Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 15:26
Repost 0
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 15:15

 

"Dans son Recueil de la transmission de la lumière, le maître zen Keizan écrivait

à propos de ce moment d’abdication où le corps et l’esprit se dépouillent :

Une fois qu’on a atteint ce lieu, on est comme un panier sans fond ou comme un bol percé.

Quoi qu’on y mette et remette, il ne peut rien contenir, quoi qu’on y verse et reverse,

il ne peut se remplir. Lorsque cet instant survient, on dit que le fond du tonneau a cédé.

Seule l’audace peut nous conduire en ce lieu.

Le calme comme l’absence de calme sont alors délaissés — dépassés.

La méditation zen ne prend sens que sur le fond de cette rupture de toutes les digues intérieures.

Il n’existe aucune méthode qui permette de faire céder le fond du tonneau ;

ni les techniques ni le bâton ne le peuvent.

La seule façon qu’il cède, c’est de se permettre qu’il cède. La clé est là : se permettre.

Nous croyons que des pensées, des images, des malaises nous encombrent.

En réalité, seules les peurs et les confusions nous encombrent vraiment.

Atteindre ce point paraît impossible. Et pourtant, c’est facile : il suffit.

On ressent alors que la méditation n’est pas affaire de calme mais bien de liberté.

Tout devient pur et nu, lumineux et transparent. La lumière originelle irradie de votre squelette."

 

Eric Rommeluère / S’asseoir tout simplement _ Seuil

 

https://unriendutout.wordpress.com/

Eric Rommeluère: "Se permettre."
Repost 0
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 15:12
Repost 0
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 15:10

 

"Ne t'en va pas au-dehors,
retourne en toi-même,
la Vérité habite en l'être intérieur."

 

François Cassingena-Trévedy,

Etincelles II

Citation du jour.
Repost 0
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 14:09
Repost 0
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 14:08

 

"Considérez la futilité de chercher votre plénitude dans le futur et réalisez que rien de plus n'est nécessaire. Ne remettez pas à plus tard.

 

Diogène, le mystique grec, est l'un des rares joyaux de la conscience humaine. Lorsqu'Alexandre le Grand était en route pour l'Inde, il rencontra Diogène sur son chemin. C'était un matin d'hiver, une brise fraîche soufflait et Diogène était étendu au bord de la rivière, nu sur le sable, prenant un bain de soleil. C'était un homme magnifique - d'une belle âme émane une beauté qui n'est pas de ce monde...

 

Un homme d'une telle grâce qu'Alexandre ne put en croire ses yeux. Il était émerveillé : "Sire," dit-il... De sa vie, il n'avait jamais appelé personne ainsi. "Sire, je suis extrêmement impressionné par votre personne et je désirerais faire quelque chose pour vous. Y-a-t-il quelque chose que je puisse faire ?"

 

Diogène répondit : "Déplace-toi seulement un peu de coté, car tu me caches le soleil. C'est tout, je n'ai besoin de rien d'autre."

 

Alexandre reprit : "Si j'ai une nouvelle chance de revenir sur terre, je demanderai à Dieu qu'au lieu de me recréer Alexandre, il fasse de moi un Diogène."

 

Diogène rit : "Qui t'en empêche en cet instant même ? dit-il. Où vas-tu ? Durant des mois, j'ai vu des armées en marche. Où allez-vous ? Et pourquoi faire ?"

 

Alexandre répondit : "Je vais en Inde, Je veux conquérir le monde entier."

 

"Et après, que feras-tu ?" demanda Diogène.

 

"Après, je me reposerai."

 

Diogène rit encore et lui dit : "Tu es fou ! Je me repose maintenant. Je n'ai pas conquis le monde, je n'en vois pas la nécessité. Si à la fin, de toute façon, tu voudras te reposer et te détendre, pourquoi ne le ferais-tu pas dès maintenant ? Qui t'as dit qu'avant de te reposer, tu devais conquérir le monde ? Et je te le dis, si tu ne te reposes pas maintenant, tu ne le feras jamais. Tu ne seras jamais capable de conquérir le monde... tu mourras en cours de route. Tout le monde meurt au milieu du voyage."

 

Alexandre assura qu'il s'en souviendrait et qu'il le remerciait beaucoup, mais que, pour le moment, il ne pouvait s'arrêter. Et il mourut au milieu du voyage. Il ne retourna jamais chez lui, il mourut en route."

 

Osho

 

http://www.osho.com/fr

Osho: "Ne remettez pas à plus tard."
Repost 0
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 12:41
Repost 0
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 12:39

 

"Le cerveau et les yeux n'ayant qu'une vue partielle, ne peuvent atteindre à la vision totale.

Ils doivent être parfaitement attentifs mais au repos ;

cesser de choisir et de juger, rester dans une attention passive.

La vision intérieure est alors libérée de l'espace et du temps. En un éclair se manifeste la nouvelle perception."



Jiddu Krishnamurti

Citation du jour.
Repost 0
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 12:32
Repost 0
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 12:29

 

"La méditation est une offrande. Elle est un abandon à soi-même, à Soi ; Un abandon sans intention, ni but, ni attente. Dans cet abandon, il y a ouverture et détente naturelle, Il y a présence sans effort ni volonté. On ne résiste plus à la vie telle qu'elle se présente. On ne cherche plus à la manipuler, la contrôler, la transformer. On ne cherche plus à s'en saisir ou à s'en dessaisir. Dans cet abandon, Tout est libre d'être... Tel que c'est. Le chant d'un oiseau, l'aboiement d'un chien, le clapotis de l'eau, la caresse du vent... Tout est simplement... Une pensée, une sensation, une émotion. Tout s'exprime dans l'ouverture, dans l'infini que nous sommes, En tant que radiance et expression de l'infini ; En tant que sa respiration, son chant unifié. Il y a alors profond repos, Et plénitude naturelle. "

 

Somasekha

 

http://www.espaceducoeur.com/pdf/2015/textes/meditation.pdf

Somasekha: "Profond repos."
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens