Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 09:42
Repost 0
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 10:07

 

« Il y a encore beaucoup de jugements superficiels chez les gens, des jugements chargés de préjugés ; et très souvent, nous voulons juste montrer que nous sommes spirituels. Vous devez rester fidèles à votre propre Être, et ouverts. N'importe quelle pensée peut surgir dans votre mental, même des pensées terribles, car aucune pensée ne vous appartient avant que vous ne vous l'appropriez. Permettez à toutes les pensées de surgir, mais ne vous impliquez pas en elles. Puis découvrez qui est celui qui souffre de l'impact des pensées. »

 

 Mooji

Mooji: "Ne vous impliquez pas en elles (les pensées)."
Repost 0
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 10:02
Repost 0
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 09:57

 

"N'essaie jamais d'aider quelqu'un à moins qu'il ne soit prêt à être aidé.

A moins que de l'aide ne te soit demandée, à moins que tu ne sois prêt à écouter et à laisser tomber tes anciens schémas, ta tentative d'aide sera ressentie comme une manipulation, une tentative de contrôle - c'est ton problème, c'est ton besoin, et non pas les leurs.

Comment aider vraiment ?


Va à leur rencontre là où ils sont maintenant.
N'essaie pas d'imposer ton propre programme, ni de présumer ce qui est le mieux pour eux.
Peut-être que ce qui est le mieux pour eux maintenant n'est pas de vouloir, ni même d'avoir besoin de ton aide.
Peut-être que ce dont ils ont réellement besoin, c'est de souffrir et de se débattre encore.
Peut-être qu'ils s'harmonisent et guérissent à leur propre et unique manière.
Peut-être que ce que ce moment demande, c'est de la confiance, une écoute profonde, et un profond respect pour ce qu'ils sont, là où ils en sont sur leur voyage.
Peut-être n'essaies-tu que de t'aider toi-même."

 

Jeff Foster

Jeff Foster: "Comment aider vraiment ?"
Repost 0
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 09:55
Repost 0
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 09:53

 

«En fait, nous ne cherchons pas : nous sommes cherchés ; nous n'appelons pas : nous sommes appelés. Et nous tâtonnons aussi longtemps que nous voulons faire nous mêmes. Il n'y a rien à faire, il y a tout à défaire...une petite seconde d'abandon, et ça entre, c'est là, ça sourit. Tout est déjà là !....une petite seconde d'abandon au nouveau monde.»

« On n’est pas dans une crise morale, on n’est pas dans une crise politique, financière, religieuse, on est dans une crise évolutive. On est en train de mourir à l’humanité pour naître à autre chose... »

 


Satprem

Citation du jour.
Repost 0
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 09:51
Repost 0
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 09:42

 

"Cette question revient souvent chez les chercheurs spirituels :

S’il n’y a pas d’individu aux commandes de l’organisme, si « personne ne fait rien », à quoi cela sert-il de faire des demandes ou des prières, et à quoi bon pratiquer pour s'éveiller ?

Observons ce qui est à l’origine de cette question. 
Y-a-il quelqu’un qui pose la question ? Y a-t-il une personne qui a compris qu’il n’y a personne et qui se demande si elle doit continuer ou pas à tendre vers un but, un idéal ? Cette phrase, par son absurdité, contient la réponse. 
Evidemment non.
Personne ne se pose cette question. 
Cette question est une pensée qui apparaît dans la conscience, produite par une croyance, un mécanisme neuronal. 
La croyance que puisqu’il n’y a personne aux commandes, alors il ne faut rien faire car on ne peut rien faire.

C’est une récupération subtile du mental.

Remontons un peu plus loin.
La pensée de faire une demande ou de pratiquer apparaît.
A sa source, un mouvement d’énergie, une vibration, la saveur de la liberté et de la connaissance qui répand son parfum depuis l’absolu et que l’organisme perçoit.
La pensée, miroir du système de croyance, la transforme en quête si cette vibration est filtrée par la croyance « je suis un individu séparé ».
Et s’il s’y rajoute la croyance « il n’y a personne aux commandes de l’organisme », cela donne : « je veux me libérer, ou améliorer ma vie, mais je ne peux rien faire ». Avec pour conséquence un sentiment d'absurdité ou de désespoir.


Pourtant, il est fréquent qu’une demande soit entendue, qu’une question posée à l’univers reçoive une réponse, qu’une guidance soit offerte au cœur qui prie sincèrement, qu’une pratique permette de franchir des caps ou ouvre des portes.


"Alors qu’en est-il de l’utilité de la demande ou de la pratique ?
Qui pose la question de cette utilité ? Personne.
S’il est bien compris qu’il n’y a personne à l’origine de cette question, alors toute demande ou désir de réalisation peuvent être accueillis, s’exprimer librement, et attirer ainsi l’attention vers leur source. La conscience répond à la conscience.
Cela se fait naturellement dès qu’il n’y a aucune résistance à ce qui se manifeste.
Il n’y aucun problème avec les demandes ou avec les pratiques, ce ne sont pas des pensées ou des élans volontaires, personnels.
Il n’y a jamais rien de personnel.
L’idée de lâcher toute pratique ou demande ne l’est pas davantage.
Ce sont seulement des mécanismes à l’œuvre.

A l’origine de tout cela, la croyance « je suis un individu séparé ».
Du point de vue impersonnel, aucun problème avec cette croyance non plus. Personne n’en est responsable. Il n'y a personne en réalité qui croit à cette notion, à ce concept de séparation. C’est juste un programme qui a été installé dans le système neuronal de l’organisme.

Il n’y a rien à faire. C’est profondément vrai.
Mais si cela devient une croyance, cela a pour conséquence un blocage de l’énergie créatrice, et du processus d’éveil. 

Cela n’a pas à être cru. Cela ne peut être qu'une évidence qui découle de la vision impersonnelle. Et dans cette vision, tout ce qui doit se faire se fait sans volonté, et sans résistance à l’action.

En conséquence, tant que cette évidence n'est pas vécue, inutile de rajouter une souffrance à la quête en se croyant piégé dans un paradoxe. Personne n'est piégé. Il n'y a que des mouvements de vie qui s'expriment, des croyances qui créent des pensées et des états de perception. Respirons, simplement, au coeur de l'apparent paradoxe, et suivons le courant de la vie telle qu'elle s'exprime, sans chercher à comprendre ni à savoir ce qu'il faut faire ou pas..."

 

Suyin Lamour

Suyin Lamour: "Il n'y a rien à faire... ou pas."
Repost 0
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 09:26
Repost 0
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 09:11

 

"... Le vide est l’inconnu. N’attendez pas et n’espérez pas que quelque chose comble le vide. Si vous attendez, espérez, désirez, vous n’êtes pas vide. Si vous attendez que quelque chose, quelque force inconnue, descende sur vous, vous n’êtes pas vide : cet espoir est présent, ce désir est présent, cette attente est présente Donc, ne désirez pas que quelque chose puisse vous combler. Soyez vide, tout simplement. Ne soyez même pas en attente.

Le vide est l’inconnu. Lorsque vous êtes vraiment vide, l’inconnu descend en vous. Il ne s’agit pas que, dans un premier temps, vous deveniez vide et puis l’inconnu entre. Vous êtes vide, et l’inconnu entre. Il n’est pas l’écart d’un seul instant. Le vide et l’inconnu ne font qu’un.

Au début, cela vous apparaît comme vide ; c’est seulement une apparence, parce que vous avez toujours été rempli par l’ego. Vraiment, vous ressentez l’absence d’ego, c’est pourquoi vous vous sentez vide. D’abord, l’ego disparaît — mais le sentiment que l’ego n’est plus crée le sentiment de vide. Juste l’absence… quelque chose était là, et maintenant il n’est plus là. L’ego a disparu, mais l’absence d’ego est ressentie.

Premièrement, l’ego disparaît, puis l’absence de l’ego disparaît. Seulement alors vous serez vraiment vide. Et être vraiment vide, c'est être réellement comblé.
Cet espace intérieur qui est créé par l’absence de l’ego est le divin. Le divin ne vient pas d’ailleurs, vous êtes déjà cela. Parce que vous êtes rempli par l’ego, vous ne pouvez pas le réaliser, vous ne pouvez pas le voir, vous ne pouvez pas le toucher. La barrière vaporeuse de l’ego vous en empêche.

Quand l’ego est abandonné, la barrière est tombée. Le rideau n’est plus présent. Rien n’est à venir, tout ce qui est à venir est déjà présent. Rappelez-vous ceci : rien de nouveau va venir à vous. Tout ce qui est possible est déjà présent, réel. Donc, la question n’est pas d’y arriver, la question est seulement de découvrir. Le trésor est là, simplement recouvert — vous le découvrez."

 

Osho 

Osho: "Le trésor est là."
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens