Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 09:07
Repost 0
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 08:43

Il y a cette chose inévitable qui se produit lors de l'effondrement de l'illusion de la séparation : on meurt au monde.

Bien que le retour au Soi soit une célébration, une jubilation, la perte de l'identification peut entraîner une certaine tristesse. Il me semble qu'il faut le savoir, on fait le deuil de son petit personnage. On fait le deuil de tout un univers, celui que crée le personnage pour exister. Il a été le héros - heureux et/ou malheureux - de tous ces scénarios, je crois qu'il a aimé ça.

Quand il est perçu que cette entité n'est qu'un agglomérat de tendances, de prédispositions, de pensées figées, d'émotions enkystées, de dons créatifs ou d'aspirations élevées, quand il est constaté que cet individu qu'on se croyait être et qui se croyait maître de sa destinée n'est que le jouet et l'esclave de ses peurs, de ses désirs, de ses ambitions ou le fruit de l'inspiration qui l'aspire hors de son illusion, quand il est réalisé enfin qu'il n'est rien par lui-même,

le masque tombe, il s'anéantit en Ce Qui Est.

Stupeur et émerveillement. Stupeur dans la réalisation de n'être rien, émerveillement de se vivre en tout. Tout est vivant de l'Unique.

Comme cela l'a été déjà dit, cet effritement de toutes les tendances qui voilent l'Unité de la vie peut durer quelques temps, un certain nombre d'années même pour plusieurs d'entres nous, dans ce mirage qu'est l'espace/temps peuplé de toute une humanité...

Finalement on va tourner en rond dans deux ou trois scénarios, les plus tenaces, les plus denses, ceux auxquels on croit le plus, et tout le reste s'en sera allé laissant de larges espaces de silence éclairé d'amour. C'est là qu'on va réaliser cette quasi inexistence au monde, on n'est plus là ! On est mort au monde, Il n'y a plus que cette ouverture sur l'Infini et l'Infini prend toute la place; le monde nous traverse comme l'averse passant dans le ciel sans jamais le mouiller. Sans jamais le brouiller.

On sait aussi que quelque soit la personne en face de nous, ce n'est qu'une image mentale. Il arrive donc que la fin du jeu avec l'autre, avec tous les autres, par la cessation de se croire un individu séparé peut être vécu avec une pointe de nostalgie. A ce niveau là, dans cet Absolu d'amour, il n'y a pas d'altérité, et ce monde grouillant de vie semblant se démultiplier sans fin n'est plus vue que comme un reflet du Rayonnant. Un miroitement à la surface de l'Indicible. Un éclat éphémère de son éblouissance. Ainsi une petite pluie fine viendra arroser ce ciel toujours azuré, sans en altérer la profonde sérénité. C'est même rafraîchissant, un zest d'humanité dans cette insondable limpidité.

Une pensée peut s'élever alors : et si on y retournait ? Aller ! une danse de plus, mais pas une ronde endiablée bien sûr ! Un tango avec Dieu, on se sépare pour mieux s'aimer, une nouvelle histoire d'amour, ou un rôle de grand guérisseur : "je te touche, Dieu te guérit !" comme ce serait joli ! ou juste simplement revoir une fois encore cette robe-feu flotter sur ce petit corps véhiculant l'Amour parfait, et se mettre aux pieds de ce Flamboyant en attendant l'éternité...

Oh cette maya ! Quelle ensorceleuse ! Je crois que Dieu s'ennuie et se recrée à l'Infini dans cette histoire sans fin de la vie.

Une chose est sûre, une fois qu'on meurt à ce petit personnage, on ne peut plus jamais mourir, on est cette vie éternelle, on est La Vie, celle qui se respire en tout ce qui existe et qui se recrée en chaque instant.

Une fois que l'on est mort au personnage,

on (re)devient l'Immortelle Présence...

 

Domiji

 

http://lavieestleplusgranddesguru.over-blog.com/

Domiji: "Mourir avant de mourir."
Repost 0
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 08:20
Repost 0
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 08:13

 

 

"Celui qui conseille à un chercheur fervent de faire ceci ou cela n'est pas un vrai maître. Le chercheur est déjà affligé par ses activités et il désire la paix et le repos. En d'autres termes, il souhaite la cessation de ses activités. Si un enseignant lui dit de faire quelque chose en plus de ses autres activités, ou à leur place, ceci peut-il lui être une aide ?

 

L'activité est création. L'activité est destruction de notre bonheur intrinsèque. Si l'activité est indiquée, celui qui la prescrit n'est pas un Maître, mais un tueur. De telles circonstances nous mènent à dire que soit le créateur [Brahma], soit la mort [Yama] se sont présentés sous l'apparence d'un Maître. Une telle personne ne peut pas libérer l'aspirant, elle ne peut que renforcer ce qui l'entrave."

 

Ramana Maharshi

 

http://www.inner-quest.org/Ramana_Realise.htm

Ramana Maharshi: "L'activité est destruction de notre bonheur."
Repost 0
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 13:27
Repost 0
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 13:22

 

 

Seule la vague parle. L’océan reste silencieux : il n’a rien à dire. Il « n’existe » pas, car il ne peut « sortir de lui-même », il ne peut se séparer en aucune manière.

 

 

Imaginez une vague dans un océan. La vague se dit à elle-même : « Je suis séparée de l’océan ». Elle se croit et s’expérimente comme existant séparément de l’océan. Elle croit qu’elle est née en tant qu’entité séparée et qu’elle mourra un jour.

Elle a une histoire d’un passé et d’un futur, elle peut parler de ses expériences passées, ses succès, ses échecs, ce qu’elle a accompli, ses espoirs, ses regrets et ses peurs.

Et de milliers de façons différentes elle passe sa vie à chercher : chercher l’amour, l’approbation, le succès ou l’illumination spirituelle, et ce qu’elle recherche vraiment, bien sûr, c’est l’océan. Pourtant la vague est déjà l’expression parfaite de l’océan – elle l’était depuis le tout début. L’océan s’exprime au travers de toutes ces vagues apparemment différentes. L’Un s’exprime, au travers du « multiple », même si en réalité, le « multiple » n’est pas séparé de l’Un.
Aucune vague ne peut être une autorité.
Aucune vague de l'océan ne peut transcender l'océan - car elles sont seulement l'expression de l'océan.
Une vague qui prétend avoir transcendé l'océan ou être allé au-delà de l'océan, n'est toujours qu'une vague qui fait certaines déclarations.
Toutes les vagues sont égales en essence : elles sont eau."

 

Jeff Foster

 

 

http://milajesuis.blogspot.fr/2011/10/la-vague-et-locean-jeff-foster.html

Jeff Foster : "La vague et l'océan."
Repost 0
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 12:08
Repost 0
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 11:52

 

"En perdant contact avec sa quiétude intérieure, c'est avec soi-même que l'on perd contact.

En perdant contact avec soi-même, on se perd dans le monde.

Le sentiment le plus intime de soi, de son essence, est inséparable du calme intérieur.

C'est le JE SUIS, plus profond que le nom et la forme."

 

Eckhart Tolle

Je suis.
Repost 0
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 11:50
Repost 0
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 11:48

 

 

"Essayez de voir et de sentir ce qui est et non d'attendre que les choses soient comme vous aimeriez qu'elles soient.

Cette attente est la tragédie de la vie humaine."

 


Arnaud Desjardins

 

http://souriredamour.blogspot.fr/2015/09/la-spiritualite-cest-lindependance-par.html

Citation du jour.
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens