Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 12:27
Repost 0
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 11:27

 

"Détendez-vous simplement en lisant ce qui suit. Observez si vous avez tendance à faire quelque chose en vous relâchant : essayez-vous de faire quelque chose de ce moment, de le maintenir, de le repousser ?
Il me semble que toutes ces tendances sont construites pour vous défendre contre la conviction ou le pressentiment profond que vous n’êtes pas vraiment un organisme individuel, ni une personnalité, que vous n’êtes en fait rien du tout. Le mental perçoit le « rien du tout » comme une pensée terrifiante, qui rappelle la mort, l’absence de valeur, le fait d’être une quantité négligeable. Cette peur peut être très forte, tout dépend de la profondeur de votre identification au corps et aux pensées.
Vous pouvez reconnaître que les schémas de défense mentale contre le néant ou le vide sont construits autour de cette peur. Ces schémas sont des réactions automatiques à la peur. Le mental peut agir très rapidement : « Oui, mais qu’est-ce que ça veut dire ? Cela ne peut pas être ainsi. Comment vais-je continuer à travailler ? etc. »
Laissez toutes ces pensées de côté pour un moment. Permettez à votre mental de se reposer dans rien – ne rien être, ne rien faire, ne rien avoir, ne rien obtenir, ne rien garder. Vous pouvez simplement ne rien être du tout, vraiment, volontairement et consciemment ; en un éclair, vous pouvez découvrir la paix, l’expansion et l’absence de limites inhérentes au néant. La vérité est que vous n’êtes rien en réalité. Mais ce rien est plein, entier, infini, dans chaque chose, partout. Ce rien est la conscience elle-même. Elle est déjà pleine, complète, accomplie. Quel paradoxe étonnant : ce que vous fuyez et ce que vous recherchez sont une seule et même chose ! Je sais que vous pouvez expérimenter au moins une ébauche ou un écho de la paix illimitée qui est là. C’est un écho de votre véritable identité, qui est toujours présente.
Peu importent la réaction du mental et ses nombreuses stratégies – construire, garder, cacher, protéger ou défendre, cette paix illimitée est toujours là et elle est votre vrai refuge. C’est votre vrai visage. Vous n’avez pas besoin d’années de pratique spirituelle pour trouver votre vrai visage, étant donné qu’il est toujours là. Vous n’avez pas non plus besoin de devenir une meilleure personne pour trouver votre vrai visage. Votre vrai visage luit maintenant, là où vous êtes, indépendamment de ce que vous imaginez être. En fait, il ne s’agit pas d’un visage, car il n’est pas question d’homme ou de femme, ni d’emploi du temps. Il luit simplement tel quel, car il est la lumière.
On me demande souvent pourquoi nous adhérons à cette fausse identité en premier lieu et pourquoi nous voilons notre vrai visage. Il existe de nombreuses théories spirituelles et métaphysiques à ce sujet ; celle qui a le plus de sens pour moi est que le délice extraordinaire de découvrir son vrai visage n’est possible que si l’on a beaucoup souffert de l’avoir voilé.
Vous avez peut-être des souvenirs d’enfance des frissons qu’on éprouve en jouant à cache-cache : le frisson de se cacher, puis lorsqu’il s’est évanoui, le désir d’être trouvé. Lorsque le désir d’être trouvé apparaît dans votre vie, il est alors temps que vous le soyez. Arrêtez de vous préserver de votre concept de néant et retournez à la vérité du néant. Il est temps de vous y reposer. Vous découvrirez alors que vos habitudes d’identification erronée, vos stratégies de contrôle et de dissimulation, vos croyances conditionnées justifiant la nécessité de vous cacher, seront toutes mises en lumière ; vous serez alors libre de simplement être. L’expérience du pouvoir de l’individuation est fascinant, et il ne représente en aucune manière un obstacle. C’est une expérience de cache-cache : l’expérience du tout se déguisant en individu. Le tout a la possibilité aujourd’hui de rayonner à travers le déguisement de l’individu. Seuls sont nécessaires votre bonne volonté, votre consentement et votre proclamation : « Oui, je suis prêt maintenant, je suis vraiment prêt à être trouvé. » Comme vous vous êtes caché durant des millions d’années dans une forme génétique ou l’autre, les forces énormes de votre conditionnement vont vous mettre à l’épreuve : « Non, pas encore, pas tout à fait, un peu plus tard, ce n’est pas le bon moment. » Mais vous pouvez choisir de répondre : « A cet instant, même si les forces du passé cherchent à m’influencer, il est temps que je sois trouvé. » Ces forces de conditionnement se transforment alors en combustible alimentant un immense feu de joie qui éclaire votre retour à la maison. Invitez tout votre conditionnement à être exposé à la lumière de ce feu, à être exposé à la lumière de la véritable self-inquiry.

Extrait du livre de Gangaji « Le diamant dans votre poche».

Gangaji: "Se reposer dans rien."
Repost 0
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 11:24
Repost 0
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 11:16

 

"Cela emportera tout, faisant rompre les digues de tous les cloisonnements. Une fois cette brèche ouverte, le torrent d'amour va s'y engouffrer et tout ce qui se ramènera en une histoire personnelle sera pulvérisé. La puissance de la déferlante ne laissera rien du nœud égocentrique qui nous étrique dans cette obsession du moi. Les flots joyeux et tonitruant de cet amour fou enfin délié du mirage de l'individu vont repousser toutes les limites personnelles dans un océan ouvert et infini. Alors à travers cet écran spacieux, dans cette béance incommensurable se déroulera tous les films de toutes les personnes rencontrées. Il n'y aura plus de vous, il y aura tous les autres, avec leurs fardeaux empesés de leur histoires, avec leur mémoires encombrés d'un passé toujours ressassé. Et comme il n'y aura plus de vous, il y aura de la place pour chacun, pour tout le monde. Pour tous les mondes. Cet Amour accueillera tout, sans jugement, sans division, sans protection.

Et comme il n'y aura plus de vous, cela traversera votre immensité sans retenue.

Et quand il n'y aura plus que les autres, il sera vu qu'il n'y a personne que Cela qui se joue ainsi.

Alors de votre béance jaillira le Silence qui embrasse tout d'un amour tranquille.

Parce que cet Amour illimité n'est pas divisé et il s'éprouve en tout ce qui arrive comme le mouvement de son éternité, il se goûte en goutte de son eau miraculeuse, il se danse en vague issue de son insondable immobilité.

Ainsi l'éphémère illusion de la séparation s'estompe dans l'amoureuse étreinte de la vie.

Ce fleuve d'une grande pureté, parce que non divisé, peut tout prendre de la misère des autres car à chaque instant il en défait les croyances et les ramène en son cœur ouvert, en son eau tranquille où tout se guérit en l'Unité.

Ce gigantesque déversement amoureux ramènera tout le chaos du monde en son chant profond et muet. Cette bienheureuse déferlante brisera tout se qui pourrait l'empêcher de se retrouver éternellement Un, dans une félicité sans fin.

Se reconnaître en l'autre, c'est s'ouvrir en l'océan en se souvenant que chaque goutte en fait le courant, chaque effluve en produit le parfum, chaque couleur en dépeint le tableau, chaque note en souffle la symphonie.

S'effacer en cette béance c'est s'offrir le ciel à chaque respiration. Et par cette béance laisser courir l'amour qui comme le fleuve s'en retourne toujours en l'océan. Vous ne pourrez rien faire d'autre que vous laissez déborder par ce torrent d'amour, et ce lit défait témoignera de votre union sacré.

Vous n'existerez plus par vous, vous n'existerez plus pour vous, vous serez l'existence de l'Amour Parfait."

 

Domiji

 

http://lavieestleplusgranddesguru.over-blog.com/

Domiji: "S'effacer en cette béance."
Repost 0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 14:18
Repost 0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 14:13

 

"Je me suis rendu compte que j’avais de moins en moins de choses à dire, jusqu’au moment où, finalement, je me suis tu. Dans le silence, j’ai découvert la voix de Dieu."



Sören Kierkegaard

Citation du jour.
Repost 0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 14:10
Repost 0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 13:50

 

"Parfois, je dis aux gens de se tenir derrière leurs yeux. Être juste là, derrière, comme s’il s’agissait de fenêtres. Cela permet de couper court au mental et de “Voir”, d’être très directement en relation avec tout “ce qui Est”. On pourrait dire “habiter” son regard. J’appelle cela vivre en “live”, ou encore, s’immerger dans le Vivant.
Je vous invite à le faire, à y revenir et à vous en souvenir, sans créer de tension. Le plus souvent, nous recherchons cette Vie, cette “intensité” par des artifices et des voies détournées. Cependant, nous finissons toujours par “dessoûler” et cela nous rend frustrés et insatisfaits. D’où l’importance de ne pas compenser, de ne pas user d’expédients. Nous ne puisons pas seulement notre nourriture dans le terrestre, mais aussi dans le céleste. Dans un “contact” et une adhésion à l’Ouverture, où s’actualise le battement du renouveau."

 

Tiré du Journal de l'éveil ordinaire de Denis Marie

Denis Marie: "Derrière les yeux."
Repost 0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 13:49
Repost 0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 12:20

 

 

"A mon sens, il n'y a qu'une seule compréhension irréversible dans la vie intérieure : comprendre que je suis conscience, et tout est conscience, dans la conscience et par la conscience. Cet éveil, fondé sur l'intelligence et l'expérience la plus immédiate, est irréversible, car la conscience qui prend conscience d'elle-même est d'un genre tout à fait unique. Ceci étant, il me semble que cette compréhension est bien rare dans les milieux de l'éveil, y compris dans sa variété "non-duelle".

 

De plus, même cet éveil-là, irréversible, n'est pas pour autant la finde la vie intérieure. Bien plutôt, cet éveil en est le début. Car comprendre que je suis conscience en laquelle tout passe et qui ne passe pas, qui crée tout mais qui ne se laisse enfermé dans rien, cela rend possible un abandon profond et sur le long terme, une conversion de tout l'être qui, en se répétant, sera le moteur de l’évolution intérieure. Mais cette compréhension, en elle-même, n'est pas le tout de la plénitude. Elle n'en est que le principe. Quand je dis que "il y a du soleil dans la pièce", alors qu'il n'y a qu'un rayon, je joue sur les mots. Ne laissons pas les mots se jouer de nous."

 

David Dubois

 

http://shivaisme-cachemire.blogspot.fr/

 

 

 

 

David Dubois: "L'éveil est le début..."
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens