Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 09:15

 

« Afin de reconnaître clairement l’état naturel, vous devez retourner le regard sur vos pensées. Lorsque vous pratiquez ainsi, vous réalisez qu’à la fois celui qui regarde et l’objet qui est regardé disparaissent simultanément.

Si vous observez attentivement ce qui se passe à cet instant, vous verrez qu’en vérité, vous ne pouvez absolument rien trouver. Il n’y a rien là. Cependant, vous ne tombez pas dans un état d’insconscience. Au contraire, si vous regardez très attentivement, vous allez voir que cet état est plutôt clair et lumineux. Il est impossible de le décrire car il transcende toute description et parce que le langage est fondamentalement conditionné.

Cet état est au-delà des définitions et au-delà de la saisie mentale. Calme, il est parfaitement conscient de lui-même car lorsque vous demeurez dans un tel état, vous réalisez que vous êtes dans votre mode originel ou votre état primordial lui-même. Vous devez vérifier cela très souvent et vous familiariser avec cela aussi fréquemment que possible.

Lorsque vous vous serez familiarisé avec cet état et que vous l’aurez cultivé encore et encore, sans aucun artifice, votre expérience de cet état va devenir de plus en plus stable.

Lorsqu’elle commencera se stabiliser, vous remarquerez que les pensées impures ne surviennent pas comme elles le font d’habitude et vous verrez qu’elle se purifient naturellement d’elles-mêmes. Ces pensées impures deviendront de plus en plus rares, jusqu’à ce qu’elles soient complètement pacifiées dans l’état naturel.

Il est extrêmement important de parvenir à un tel état afin de cultiver l’expérience de l’état naturel de manière continue.” 

 

Lompö Tenzin Namdak

Lompö Tenzin Namdak: "Vous devez retourner le regard sur vos pensées."
Repost 0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 09:14
Image-citation du jour.
Repost 0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 09:12

 

"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau.

Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.

Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."

 

Richard Sylvester

 

Citation du jour.
Repost 0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 09:10
Repost 0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 09:03

 

« Ce livre pourrait être résumé en une seule phrase : L’être humain n’a qu’un seul problème apparent, vouloir autre chose à la place de ce qui est déjà là. Ce qu’on appelle la pratique va consister à voir cette méprise, et rien d’autre. Chaque fois qu’une personne veut autre chose à la place de ce qui est ce qui est absolument impossible – ça crée automatiquement un moi fantôme qui se croit autonome, ayant une volonté personnelle, une histoire personnelle etc., ce qui entretient un sentiment de séparation et une grande espérance pour le futur. (…)

Chacun espère être un avec plus tard, dans le futur, lorsque ça ira mieux, lorsque la vie sera plus conforme à ses désirs personnels. C’est un énorme malentendu de base issu d’une confusion dans les attentes.

Il est capital de voir que rien n’est séparé et que tout est simultanément intriqué, car les implications de cette vision sont effroyables : ça annule toute notion de progression personnelle vers un but ultime imaginé et idéalisé par l’ego, par le moi séparé. (…) L’absence d’un objectif clair va générer un désordre dans les actions concrètes au quotidien et la confusion ne va faire que croître dans une course au tourisme spirituel, une fréquentation assidue de divers centres, maîtres, un mélange des pratiques psychologiques et spirituelles. (…)

Beaucoup supposent que la vérité est comme une chose détenue par certaines personnes, avec en arrière-pensée non formulée : Si l’autre détient cet état, il est en mesure de me le donner… Or, je suis certain que personne ne peut transmettre quoi que ce soit par la parole ou par l’écrit. Les tentatives de partage restent limitées, donc incomplètes, et sont l’expression de la vie sans intention personnelle. (…)

Tout aspect de la vie vécu comme désagréable est immédiatement transformé en problème : le désagréable ne devrait pas exister, autrement dit : je ne devrais pas vivre du désagréable. Beaucoup pensent que tant qu’ils n’auront pas atteint une amélioration de leur vie, ils ne pourront pas accéder à un état idéal promis par beaucoup d’enseignements ou d’idéologies. (…)

Pour sortir de la confusion et de la limite de la compréhension intellectuelle, il n’y a qu’un seul outil : la soumission à l’évidence présente, concrète, indiscutable pour tous. L’évidence dont je parle, le déjà-là, est impersonnelle et n’a pas besoin d’explications complexes pour être vécue. Ce qui est déjà là n’a pas besoin d’être validé par la pensée moi : la vision apparaît avant que la pensée affirme « c’est moi qui vois ».

Seule cette évidence peut nous ramener au Mystère et à l’humilité.

Je ne propose donc aucune solution qui ne ferait que créer un faux problème. »

Daniel Morin

 

"Où est le problème ?" Ed Accarias

 

https://www.babelio.com/livres/Morin-Ou-est-le-probleme-/984250

Daniel Morin; "Où est le problème ?"
Repost 0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 09:01
Repost 0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 08:55

 

"Comment pouvez-vous vous réveiller dans votre sommeil s'il n'y a pas quelqu'un de déjà éveillé qui est là pour vous secouer ?

Un maître, un guru, un instructeur, un ami - appelez-le comme vous voulez - est quelqu'un qui est à vos côtés au cœur du rêve de la vie. Mais contrairement à vous, lui sait que c'est un rêve. Il est celui qui partage avec vous la précieuse information. 

Il instille le virus du doute quand à la réalité de votre monde, il vous invite à remettre en question la nature de la réalité, de façon abrupte et progressive à la fois. Il vous invite à l'investigation suprême, l'investigation du Soi, ou à sentir. Voie de la connaissance ou voie de l'amour qu'importe, tous deux résonnent de l'indicible et inconcevable Vérité. Il est celui qui instille le virus de la vérité contagieuse. 

Il est celui qui vous suggère de regarder dans la seule non direction dans laquelle vous n'aviez jamais osé regarder réellement : à rebours des perceptions, vers la source même de l'attention, vers la source même de cela qui perçoit tout ceci, vers le secret ouvert, en vous-même.

Il peut apparaître sous plein de formes : au cœur d'un rêve nocturne ou dans ce qu'on appelle l'état de veille, sous la forme d'une écriture sacrée, d'un poème, d'un son de cloche, d'un chant d'oiseau, d'un être assis sur une peau de bête dans un Ashram, en guenilles dans le métro, en costard à la bourse, en costume dans les coulisses de l'opéra, ou pourvu de paumes écouteuses, dans un cabinet d'ostéopathie.

 

Ne vous fiez pas à sa forme apparente et momentanée. Qu'importe les modalités d'apparition et de disparition de la précieuse information. Lorsqu'en vous un espace silencieux de réverbération se révèle, l'écho peut résonner librement. 

Le sans Forme peut prendre toute forme pour se rappeler au cœur du rêve qu'il est l'unique rêveur rêvant tout ceci. Les formes des vagues peuvent varier à l'infini mais lorsqu'elles se dissolvent, vous réalisez que toutes sont faites de la même eau.

Mais ne vous leurrez pas, sans cette précieuse information, sans la douce mais inflexible invitation d'un ami à tourner l'attention à 180 degrés vers cela qui en vous perçoit, la probabilité d'un éveil à votre vraie nature est infinitésimale.

La confiance accordée aux mots et à la Présence qui traversent cet être est la clé qui nourrit votre désir d'accoucher de ce pressentiment d'unité qui vous brûlait depuis si longtemps.

 

La Synchronicité est de mise. Si le bois de l'apparent chercheur de Vérité est sec, une étincelle suffit à l'enflammer. Un regard, une phrase, ou un toucher impersonnels suffisent à allumer le feu de l'évidence. 

 

Si par contre le bois du chercheur de Vérité est mouillé, il devra suivre une sadhana, patienter et sécher au chaud, le temps de rejeter toute l'humidité, tout ce qu'il n'est pas.

 

La rencontre du chercheur de Vérité avec le maître ou l'ami est comme une allumette non allumée touchant une allumette déjà en feu. Celle qui n'était pas allumée s'embrase au contact de la flamme de l'attention impersonnelle. C'est la même flamme qui brûle et qui consume les deux allumettes, qui consume l'idée d'un maître et l'idée d'un disciple, qui consume toute impression de séparation. 

Nous brûlons tous de la même flamme. Et lorsque vous vous abandonnez au maître ce n'est pas un abandon à l'allumette mais à la flamme qui réduit en cendres vos vaines illusions.

 

À la fin de ce grand feu de joie, sans cause et sans but, il ne reste que ce qui était là au début : Une joie immense, une joie d'être sans objet, un brasier d'amour. Une vacuité absolue, inconnue et pourtant reconnue. Une intime conviction d'être Cela.

Et chaque forme se révélera soudain comme une expression de Cela. Une expression de Vous-même."


 

Dan

 

http://eclore-en-conscience.blogspot.fr/


 

Dan: "Vers la source même de l'attention."
Repost 0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 08:53
Repost 0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 09:47
 
Chaque situation est la meilleure des occasions. "
 
Sagesse zen
Citation du jour.
Repost 0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 09:36
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout en particulier et le Rien en général. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens