Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 10:58

 

Comment se peut-il d'être ainsi heureux, que d'un étonnement d'être ?

 

Gaelle

 

http://ecoute-en-soi.over-blog.com/

Citation du jour.
Repost 0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 10:49
Repost 0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 10:46

Retire ton corps de douleurs, empesé de tout le poids de tes larmes. Détourne-toi du champ de bataille de ton mental. Défais ta ceinture de sécurité qui encombre le mouvement de la Vie que tu es. Déleste-toi de la lourdeur de tous ces désirs t'illusionnant d'un futur bonheur. Libère-toi de ta mémoire qui te retient dans le passé. Déshabille-toi de ton masque te figeant dans un rôle particulier. Décharge-toi de toute responsabilité,

et ainsi allégé, viens danser dans mes bras de lumière. Danse, danse, tourne et tourne encore, et là, dans ton centre :

Quitte-toi.

Quitte-toi, ne retiens rien, laisse tout ce fatras s'en aller. Regarde ta carapace voler en éclats et resplendis du Soleil de l'Eternité.

Quitte-toi, mon ange, délivre-toi de toute la raideur d'une volonté personnelle, incarne ma joie dans la spontanéité de l'instant, laisse mon Amour te guérir de tous tes 'mots', de tous tes 'moi'.

Quitte-toi et retourne-toi en Moi, que mon baiser de lumière illumine tous les recoins de ta nuit.

Accepte ton apparente fragilité, en te dépouillant de toute idée d'individualité, débarrassé de ton armure de guerrier, la puissance de ce qui est peut enfin s'exprimer.

Quitte-toi et déploie-toi : tu es le ciel ! Blancs ou noirs, les nuages passent au travers : rien ne peut plus troubler ton immensité azurée.

Et dans la transparence de ta nudité, plonge dans l'Océan Lumière éclaboussant tout de ta splendeur retrouvée.

Domiji

 

http://lavieestleplusgranddesguru.over-blog.com/

 

Quitte-toi !
Repost 0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 10:42
Repost 0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 10:36

 

Devant la nature qui s'éveille, j'ai peut-être envie de percer le mystère, et ce que je suis, et savoir pourquoi je suis. Mais nue et transparente devant la souffrance, la cruauté, et la béance de la blessure humaine, je n'ai pas besoin de dire "je", et de savoir, et de conceptualiser ce qu'est mon cœur, ce qu'est la Vie, pour me sentir brûler d'un Feu tel que rien, n'aurait assez d'arrogance pour résister. En dernier recours, quand il n'y a plus rien, il ne reste que ça, l'insoutenable Feu du cœur.

 

Gaelle

 

http://ecoute-en-soi.over-blog.com/

 

Feu du coeur.
Repost 0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 10:34
Repost 0
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 10:58
Repost 0
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 10:52

 Voyant l’inutilité de toute pratique, sachant que l’espace est toujours là sachant que être est toujours là, le chercheur peut parvenir à un arrêt, ce qui fut mon cas. C’est alors que le moi idée abandonne, il abandonne car il sait qu’il est, il sait que ce moi idée n’est qu’une émanation du moi perceptif exactement comme l’est le parfum d’une fleur qui émane des pétales de la fleur. Maharaj disait : "vous savez que vous êtes restez simplement là". 

Franck Terreaux

Citation du jour.
Repost 0
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 10:48
Repost 0
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 10:40

Si l'on n'est rien, on peut être tout

"Le premier rôle que nous jouons est celui d'être humain. Notre nature fon­cière n'est pas d'être un être humain ; elle est la conscience.
Au sein du rôle d'être humain que nous jouons existent des subdivisions. Tu parlais du rôle d'époux, de père ou de mère, d'individu exerçant un métier. Si nous nous identifions à l'homme, à la femme, à l'être humain, cette identification va se prolonger dans chacun des rôles que nous jouons. II en résulte une compartimentation de notre vie. Nous prenons souvent trop au sérieux chacun des rôles que la vie nous attribue. Cela entraîne une forme de rigidité, et de souffrance. Par exemple, cela nous empêche d'être l'ami de nos enfants puisque nous sommes le responsable, celui qui veille que l’on ne s'écarte pas du droit chemin, prêt à endosser le rôle du punisseur. La tradition du théâtre de l'Inde, le Katakali, est considérée comme une voie vers l'éveil spirituel. Le parfait acteur est celui qui s'est dépouillé de son identifi­cation première, celle à l'être humain. Ne s'identifiant à rien, il est libre de s'identifier à tout. Si je ne suis identifié à rien, je deviens infiniment flexible et cette flexibilité me permet, lorsque la situation l'exige, de passer instantanément du rôle d'ami à celui de père. Dans les circonstances de la vie, se souvenir que nous sommes la conscience universelle et rien d'autre génère cette flexibilité.

En même temps je l'oublie tout le temps...

Le seul fait de s'en occuper est déjà la voie vers la solution. J'ai pu constater moi-même l'ap­parition de cette flexibilité dans mes relations avec les autres. Si l'on n'est rien, on peut être tout. Il faut être rien de sorte que nous puissions être tout. Dans cette fluidité, nous occupons tout l'espace qui nous est offert mais sans l'encombrer, comme le ferait un gaz dans une pièce."

 

Francis Lucille

 

http://eveilphilosophie.canalblog.com/​

Comme un gaz....
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens