Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 08:58
Repost 0
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 08:53

 

"Il s'agit de devenir vivant. Il s'agit de s'éveiller à la grâce inhérente à chaque instant.

Il s'agit de gentillesse inconditionnelle et d'infinie bonté envers vous-même. Il s'agit de permettre, d'autoriser enfin toutes ces ondes invisibles, mal-aimées, insatisfaites, de l'océan de vous-même à ramper hors de la profondeur, de l'obscurité, des coins, des trous et des crevasses de l'expérience, et à rentrer dans la lumière scintillante et pleine d'émerveillement.

Il s'agit de naître à vous-même, de sorte que toutes les pensées sont finalement autorisées à affluer, toutes les sensations, tous les sentiments, tous les sons, toutes ces ondes que nous avons étiquetées «sombre» ou «mauvaise» ou «négative» ou «dangereuse», ou «péché» - la peur, la colère, l'ennui, le doute, la confusion, la frustration, l'impuissance ...

... Sont enfin autorisées à venir se reposer, respirer, et être pleinement elles-mêmes dans l'espace que vous êtes.

Ce ne sont pas des entités ou des ennemis séparés, ce sont des aspects intimes de vous-même, et elles ne peuvent donc pas vous faire de mal, même si elles font mal, ce que nous oublions parfois dans notre empressement à «régler» ou du moins à «normaliser» notre être.

Oui, toutes ces énergies pulsantes, tourbillonnantes, de ce que nous appelons «vie» sont les bienvenues dans la pièce illimitée que vous êtes, le vaste Salon où toute la création chante et danse et se peint dans les images en constante évolution qu'est cet extraordinaire moment ..."

 

Jeff Foster

 

http://du-tout-et-du-rien.blogspot.fr/2016/05/il-sagit-de-devenir-vivant.html

Jeff Foster: "Toutes les energies sont les bienvenues."
Repost 0
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 08:50
Image-citation du jour.
Repost 0
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 08:45

 

"Il n'y a rien à chercher quand c'est trouvé.

Il n'y a nulle part où aller quand c'est ici.

Il n'y a rien à faire quand c'est fait.

Il n'y a rien à faire quand c'est vu.

Il n'y a rien à faire quand nous SOMMES.


Qu'y a-t-il à trouver quand "trouver" est le "cherchant" ?

Où peut-on aller quand "aller" est l' "allant" ?

Qu'y a-t-il à faire quand "faire" est l' "agissant" ?

A voir quand "voir" est le "regardant" ?

A être quand "être" est l' "étant" ?


Quoi donc ?

Quand il n'y a point d'acteur pour "agir",

aucun "moi" pour jouer "Je",

le spectacle est terminé.

A qui puis-je être présent, de qui puis-je être absent ?"

 

Wei Wu Wei


http://kerisahel.blogspot.fr/2011/02/rideau.html
 

Wei Wu Wei: "Rien à faire."
Repost 0
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 08:43
Repost 0
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 08:28

 

"Vous n'êtes jamais né. Votre existence n'a pas commencé et ne finira pas. Ce corps-esprit est une fenêtre éphémère de l'expérience - quand il cesse vous ne cessez pas. 

Vous ne pouvez pas être libéré parce que, tout d'abord, vous n'avez jamais été enfermé. La seule prison existant est la prison de la fausse croyance, des idées fausses sur l'existence transitoire. Vous les avez créées mais vous pouvez voir au travers, et l'ensemble de votre fondation tombe - cette fondation est un cadre extrêmement complexe ... et comprend chaque chose que vous pensez savoir. 

Quand cela tombe, vous restez, littéralement, avec rien. Et c'est juste comme cela doit être.

La première étape est de voir à quel point cette fausse idée d'existence transitoire indépendante est au cœur même de tout ce que vous croyez. Ensuite, chaque question que vous avez se trouve découler de cette fausse idée. Ôtez l'idée et la question ne se pose plus. Vous découvrez que vous ne pouvez pas trouver une seule question qui ne suppose pas une existence séparée transitoire.

Là, en cet instant même, il n'y a pas une chose telle qu'une existence séparée. Existence, si nous pouvons l'appeler ainsi, est tout ce qui est. Elle apparaît comme chaque «chose» - toutes les frontières, tous les débuts et les fins, toute forme, toute absence de forme, la souffrance et l'absence de souffrance, chaque respiration, chaque pensée, chaque expérience et l'absence d'expérience. Ni "moi" et ni "vous".

Si nous devons parler d'un "je" - un "je" que vous connaissez très bien, un «je» qui ne peut être nié par aucune forme de spiritualité ... nous constatons que «je» est la vie elle-même, l'existence elle-même - nous nous rendons compte que «je» n'est pas un nouvel arrivant, mais l'essence même de tout ce qui arrive, que «je» ne se trouve pas DERRIÈRE l'expérience, mais est à la fois l'expérimentateur et l'expérimenté.

Alors ces distinctions n'ont plus aucun sens. "

 

Randall Friend


http://du-tout-et-du-rien.blogspot.fr/2016/05/pas-de-moi-trouver.html
 

Randall Friend: "Vous n'êtes jamais né."
Repost 0
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 09:00
Repost 0
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 08:57

 

"Il a été vu que « je » ne suis pas la ou les personnes que je croyais être, que ce que « je » suis est impossible à percevoir ou à penser mais que le « je » auquel j’étais identifié est de même nature que le « je » du sommeil et est donc un rêve.
Il a été vu que toute chose, toute perception pensées est aussi rêve.
Il se sait que la vie, le vécu direct est ce qui est là, à chaque instant, sans surimposition de rêve et qu’aucun mot ne pourra jamais le décrire.
Mais……Les habitudes sont si fortes
L’attrait du rêve même s’il a grandement diminué laisse comme des traces qui réembarquent l’attention à la manière d’un hypnotiseur.
 
Alors cela vacille entre la vision immédiate et la vision du rêve. L’instant peut encore se vivre en rêve. Il y a comme une pratique qui se met d’elle-même en place, pratique qui tel un aiguillon susurre « quelle est la réalité de cet instant ». Cette pratique, à son rythme décolle le regard figé sur le rêve pour le ramener à l’immédiateté qui se vit et ce de plus en plus facilement. Le rêve continue mais est vu. L’intérêt au rêve se dissout ainsi que la la fixité puis l’abandonne totalement…et le rêve s’éteint de lui-même faute de spectateur « bon public »"

 

Dayana

 

https://www.consciencepure.net/voie-directe/l-ancrage-au-quotidien/

Dayana : "L’intérêt au rêve se dissout."
Repost 0
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 08:55
Humour du jour.
Repost 0
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 08:35

"QU'EST-CE QUI NE VA PAS CHEZ MOI ?
POURQUOI JE SUIS MALHEUREUX ? "

De nos jours, nous vivons trop de pression 
pour nous "sentir bien ".
Mais si c'était justement nos efforts pour nous sentir bien 
qui nous faisaient nous sentir mal ? 
En concevant le bonheur comme une destination 
plutôt que de nous voir comme la présence consciente non-duelle qui embrasse tout, nous déclarons la guerre à notre malheur
et nous sentons coupables et honteux à ses côtés.
Nous nous divisons en deux au nom de la joie
et nous sentons complètement perdus, loin de la Maison. 

Alors n'essaie pas d'être heureux.
Ouvre un espace en toi pour vivre ton profond malheur.
Pleure un océan de larmes.
C'est ainsi que tu connaîtras La Grande Liberté. "

 

Jeff Foster

Jeff Foster: "POURQUOI JE SUIS MALHEUREUX ? "
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens