Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 11:33

 

"Le bonheur de demain n'existe pas.

Le bonheur c'est tout de suite ou jamais.

Ce n'est pas organiser, enrichir, dorer, capitonner la vie,

mais savoir la goûter à tout instant. "

Réné Barjavel

Repost 0
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 11:27
Repost 0
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 11:21

 

"Regarder honnêtement ce qui est là, ce qui éveille en moi la peur, l’anxiété, la prétention, la défense. Clairement, accepter mes prétentions, mes limites. Ces limites vont refléter la non-limite.
Il faut vivre la médiocrité : elle révèle l’ultime en nous. Quand je refuse la médiocrité, quand j’imagine, que je projette un supérieur ou un inférieur, des choses spirituelles qui devraient me libérer de la vie quotidienne, là, je suis dans un imaginaire. C’est une forme de psychose. La médiocrité est l’essentiel-la médiocrité selon mes concepts.
Fonctionner journellement : manger, dormir, aimer, voir, sentir, regarder. Laisser toutes les émotions vivre en nous. Rien à défendre, à affirmer, à savoir. Je n’ai besoin de rien pour pressentir ce qui est primordial. Inutile de changer quoi que ce soit en moi.
Je n’ai pas besoin de changer quoi que ce soit en moi : mes peurs, mon arrogance, mes prétentions, mes limites, tout cela m’est nécessaire pour pressentir le sans-limite.
Tout change, mais aucun changement autre que celui qui apparaît dans l’instant n’est nécessaire. Toutes les énergies qui étaient utilisées pour créer, pour s’approprier, vont aller s’asseoir dans cette disponibilité. Là, il y aura création véritable. Cette création est célébration : une création qui rend grâce, pas une création qui affirme.
Certaines découvertes sont à faire et à oublier dans l’instant. Et pour la personne, c’est la terreur, car l’ego a besoin de s’approprier des qualifications : être spirituel, méditer, se libérer.
La vie ne consiste pas à faire, à acquérir ni à obtenir quoi que ce soit.
La grâce ne frappe que dans les moments de non-savoir, de non-prétention.
Nous n'avons pas à changer notre vie.
La grâce n'est rien d'autre que cette évidence.
Le bonheur est ici lorsque je ne prétends plus qu'il est ailleurs.
Ce que je veux, c'est ce que j'ai.
Dans la tranquillité, il n'y a nulle part où aller.
Ce que je peux trouver à l'extérieur, je peux le perdre.
Alors je ne vais nulle part, je reste ici, présent ."

 

Eric Baret

 

Repost 0
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 13:37
Repost 0
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 13:35

 

"Je compris que lorsque je croyais mes pensées, je souffrais, mais que lorsque je ne les croyais pas, je ne souffrais pas, et que cela était vrai pour tous les êtres humains.

La liberté est aussi simple que cela. Je découvris que la souffrance était optionnelle.

Je découvris en moi une joie qui n’a pas disparu depuis, pas un seul instant. Cette joie est en chacun, toujours."

 

Byron Katie

 

Citation du jour.
Repost 0
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 13:33
Repost 0
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 13:29

 

"Le stress survient quand nous pensons que les choses pourraient ou devraient être différentes de ce qu'elles sont. En d'autres termes,le stress est provoqué par une disparité entre "comment sont les choses" et "comment nous aimerions qu'elles soient".

Combien de fois ne pensons-nous pas : "si seulement..."?
En voici quelques exemples familiers :
-si seulement j'avais plus de temps
-si seulement j'avais plus d'argent
-si seulement je n'étais pas obligé(e) de
-si seulement il/elle pouvait...
Chacun d'entre nous pourrait établir sa propre liste de "si seulement". Sous cet angle, nous pouvons mieux voir quel point le stress nous est familier et est omniprésent dans notre vie. Il semble que nous passions une grande partie de notre temps avec ces tensions dont l'intensité se situera, selon le cas,à un niveau allant de minime à très intense. Le degré de stress que nous éprouvons dépend de deux facteurs :
* l'ampleur de l'écart entre "ce qui est" et"ce qui devrait être"
* le sens ou l'importance que nous attribuons à cet écart.
Plus l'écart est grand, plus le stress est intense. Plus l'écart a de sens à nos yeux,plus le stress est important. ..."

 

Peter Fenner - in "Le courage de se libérer"

Peter Fenner: "Origine du stress."
Repost 0
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 13:26
Repost 0
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 13:20

 

"Lorsque la pensée pénètre ce qui ne change pas, elle devient silencieuse, et le penseur, le "moi" psychologique, l'image de soi disparaît. Soudainement "vous" en tant qu'idée avez disparu. La Conscience reste seule. Il n'y a personne qui est conscient. La Conscience elle-même est elle-même. Vous n'êtes plus la pensée, ni le penseur, ni quelqu'un qui est conscient. Seule la Conscience demeure, en tant qu'elle-même. Et puis, au sein de la Conscience, la pensée bouge. Au sein de ce qui ne change jamais, le changement se manifeste."

 

Adyashanti

Adyashanti: "Seule la Conscience demeure."
Repost 0
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 13:18
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens