul besoin d’agir pour rester tel que vous êtes.
Pour être juste maintenant, de quelle compréhension a-t-on besoin ? Pour être juste maintenant, ce que vous êtes déjà, vous n’avez besoin d’aucune compréhension ou incompréhension.

 

 

Comme c’est simple. Je dois parfois rire, car je vois les poissons dans la rivière qui crient « J’ai soif ». « Je veux l’éveil » est la même chose.

 

A ce qui est proche et facile, vous ne prêtez aucune attention. A ce qui est difficile et éloigné – la lune, le Mont Everest – vous êtes attentifs. Personne n’est arrivé au Soi de cette façon.
Les poissons crient :« J’ai soif ». Vous criez comme un poisson : « Je ne suis pas la source. Je ne suis pas moi-même. Je ne suis pas Je suis. Quelle vaste plaisanterie !

 

Papaji

Quelle vaste plaisanterie !
Repost 0
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 09:50
Repost 0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 11:37

...vous découvrirez qu'il est possible d'être à la fois conscient de l'immobilité intérieure et du mouvement, que l'eau calme existe à l'intérieur de l'eau agitée, que la grande paix existe au coeur même de chaque pensée, de chaque sensation, au coeur même de l'activité, de la rencontre et du dialogue.

 

Je vous en prie, si vous tentez de méditer, ne considérez pas les contractions, les associations d'idées, l'éparpillement, les dynamismes vers la périphérie, comme des obstacles. Considérez-les comme des formes de cette vérité que vous cherchez. L'océan est dans chaque vague et l'Atman est dans chacune de vos pensées, de vos émotions et de vos sensations. Ne traitez plus les distractions commes les ennemis dont il faut tordre le cou. Simplement prenez conscience sans vous brutaliser.

 

Cherchez seulement à vous sentir être très simplement et très naturellement.

 

Soyez souples avec les désirs.

Ne faites pas lever la réaction.

 

Simplement, soyez plus conscient(e)s que vous êtes.

 

Peu à peu, le calme va s'établir en vous.

 

Et gardez toujours en vous, non seulement dans la tête mais dans le coeur, cette vérité: il n'y a pas de différence fondamentale entre ce qu'on appelle méditation et le courant de l'existence.

 

Vous ne méditez contre rien.

 

Pas de dualité. Parler, travailler ou méditer, sont des modalités différentes de la même attitude.

 

Essayez d'aller tout droit au silence.

 

Soyez d'avances réconcilié(e)s.

 

Je lâche tout. Ma posture est suffisamment stable pour que je n'ai pas à craindre des contractions diverses.

 

Je suis assis(e), paisible, je détends, je prend conscience que Je Suis - un "Je Suis" aussi pur, aussi simple que possible. D'avance, je suis réconcilié(e).

 

Vous prenez conscience de votre corps et vous voyez que cette sensation du corps apparaît à l'intérieur de ce vide. Essayez d'être conscient(e) des deux en même temps.

 

La conscience que vous pouvez avoir de votre corps, c'est simplement la conscience d'une forme comme n'importe quelle autre conscience d'une forme, qui, pendant un moment, apparaît à l'intérieur de ce vide. Vous ne perdez pas la conscience de l'infini.

 

Vous pouvez rester des minutes et des heures, sans être complètement emporté(e)s, comme un témoin, qui les voit venir, qui les voit partir.

 

Et vous verrez qu'il n'existe pas autre chose que des formes qui se succèdent à l'intérieur de votre conscience.

 

Arnaud Desjardins - A la recherche du Soi - Tu es Cela

 

Tout droit au silence.
Repost 0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 11:07
Repost 0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 09:38

« L'amour est notre véritable nature, nous n'avons rien à faire pour découvrir mentalement qui nous sommes, mais plutôt, à «dé-couvrir», dans le sens d'enlever, de nous libérer des couches, des images que nous apportons en l'instant présent, entre nous et ce qui est, et qui nous éloigne de la vie, de la détente, de la joie, de la paix. Etre cet observateur, cette conscience qui voit, et laisser aller, laisser produire ainsi le détachement libérateur, perdre l'illusion de l'individu séparé. De retour à la maison, au cœur, nous pouvons alors jouir d'être la vie, cette intuition qui nous guide les yeux fermés vers notre destinée profonde. Libre ici d'être, d'agir en chaque instant en cela, dans l'inconnu, avec le courage d'être soi, de se risquer dans l'insécurité, créatif au fil d'une amie nommée impermanence, incertitude, confiant en cela, sachant que tout est possible. »

 

Patrice Bailly, accompagnateur de vie, auteur et conférencier

L'Amour est notre véritable nature.
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens