Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 13:37
Repost 0
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 13:13
Repost 0
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 11:08

 

"On demanda un jour à Nasr Eddin :

- Nasr Eddin, est-ce que certains de tes étudiants
sont déjà parvenus à l'illumination ?

- Bien sûr. Beaucoup d'entre eux, répondit Nasr Eddin.

- Mais comment peux-tu en être certain ?

- C'est facile.

Ils ont cessé de me suivre et de suivre quiconque,
ils ont cessé de parler sans cesse de

«maîtres»,

d'«enseignements»,

de «spiritualité»

et autres choses du même genre, et ils poursuivent
leurs vies

libres des peurs

et

des faux-semblants."

Citation du jour.
Repost 0
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 11:06
Repost 0
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 10:31

 

 

"José Le Roy : En fait les gens confondent souvent concentration et attention.

Franck Terreaux : Faut-il faire un effort pour soulever un piano ? Faut-il un effort pour écrire sur cet ordinateur ? Il faut un effort. Mais y a-t-il besoin de faire un effort pour qu’il y ait vision. Absolument aucun. Parce que la vision est. Être vision peut être mal interprété. Mais il y a personne qui est vision, la vision est. On ne peut dire « je suis vision », la vision est. Même si on ne fait rien, la vision est quand même là.

José :Oui, elle est là quand même.

F. Cela prouve que ce n’est pas quelque chose qu’on doit faire. Le faire n’a rien à voir là-dedans. C’est hors sujet. Mais ce n’est pas à chercher dans la volonté de ne pas faire. Si on fait des efforts, la vision est là plus l’effort. Et si on ne veut rien faire, par un acte de volonté, il y a la vision plus la volonté de ne rien vouloir faire. Pas besoin de faire, puisque la vision est. Pour comprendre cette non-vision de non-effort, du matin jusqu’au soir, la vision est, elle est toujours disponible, il n’y a pas un moment où elle n’est pas là. Il faudrait s’asseoir sur cette conviction. Si les gens font des efforts c’est pour ne pas la quitter, alors qu’elle est toujours là. Il n’y a pas besoin de s’en rappeler non-plus. Se souvenir de la vision, c’est penser que la vision sera là quand la mémoire est en fonction, alors que c’est toujours là.

José : Parfois les gens me demandent : « Comment faire pour garder la vision ? ». Et je leur dis : "mais en fait c’est la vision qui vous garde, parce qu’elle est avant vous" . Cette expression « que Dieu vous garde » m’y fait penser.

Franck : Jean Klein disait « Tout est grâce mais cette grâce c’est vous qui la quittez ». Elle est toujours là. Maharaj de même disait cela dans son livreL’ultime guérison, : « Il faut en avoir la conviction ». Il faut instaurer la conviction que c’est là tout le temps. Vous êtes ; avez-vous besoin d’un effort pour retenir ce que vous êtes ? En ce sens-là il n’y a pas besoin d’effort. Quand cela est compris, après c’est la fin de la recherche. On sait que c’est toujours là, qu’il n’y a rien à faire. Si on la quitte, c’est le chercheur qui va vouloir en faire quelque chose comme l’enfermer dans un concept. Tu peux aller voir José, mais une fois suffit !

José : Absolument une fois suffit, après c’est compris.

Franck : Le chercheur veut autre chose ; par cette quête, il va tout mettre par terre. Chez Douglas Harding, c’est ce qu’il y a d’extraordinaire c’est l’immédiateté de la chose, tu vois tout de suite que la vision est. Les choses sont claires dès le début. Tout le chemin après consiste à voir que quoique nous fassions elle est toujours là, elle est toujours disponible. Sans l’entremise du chercheur, la vision reste pure.

José : Et paradoxalement, les gens ont du mal à ne rien faire. En fait pour moi c’est un abandon dans l’espace de la vacuité, un repos. Un constat.

Franck : Il y a abandon quand tu comprends que c’est toujours là. Il y a abandon parce que tu comprends que cela ne sert à rien. L’abandon provient de la compréhension que c’est inutile. Jean Klein écrivait : « Chaque pas entrepris dans sa direction, vous en éloigne. »

Franck : Ce qui est difficile c’est de comprendre à quel point c’est simple. Il faut faire fi de tout ce qui tend à nous en éloigner. Les gens pensent que c’est trop simple. La première fois qu’il y a vision, c’est à la fois le début et la fin, il n’y a pas de chemin ; mais après, cette vision va s’instaurer dans la simplicité. C’est toujours dans le simple que cela s’instaure. Il faut comprendre que c’est toujours là, après cela va tout seul. C’est là le point essentiel; Douglas dit que c’est toujours disponible, même au moment où tu es distrait la vision est toujours là. Elle n’a besoin de personne pour se reconnaitre, pas besoin d’un chercheur. Elle se connait « elle-même ».Pas besoin de faire des efforts pour accéder au non-effort ! D’habitude on a besoin d’outils, mais là non. Trop simple. Il faut toujours faire des trucs. Pour beaucoup de gens voir que c’est déjà là c’est insupportable parce que l’identification au chercheur perd alors toute sa raison d’être. On ne peut plus se dire « Je suis un grand chercheur de vérité ! »

José : Oui de cette façon-là on se projette dans le futur.

Franck : La vision n’est pas quelque chose que tu vas acquérir dans le futur ou par la mémoire car c’est sans mémoire ; on ne peut s’en souvenir. Pas besoin de s’en souvenir, de s’en rappeler, c’est toujours là. Je me suis aperçu que quand je ne faisais rien, l’être était là. C’est quand je ne faisais rien que je m’en rendais le plus compte. C’est génial, il n’y a rien à faire. Maharaj avait dit : « Si vous avez besoin d’effort, l’effort apparait mais si l’absence d’effort devient essentielle, elle s’affirme d’elle –même » Cette phrase m’a beaucoup aidé. Moins t’en fait plus c’est efficace. C’est le plus paresseux qui gagne ! C’est celui qui en fait le moins qui gagne dans l’histoire. Les derniers seront les premiers. D’habitude on ne fonctionne pas comme cela.

José : C’est la revanche des cancres !

F. Il n’y a que par l’imagination qu’on peut construire mentalement quelqu’un qui regarde.

José : Parce qu’il n’y a personne qui regarde."

 

http://eveilphilosophie.canalblog.com/archives/2014/05/10/29844577.html

 

 

Franck Terreaux et José Leroy: "Moins tu en fais, plus c'est efficace."
Repost 0
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 10:28
Repost 0
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 10:55

 

 

"Ce que tu as en tête, abandonne-le;


Ce que tu as en main, donne-le;


Ce qui t'advient, ne l'esquive pas."

 

Abu Saïd Ibn Abi'l Khair

 

Citation du jour.
Repost 0
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 10:50
Repost 0
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 10:45

 

"Je répète et redit que l'éveil n'est pas une acquisition ou une prise de position. Ce n'est pas une transformation ou une évolution. Ce n'est rien de tout ça. L'éveil ne fait pas devenir une personne meilleure ayant la capacité de choisir le mieux pour soi ou encore devenir une personne nouvelle, aimante, capable d'accepter les situations, etc...S'il y a encore et toujours la sensation/croyance/vécu viscéral d'être quelqu'un (composé de tout ce qui façonne ce quelqu'un - vécus et expériences antérieures, croyances, conditionnements, etc) toute évolution faisant croire à des changements positifs sera toujours illusoire. L'éveil n'évolue pas et ne fait pas évoluer la personne.

Où donc se pose le choix la-dedans ? ...Un choix, même fait pour apporter plus de positif dans sa vie, est un jugement et tout jugement est souffrance. Parce qu'il pose une condition, un "je veux que", une mise en place et une tentative pour ne pas simplement laisser faire tout ce qui est là sans rien bouger. Choisir est une violence faite à soi-même, choisir est un "acte" que croit faire la personne dans le but d'améliorer ou de changer quelque chose. Ce n'est pas grave, ce n'est pas un drame et c'est même correct de choisir pour améliorer des choses, mais de grâce que la personne ne croit pas ainsi s'approcher d'un but d'éveil, qu'elle n'espère pas une évolution dans le sens d'une libération des conditions, non...l'éveil n'a absolument rien à voir avec toutes propositions, changements, buts, choix, évolutions, etc. C'est tout simplement hors de ce monde tout en étant dans le monde car n'étant ni un lieu, ni un état tout en se manifestant en tant que tels.

Qu'arrive donc à la personne qui tout à coup fait des plans, choisit, fait un nouveau scénario nouveau supposément pour apporter enfin une nouvelle façon de vivre sa vie ? Remplie d'optimisme et de joie à l'idée qu'enfin les choses changent, la personne passera les premières journées remplie d'entrain et commencera son nouveau programme : pensées positives ou voir la vie en rose, pardonner autour à la méthode hopono ou à celle du cours en miracle peut-être, essayer de cesser de juger les gens autour d'elle, prendre les choses positivement, ect...ca marche...jusqu'à ce que ça ne marche plus. Le leurre d'évolution est si vif qu'il peut même faire croire que plus jamais la personne ne sera atteinte de tristesse, de négativisme ou autre chose du genre, non, elle a changé! croit-elle....
Et qu'est-ce qui arrivera instantanément le jour où une parcelle de doute prendre la place du positivisme ? Le jour où ayant moins d'entrain il sera perçu que cette position de choix était un leurre et perdra de sa force ? CULPABILITÉ....et oui, la personne se sentira coupable car n'ayant pas pu tenir envers elle-même se qu'elle se promettait pourtant de faire...c'est évident, tant qu'il y a la volonté de vivre personnelle et de but pour améliorer son personnage intérieur, il y aura défaite et culpabilité en se rendant compte que toute amélioration du personnage est impossible!!! La culpabilité ronge et rend amer, triste, déçu envers soi. Ça tue de l'intérieur...

Tente-t-on d'améliorer les personnages de nos rêves de nuit ? Pourquoi alors le faire durant le jour ? :)

L'éveil vit en n'ayant plus de contrainte d'amélioration, de changement, de volonté, de décisions, de buts, de réussites ou échecs, de modification de la personne, du caractère ou des qualités et défauts. S'il n'y a plus de contrainte d'amélioration, il n'y a donc pas de problème avec, par exemple, les "défauts" de la personne. Tout peut se manifester car il n'y a pas le réflexe d'en faire tout un plat, de se dire "tiens, je devrais améliorer ça chez-moi". C'est le retour à 3 ans, dégagé et pourtant totalement vif et conscient, présence totale sans restrictions aucune....sans restrictions aucune, en étant pas parfait.

Pouvez-vous vivre vraiment totalement tel que vous êtes sans toutes ces chimères violentes à votre égard ? sans perfection d'aucune sorte ? ...ni même celle qui peut-être à la lecture de ces lignes dit en vous : "tiens, je n'ai donc pas à être parfait, je vais tenter d'accepter mon imperfection" ? :)"

 

Christine Morency

 

http://ecritsdabsolu.blogspot.fr/

Christine Morency:"Pas de contrainte d'amélioration."
Repost 0
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 10:42
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens