Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 05:08
Image-citation du jour.
Repost 0
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 05:06

 

"Ton être dynamique danse en tant que l'existence,
mais cette existence est observée.
Sois à l'endroit de l'observation.
Cet endroit où se produit l'observation n'est pas intéressé.
Il n'a pas d'aspiration.
Il n'a pas de préférences.
Connais-tu cet endroit ?
Je t'appelle à rejoindre ta propre gloire en tant que pure Conscience.
Ce n'est que quand tu es conscient-e de cet endroit
que tu peux laisser ta vie en paix.
Tu observes que la vie est un déroulement spontané.
Sois à cet endroit qui est silencieux et intact.
Ressens-le. Ressens et Sois ce que tu ne peux décrire."


 Mooji

Mooji: "Sois à l'endroit de l'observation."
Repost 0
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 05:03
Repost 0
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 05:01

 

" En tant qu'enseignant, l'une des choses à percevoir relativement tôt chez les étudiants, est la vraie raison de leur présence : veulent-ils vraiment la vérité ?Ou veulent-ils juste se sentir mieux ? Parce que la quête de la vérité peut ne pas être un processus où nous nous sentons de mieux en mieux. C'est un processus où nous devons regarder les choses honnêtement, sincèrement, et ça peut ne pas être facile.
J'ai constaté que beaucoup sont terrifiés quand ils comprennent où les conduit ce mouvement d'éveil, quand ils comprennent qu'ils seront contraints d'être exceptionnellement honnêtes, vrais, et de sortir de leur cachette.
C'est contraire à la notion d'éveil comme transcendance de l'existence, comme sanctuaire intérieur où nous pouvons nous soustraire à la destinée telle qu'elle est.Bien entendu, l'éveil est tout l'opposé. C'est plutôt une condition où nous sommes en mesure d'affronter notre vie précisément telle qu'elle est. Elle exige de sortir de sa cachette sur tous les plans. Et bon nombre craignent de laisser la vérité s'insinuer dans certains de leurs rapports - familiaux, amicaux, intimes ou conjugaux. Il est plus facile d'éluder la vérité, de dissimuler les schémas dysfonctionnels.
Voici une histoire que j'adore et qui souligne la difficulté de se regarder en face au sein d'une relation amoureuse.
Un jour, on préparait un disciple avancé d'un célèbre maître zen à devenir maître à son tour. Ce disciple avait confié à son maître qu'il ne s'entendait pas avec sa femme qui lui reprochait sa froideur et son manque de communication avec elle et leurs enfants. Le maître déclara : « Le mois prochain, il y aura une retraite. Je souhaite que vous y participiez tous les deux.»
Le couple accepta, croyant s'adonner à leur pratique habituelle : plusieurs séances de méditation par jour, silence et introspection.
Toutefois, lorsque commença la retraite, le maître fit venir le couple pour le rencontrer en privé et dit : « J'ai une forme de retraite différente pour vous deux. J'ai installé une chambre à coucher ici, dans le temple. Je veux que vous restiez au lit pendant 24h. Vous n'êtes autorisés à le quitter que pour boire et manger, aller aux toilettes et vous laver.» Ils obéirent et au bout de 24h, quand ils firent état au maître de ce qui s'y était passé, ce dernier se gratta la tête, et leur demanda de retourner au lit encore 24h.
La retraite durait 7 jours, et chaque jour, le maître zen leur répétait la même chose : « Retournez au lit et restez-y ensemble.»
A la fin de la retraite, le couple s'était retrouvé, le mari et la femme s'étaient réconciliés.
Ce maître a fait preuve d'une grande sagesse. Il avait compris que son disciple le plus avancé présentait l'un des périls de l'éveil : se soustraire à la réalité crue de l'existence et à celle d'une relation amoureuse. Au sein d'une relation, ne pas se dissimuler dans un état de transcendance mais s'en extirper pour aller au devant des gens et des événements. Ce disciple se dissimulait à son insu pour éviter les trucs pénibles ou désagréables. Ayant décelé cela, son maître eut la sagesse de le placer dans une situation où il eut à faire face à sa femme, aux circonstances de sa vie, à sa relation. Il ne pouvait plus se contenter de fuir dans la transcendance.
Ce qui est important, c'est de savoir si la relation se fonde sur l'honnêteté, la franchise, l'intégrité.
L'éveil n'est donc pas une porte de sortie. C'est une condition de l'être qui nous permet d'aller à la rencontre de notre vie et de nos relations telles qu'elles sont. La vie en soi n'est rien de plus qu'une relation. "


ADYASHANTI

Adyashanti: "L'éveil n'est donc pas une porte de sortie."
Repost 0
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 04:57
Repost 0
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 04:54

 

"Les gens veulent un "maître vivant".
J'imagine qu'ils espèrent
qu'il leur montrera la voie vers un Dieu "vivant".
Le maître veut que nous nous voyions comme Dieu,
mais nous voulons voir le maître comme Dieu.
Ramana Maharshi dit toujours
que seul le Soi est le maître,
et qu'il n'a pas besoin d'un corps [physique].
...
Les gens me disent 
"C'est facile pour toi de dire qu'un maître vivant n'est pas nécessaire, 
car tu as eu un maître vivant".
Je leur réponds que ce que j'ai appris de mon maître vivant,
c'est qu'un maître vivant n'est pas nécessaire.
Et chacun peut apprendre de même, s'il étudie les oeuvres
de Ramana Maharshi, et cogite un peu à leur sujet.
Tant que vous ne comprenez pas que le Soi est le maître,
même un maître vivant ne peut vous aider.

La plupart des gens qui étaient avec Ramana Maharshi n'ont pas atteint la réalisation
parce qu'ils ne la voulaient pas.
Ramana nous enseigne que, tôt ou tard, nous devrons trouver notre bonheur
dans le Soi,
alors pourquoi ne pas l'y trouver dès à présent ?
Les gens croient que le maître doit être une personne,
mais le maître ne peut être
que la première personne,
le "je" véritable en nous.

N'étant pas satisfaits de cette première personne,
ils vont en chercher une seconde
pour être leur maître."

 

Sadhou Om

 

 De la suprême importance de l'attention à soi, 29 décembre 1977


http://shivaisme-cachemire.blogspot.fr/

Sadhou Om: "Le maître ne peut être que la première personne."
Repost 0
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 04:13
Repost 0
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 09:16

 

"Q: Comment se fait-il que nous ne fassions pas de progrès malgré tout l’enseignement et l’aide que nous recevons.


M: Tant que nous nous imaginons être des des personnes complètement séparées l’une de l’autre, nous ne pouvons pas saisir la réalité qui est essentiellement impersonnelle. Il nous faut nous connaître d’abord comme étant uniquement des témoins, des centres d’observation sans dimension ni durée, et ensuite, réaliser cet océan de pure Conscience (awareness) qui est à la fois mental et matière, et au-delà des deux."

Nisargadatta Maharaj

 

"Le degré d'absence de pensées est la mesure du progrès vers la réalisation. Mais la réalisation elle-même n'admet aucune progression. Elle est toujours la même. Le  Soi reste toujours en état de pleine réalisation. Les obstacles à la  réalisation, ce sont les pensées. Le progrès spirituel est dès lors  déterminé par le degré de déblaiement des obstacles qui s'opposent à la  compréhension fondamentale que le Soi est depuis toujours réalisé. Les  pensées doivent être contrôlées en cherchant à connaître qui en est  l'auteur. Vous plongez à leur source, où elles ne surgissent plus. "
 
Ramana Maharshi

 

 

Une des critiques qu'on m'adresse parfois quand je présente la voie directe de la Vision Sans Tête - notamment dans les milieux spirituels traditionnels - c'est que la vision du vide, la découverte de la vacuité est tout au mieux un premier pas dans la bonne direction mais certainement pas l'éveil complet, parfait dont on parle dans les traditions spirituelles. On me dit parfois : "Si tu étais vraiment éveillé, tu serais un être rayonnant d'amour !" Et manifestement, je ne rayonne pas tant que ça !

En réalité, quand la vacuité est vraiment découverte , c'est-à-dire quand on réalise dans l'expérience que la conscience est au-delà du moi, alors toute idée de degré ou de perfection perd son sens. Car il est vu qu'il n'y a plus de chercheur spirituel; il est vu que la Vacuité (ou le SOI) est hors du temps et qu'elle échappe donc à tout progrès temporel.

Quand la vacuité est reconnue, elle est reconnue. Comment pourrait-elle être plus vide? Comment la conscience parfaitement éveillée pourrait-elle être plus éveillée qu'elle ne l'est ?

Ces attentes d'un progrès sont encore un moyen de ne pas voir sa vraie nature. "Oui c'est vide au-dessus de mes épaules, mais".... Ce "mais" est terrible car il empêche de s'abandonner à la profondeur de la Vision.

Sans doute peut-il y avoir un progrès dans la façon dont l'individualité humaine est affectée par la vacuité : plus ou moins de peur, plus ou moins d'acceptation, plus ou moins de joie, plus ou moins d'amour...Oui, mais cela ne veut pas dire que vous voyez mieux votre vraie nature, ou que vous êtes plus éveillé, mais simplement que vous résistez moins à cette évidence de votre vraie nature.

L'éveil au début au milieu et  à la fin (bien qu'il n'y ait ni début, ni milieu, ni fin) c'est de revenir à l'expérience de la Vacuité.

Comme l'écrivait Douglas Harding : "Maintenant la leçon ardue et essentielle est d’acquérir le goût d’une vérité entière, de s’y fier, d’accepter l’état de Vide et de totale Pauvreté. Car c’est de cet état seulement que peuvent jaillir d’inépuisables richesses, en temps voulu – mais beaucoup plus vite à partir du moment où on commence à y renoncer."

José Leroy

 

http://eveilphilosophie.canalblog.com/

Progrès spirituel ?
Repost 0
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 09:16
Humour du jour.
Repost 0
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 09:08


"Quand vous vous concentrez sur ce que votre partenaire n’est pas, quand vous prêtez une attention exclusive à ce qui manque dans votre relation, à ce qui fait défaut chez lui, à ses faiblesses, à ce qu’il « devrait » être à cet instant, à vos yeux, vous rendez votre satisfaction dépendante de son changement, et vous entrez en guerre avec lui par de subtiles et moins subtiles voies.
Il est maintenant responsable de votre bonheur. 
Vous parlez maintenant à partir d’un état de manque, un état de mécontentement, un état tendu et stressé – pas à partir des paisibles profondeurs de celui que vous êtes vraiment. 
Vous ne voulez pas de celui qui est en face de vous, vous voulez l’image, le personnage de vos rêves. Il y a maintenant une tension (un écart) entre celui qu’il est et celui qu’il n’est pas, et votre satisfaction se trouve maintenant dans le futur – c’est du moins ce que vous ressentez. 
Vous sentez que vous avez perdu le contact avec lui maintenant, et vous espérez le trouver à nouveau, avec le temps. Vous sentez que vous ne pouvez pas vraiment communiquer à moins qu’il change. Vous lui reprochez la perte du lien. Et de cet état de manque, de reproche, de déception, de frustration, et même de colère, vous espérez qu’une guérison et qu’une transformation arrivent ! Mais il ne changera pas parce que vous essayez de le faire changer. 
Voulez-vous jamais changer quand quelqu’un essaie de vous faire changer ? Ne vous sentez-vous pas manipulé et ignoré ?
Pouvez-vous rencontrer votre partenaire exactement tel qu’il est,  à cet instant ?

Pouvez-vous abandonner le futur, abandonner l’espoir, juste un moment ? Et de ce lieu de profonde relation, dans un état de satisfaction et de clarté, pouvez-vous exprimer votre vérité, non pas dans le but de le changer, mais pour qu’il puisse mieux comprendre ce que vous ressentez ? 
Pouvez-vous écouter sans préjugés, en abandonnant « l’histoire » de votre relation (les exigences, les attentes, le déroulement de l’histoire, les « normes »), et être simplement en relation, ici et maintenant, en égaux ?
Quand il se sent plus en lien avec vous, plus écouté, plus en sécurité, quand vous le rencontrez vraiment dans le moment présent, quand vous sentez que vous pouvez lui exprimer pleinement votre vérité, quand toutes les images disparaissent, quand l’attention n’est pas sur ce qui fait défaut ou manque mais sur ce qui est pleinement présent dans la pièce, avez-vous seulement encore besoin qu’il change ? 
Avez-vous besoin d’un autre futur ?
Que vous restiez ou que vous partiez demain, qu’il change ou qu’il ne change pas, pouvez-vous être en paix avec les choses telles qu’elles sont, et vivre à partir de là ? 
Ce n’est pas de la passivité, mais un lien profond à la vie, la source de toute action intelligente, créative et claire, le lieu où toutes les décisions se prennent.
Peut-être que nous n’avons pas besoin d’attendre que le changement se produise demain dans le but de nous lier profondément aujourd’hui. Peut-être que le changement se produit, non pas quand nous le forçons ou le pressons, mais quand nous lui permettons d’émerger d’un Maintenant profondément lié et aligné. Peut-être que nous ne nous rencontrerons jamais dans le rêve, mais nous nous rencontrerons dans cette pièce."


Jeff Foster

Jeff Foster: "RENCONTRER CELUI QUI EST EN FACE DE VOUS."
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout en particulier et le Rien en général. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens