Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 09:03
Repost 0
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 10:41
 
 
"La vraie méditation n'est pas un "faire", une tâche à accomplir ou un processus menant le chercheur affamé vers un but ou un état futur - il s'agit de fascination pure, enfantine. La fascination envers les pensées, envers les sensations, envers les sentiments, envers les sons, envers la fascination elle-même - envers ce qui est, à cet instant.
       C'est être radicalement ici, et remarquer dans la fascination l'émergence et la dissolution du désir d'arriver "quelque part". Remarquer toutes les ingénieuses tentatives de la pensée pour échapper à ce moment; remarquer que même ces désirs sont radicalement accueillis dans l'espace ouvert et silencieux que vous êtes; et remarquer que même "je suis celui qui remarque" ou "je suis celui qui contrôle" ou même "je suis celui qui médite" sont encore d'autres pensées, qui, comme tout le reste, sont profondément autorisées à surgir en vous, et profondément autorisées à se dissoudre.
C'est la méditation sans méditant, et la lumière qui ne s'éteint jamais."

 

 

Jeff Foster

 

http://laurentcaigneaux.over-blog.com/tag/meditation/

Jeff Foster: "Etre radicalement ici."
Repost 0
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 10:24
Repost 0
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 09:59

 

"Il n’y a rien à lui enlever,

Il n’y a rien à lui ajouter,

Contemple simplement la vraie nature…

En la voyant telle qu’elle est,

Tu te libères parfaitement."

 

 

Milarépa.

 

Citation du jour.
Repost 0
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 09:49
Repost 0
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 09:40

 

 

"A vingt-cinq ans, après l’éveil initial que j’ai décrit, j’aurais pu me dire: « Eh bien, ça y est, il n’y a rien de plus; j’ai perçu la nature absolue de la réalité. » J’aurais pu proclamer au monde entier ce que j’avais découvert. Heureusement, une petite voix intérieure m’a chuchoté: « Tu n’y es pas vraiment. Il y a plus. Continue. »

 

Cette petite voix fut en quelque sorte mon sauveteur, car, à ce stade du parcours, la personne a tendance à adhérer à cette vision, à la revendiquer, à se l’approprier puis à se fabriquer un « moi éveillé » tout neuf, une « identité illuminée ».

 

Par bonheur, la petite voix intérieure m’avait averti. Cette voix qui vous intime de poursuivre vient parfois de l’extérieur – des circonstances, du cours des événements. Peu importe, vous devez à tout prix ne pas vous approprier ou revendiquer un éveil initial, ni présumer que vous êtes parvenu à destination.

 

Même si vous avez cette impression, vous devez savoir que l’ancien parcours – ce chemin jusqu’à la vision première, ce parcours où vous n’aviez aucune conscience de qui ou de ce que vous êtes – n’est plus. Un nouveau cheminement s’amorce alors: l’expression de la non-dualité en chaque domaine de votre être. Et cela pourra se poursuivre pendant plusieurs années.

 

 

La signification de la non-dualité

 

Ces enseignements traitent de la non-dualité, l’éveil étant synonyme d’état non duel. Je tiens à m’assurer que mes lecteurs comprennent bien cette notion de non-dualité. Cet état résulte de l’éveil; il exprime la réalisation de votre nature essentielle. Je l’ai expliqué déjà, l’état exempt de dualité ne correspond ni à la sainteté ni à la perfection. Rien ne garantit que tôt ou tard, après l’éveil, vous ne vivrez pas encore la division; rien n’assure que cette dernière ne se produira plus jamais. À dire vrai, être libéré, éveillé, c’est ne plus se préoccuper de ce degré d’éveil.

 

Selon la fin d’un magnifique poème de tradition zen, l’illumination signifie « être exempt de toute anxiété au sujet de l’imperfection ». Être non duel, ce n’est pas être parfait. L’état de non-dualité ne correspond pas à nos représentations mentales de la sainteté ou de la perfection. Mon histoire personnelle peut porter à dire : « Oh! ça ne correspond pas à mon idée de ce qu’est un être éveillé ». Ça ne répond pas à l’image d’un être exempt de dualité. » Nul doute que ma vie ne se conforme pas à l’idéal populaire de l’illumination. Car, en vérité, je suis beaucoup plus ordinaire que la plupart ne le conçoivent. Pour moi, un aspect de l’éveil consiste à mourir dans l’ordinaire, dans l’absence d’anxiété.

 

Peu importe les jugements portés sur mon histoire ou sur celle de quelqu’un d’autre, il est impossible de concevoir l’état non duel jusqu’à ce qu’on le vive. Je vous incite à ne pas vous attacher à une représentation mentale de la sainteté ou de la perfection, car ces images ne font qu’entraver la réalité. Vous devez découvrir par vous-même la non-dualité – agir et voir depuis un état de non-séparation, depuis l’unité. Comment est-ce d’apercevoir au-delà de la haine, de l’amour, du bien et du mal? Il faut vivre intimement ces états. Il ne sert à rien d’évaluer l’expérience de non-dualité de l’autre. Tout ce qui importe, c’est où vous en êtes. À tout instant, vivez-vous et agissez-vous depuis la dualité ou depuis l’unité?

 

Comme je l’ai mentionné, l’éveil exerce un effet différent d’une personne à l’autre, en fonction du conditionnement de chacune. Le modèle qui s’est avéré efficace pour travailler avec mes disciples porte sur l’impact de l’éveil sur les trois plans de notre être: le plan mental (celui de l’esprit), le plan émotionnel (celui du cœur) et le plan existentiel (celui de l’instinct). À mesure que l’éveil imprègne l’ensemble de votre être, vous éprouvez divers degrés de non-dualité sur chacun de ces plans. N’oubliez pas que ces trois plans sont allégoriques; ce sont des modalités qui permettent de clarifier votre expérience. Cette approche conceptuelle sera utile tant qu’elle ne se rigidifiera pas.

 

À l’instant même d’un éveil authentique, l’esprit se libère intégralement, sur tous les plans de l’être et simultanément. Du jour au lendemain, nous nous éveillons à une cognition et à un mode de perception complètement différents de tout ce que nous avons connu jusqu’alors. Dans le sillage de l’événement, cette perception intégrale et parachevée ne se stabilisera peut-être pas de manière égale sur tous les plans de notre être. Un peu comme un élastique de benji qui s’étire au maximum, mais qui, en raison de tendances karmiques, revient à une position antérieure. Il ne revient jamais à sa position d’avant l’éveil, mais se resserre jusqu’à un certain point. Le retour à l’état antérieur a donc lieu de façon inégale sur tous les plans de notre être.

 

 

Adyashanti

 

Extraits de son livre La fin de notre monde – La vraie nature de l’illumination, page 117 à 14 1Editions Ariane 2010

 

http://laurentcaigneaux.over-blog.com/article-l-eveil-sur-les-plans-mental-affectif-et-visceral-selon-adyashanti-1-116446053.html

Adyashanti: "Etre non-duel."
Repost 0
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 08:08
Repost 0
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 11:13

 

"Petit pause loin de toute obligation, de toute sollicitation, quelques heures de solitude bienheureuse, rien d'autre à faire que rester à ne rien faire, quel luxe ! Plus besoin d'être quelqu'un, je pose mes affaires, je pose mon corps, je pose mon esprit, je quitte mon masque, je pose le je... et tout disparaît dans un océan de lumière.

Ni image, ni son, ni couleur, ni odeur, rien de palpable...

un océan de lumière,

lisse, silencieux, serein, vaste, profond, infini, uni.

Puissamment paisible.

Un océan de lumière englobant tout, vivant d'une vie riche dans son immobilité soyeuse, pleine, indivisible.

Un océan sans fin, une lumière douce, un silence heureux,

Une plénitude.

Il n'y a personne, il n'y a rien, mais c'est bonheur. Non pas une joie exubérante, plutôt une joie solide, comme concentrée dans une satiété qui fait qu'il n'y a besoin de rien d'autre que d'être cela.

Il n'y a que Cela , et Cela est toute la vie.

Un océan de lumière qui jamais ne commence, qui jamais ne finit.

Tout se tisse, se tresse, se trame, se chevauche, s'entremêle des fils d'or issus de la mouvance rayonnante de l'océan lumineux. Sa vibration émet un son de lumière silencieux d'où tout apparaît.

De là vient l'Amour. Au delà demeure la Paix. en deçà, l'Eternité.

Nous sommes le reflet du Rayonnant qui s'éveille en son immensité radieuse."

 

 

Domiji

 

http://lavieestleplusgranddesguru.over-blog.com/

Domiji: "Il n'y a besoin de rien d'autre que d'être Cela.."
Repost 0
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 11:10
Repost 0
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 11:01

"Il n'y a personne".......je l'entend partout et je me suis moi aussi accrochée à ça lorsque cette évidence a été vu pour la première fois en 2010. Il y a un tel changement lorsque cette découverte surgit. Il n'y a personne pour choisir, pour décider, les choses surgissent et tout se place au bon moment. L'identification aux conditionnements s'annule, tout semble plus léger. La conscience n'est plus enfermée en s'accrochant à tout ce qui passe en elle.

 

Et puis ensuite...ensuite ? Après bien des mois, différentes accroches ont eu envie d'apparaitre, des identifications ont repris. Pourtant l'évidence du "il n'y a personne" était encore là, clairement là et ne m'a pas quitté depuis. C'était comme si "identification à certaines choses se passe" tout seul, sans personne pour le décider ainsi.

 

Et l'observation qui, curieuse, se fait. Comment donc est-il possible d'être en accroche avec des choses sans pourtant qu'il y ait quelqu'un ?.....est-ce ca l'éveil?

 

et en mars dernier, dans une deuxième "expérience", dans un non-événement, surgit l'Évidence! Ce qui est nommé l'éveil c'est être libre d'être identifiée ou non identifiée. Ce n'est pas le résultat de la découverte de "il n'y a personne". Découvrir "il n'y a personne" est un piège, un subterfuge parce qu'il fera alors s'enclencher en soi la sauvegarde du "il n'y a personne".....pourtant, il y a bel et bien, ho mystère, deux facettes à la médaille conscience/moi. La conscience illimitée et son pendant fabriqué, son jeu appelé moi. L'éveil n'est pas de vivre la conscience illimité sans moi, c'est d'être "au-delà", dans cette espace qui n'en est pas un, dans ce être direct, dans le verbe même, mouvement être qui englobe et ainsi est au delà du couple "il n'y a personne, il y a quelqu'un".

 

Réaliser qu'il n'y a personne est une simple étape. Bien que magistrale et apportant son lot d'effets bénéfiques, c'est une simple étape ou plutôt une illusion d'étape car se croire arriver quelque part sera quasi impossible à empêcher suite à cela et pourtant se croire arriver quelque part, dans une pseudo liberté du "il n'y a personne" est le piège !

 

Il n'y a aucun problème avec l'identification, aucune souffrance à être identifiée sauf pour la personne qui croit que l'éveil est l'évidence première de "il n'y a personne". Être est direct et il englobe être identifié et ne pas être identifié. C'est ce qu'il se passe là maintenant directement sans changement d'aucune miette, sans désir de changer quoi que ce soit y compris une micro identification passante.

 

Être libre véritablement c'est être libre de l'identification et de la non-identification. Pas de préférences."

 

 

Christine Morency

 

http://ecritsdabsolu.blogspot.fr/

Christine Morency: "Pas de préférence."
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens