Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 11:10

 

 

Lorsque des pensées surgissent, au lieu de les suivre, on doit plutôt se demander : " À qui sont-elles venues ? ". Peu importe le nombre de pensées qui s'élèvent ainsi. Si vous vous demandez à chaque fois : " À qui cette pensée est-elle venue ? ", la réponse sera : " À moi ". Si vous poursuivez alors l'interrogation " Qui suis-je ? ", le mental retournera à sa source et la pensée qui venait de surgir s'évanouira. En persévérant ainsi dans cette pratique, le mental développera peu à peu la capacité de demeurer dans sa source. Lorsque le mental subtil émerge en passant par le cerveau et les organes sensoriels, des noms et des formes du monde grossier sont perçus ; quand il s'établit dans le Cœur, les noms et les formes disparaissent. Ne pas laisser le mental s'extérioriser, mais le maintenir dans le Cœur est ce qu'on appelle " intériorisation " [antar-mukha]. Si le mental quitte le Cœur, on appelle cela " extériorisation " [bahir-mukha]. Ainsi, quand le mental demeure dans le Cœur, le " je ", origine de toutes les pensées, s’évanouit, et le Soi toujours présent resplendit. Quoique l'on fasse, on doit le faire sans le " je " de l'ego. Si l'on agit de telle manière, on s'apercevra que tout est la nature de Shiva [Dieu].

Il n'y a que l'investigation intérieure comme moyen adéquat. Si l'on s'efforce de maîtriser le mental par d'autres moyens, il ne sera maîtrisé qu'en apparence, car il s'élèvera à nouveau. Le mental peut aussi être apaisé par le contrôle de la respiration, mais cela ne dure que le temps du contrôle de celle-ci ; quand elle reprend, le mental commence à s'agiter et à errer par la force de ses impressions latentes. Le mental et la respiration ont la même source. Le mental est constitué de pensées. La pensée " je " est la première pensée du mental ; c'est l'ego. L'ego a son origine à l'endroit même d'où s'élève la respiration. Ainsi, quand le mental devient tranquille, le respiration est contrôlée ; et inversement, quand la respiration est contrôlée, le mental devient tranquille. Mais dans le sommeil profond, bien que le mental s'efface, la respiration ne cesse pas pour autant. Ceci est dû à la volonté divine et a pour but de protéger le corps et d'éviter qu'il soit pris pour mort. Dans l'état de veille et dans le samadhi [absorption totale dans la contemplation], lorsque le mental est tranquille, la respiration est tranquille aussi. Le souffle est la forme grossière du mental. Jusqu'au moment de la mort, le mental garde le souffle dans le corps ; et quand le corps meurt, le mental emmène le souffle avec lui. Par conséquent, la pratique du contrôle de la respiration n'est qu'une aide pour dompter le mental [manonigraha] ; elle n'apporte pas l'extinction du mental [manonasa].

Toute comme la pratique du contrôle de la respiration, la méditation sur une forme de Dieu, la répétition de mantras, le régime alimentaire etc., ne sont que des aides pour apaiser le mental.

Par la méditation sur des images de Dieu et par la répétition de mantras, le mental acquiert la concentration ; car la nature du mental est précisément d'errer. Tout comme la trompe d'un éléphant cesse de s'agiter lorsque'il tient une chaîne, ne cherchant plus alors à saisir autre chose, de même le mental, quand il est occupé à méditer sur des noms et des formes, ne s'intéresse à rien d'autre. Quand le mental se déploie sous forme d'innombrables pensées, chacune d'elles finit par s'affaiblir. Quand, au contraire, les pensées s'évanouissent, le mental se fixe sur un seul but et devient fort. Pour un tel mental la recherche du Soi devient facile.

De toutes les règles de conduite, celle d'un régime restreint à la nourriture sattvic [pure], en quantité modérée, est la meilleure. En observant cette règle, la qualité sattvic du mental se développe et cela favorise la pratique de la recherche du Soi.

 

Ramana Maharshi

 

http://www.inner-quest.org/Ramana_Qui_suis-je.htm

Ramana Maharshi: "Demeurer dans sa source."
Repost 0
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 11:08
Repost 0
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 11:05

 

Un jour de grande chaleur un disciple avait demandé à Maître Tosan : “Maître, quand vient la grande chaleur ou le grand froid, comment les éviter ?”

Tosan : “Tu dois trouver le lieu où il ne fait ni chaud ni froid.”

Le disciple : “Quel est ce lieu ?”

Tosan : “C’est le lieu où quand il fait chaud nous avons complètement chaud et où quand il fait froid nous avons complètement froid.”

 

 

http://serenagaia.blogspot.fr/search/label/CONNAIS-TOI%20TOI-MEME%20ET%20TU%20CONNAITRAS%20L%27UNIVERS%20ET%20LES%20DIEUX

"Quel est ce lieu ?"
Repost 0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 12:19
Repost 0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 09:44

 

 

"L'esprit envahi de souvenirs et préoccupé par l'avenir perd la fraicheur de l'instant présent.Nous sommes alors incapables de reconnaitre la simplicité lumineuse de l'esprit qui est toujours présente derrière le rideau des pensées."

Matthieu Ricard

 

Citation du jour.
Repost 0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 09:02
Repost 0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 08:45

 

 

 

"Les gens se mettent dans des états de souffrance extrêmes et ne savent pas comment les gérer. J'ai vu de nombreux cas de ce genre, pas seulement un ou deux. Ces personnes avaient rejoint des ashram ou d'autres centres, mais sans changement ni amélioration. Le changement véritable ne se produira qu'une fois que vous comprendrez vraiment que le bonheur et l'amour ne proviennent pas de transactions avec des choses extérieures.

Disons que vous tombez amoureux de quelqu'un et que cette personne est à Londres. Vous devez vous rendre à Londres puisque c'est là que se trouve votre bien-aimée. Il vous faut voyager pour y aller et, pour financer le transport vous avez besoin d'argent. Mais qu'adviendrait-il si votre bien-aimée était très près de vous, si elle était plus proche de vous que votre propre respiration ? Si vous vous mettez à courir, ou que vous entamiez quelque mouvement que ce soit, vous vous en éloignerez au lieu de vous en rapprocher. Dès que vous courez, vous échappez à la présence de votre bien-aimée au lieu de la rejoindre. À chaque fois que vous recherchez autre chose, quelque chose qui ne soit pas cette bien-aimée située plus près de vous que votre respiration, votre quête vous en éloigne. Il en est toujours ainsi. Si vous désirez la libération, vous devez apprendre à ne plus courir. Il vous faut découvrir comment rester, et être, là où vous êtes. Cette liberté n'est pas en vente sur les étalages du marché aux légumes, ni nulle part ailleurs.

Vous devez comprendre que la liberté est en vous et qu'elle ne se trouve pas dans les objets qui sont distincts de vous. Puis, une fois que vous vous êtes assurés de son emplacement, il vous faut décider : " Quand la voudrai-je ? " C'est une décision majeure, l'une de celles que vous avez remises à plus tard pendant des millions et des millions d'années. Prenez la décision. Prenez cette décision maintenant.

 

Papaji

 

http://www.inner-quest.org/Poonja_Feu.htm

Papaji: "Plus proche de vous que votre respiration."
Repost 0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 16:11
Repost 0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 16:08
Image du jour.
Repost 0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 16:06
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens