Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 10:17
Repost 0
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 11:45

 

 

« Soyez personne, mais ne l'écrivez pas sur une étiquette que vous collez sur votre front.

À l'extérieur, vous vous comportez comme une personne,

à l'intérieur, vous restez personne. » 

 

Mooji

 

https://www.facebook.com/Mooji-Francophonie-220402271438224/?ref=py_c

Citation du jour.
Repost 0
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 11:34
Repost 0
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 11:10

 

Dieu ne donne à personne. Il est offert à tous,
et peut, si tu ne veux que Lui, être ton bien. (21)

Ni le monde ni Dieu ne peuvent te troubler ;
c'est toi-même, en fait, qui t'inquiètes des choses. (25)

Il n'est rien qui te meuve et toi-même es la roue,
qui d'elle seule court et n'a pas de repos. (37)

Dieu est le grand prodige, car il est ce qu'il veut,
et veut tout ce qu'il est, sans mesure ni but. (40)

Homme, comment peux-tu former désir quelconque
Quand tu renfermes Dieu en toi et toutes choses. (88)

Vois que ce monde passe. Non, il ne passe pas.
Dieu n'efface de lui que son obscurité. (109)

 

Tu dois être limpide et habiter l'instant
pour qu'en toi Dieu se voie et doucement repose. (136)

L'entier abandonné est toujours libre et un ;
de lui à Dieu, peut-il y avoir différence ? (141)

Que désirer encore, quand tu peux à toi seul
être le ciel, la terre et des myriades d'anges ? (149)

Le feu fond et unit : à ton point d'origine,
ton esprit avec Dieu sera fondu en Un. (163)

La Sagesse a plaisir d'être avec ses enfants.
C'est que, merveille, elle est elle-même un enfant. (165)

Toi-même fais le temps, tes sens en sont mesure.
Que l'inquiétude cesse et c'en est fait de lui. (189)

Je ne sais vers quoi tendre ! Tout m'est un : lieu, non lieu,
éternité et temps, nuit et jour, joie et peine. (190)

La vacuité parfaite est comme un vase noble
qui contient du nectar : il a, mais ne sait quoi. (209)

Les créatures sont la voix de la Parole
qui résonne et se chante en douceur et courroux. (270)

La rose est sans pourquoi, fleurit car elle fleurit,
ne se regarde pas, ni cherche à être vue. (289)

Quelle stupidité d'aller boire à la flaque,
et laisser la fontaine au cœur de la maison. (300)

 

Angelus Silesius.

Aphorismes d'Angelus Silesius.
Repost 0
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 11:07
Repost 0
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 10:51

 

 

"Le cœur ne sera jamais satisfait par une simple logique, de simples mots, de simples platitudes. La vraie spiritualité n’est pas un confort – c’est une fournaise, qui brûle vos espoirs et vos rêves chéris, vos croyances dépassées sur la vie, l’univers et toute chose. Beaucoup cherchent "des sentiments agréables, heureux, bons, chaleureux, rassurants, positifs", et confondent cela avec la vraie spiritualité. Cela a également sa place.


Pendant de nombreuses années, j’ai cru que l’éveil avait à voir avec me séparer de la vie, me protéger de la douleur, être "au-dessus" ou "au-delà" de toute préoccupation humaine, vivre dans des états de béatitude sans inquiétude. Découvrir le témoin silencieux, le paisible arrière-plan, l’immuable Soi, le vide "derrière" la forme, a été très nécessaire, à un moment, après presque vingt-cinq ans de souffrance psychologique insupportable. J’avais besoin d’un lieu de repos. Mais le détachement n’était pas le "point final", comme certains des enseignements le promettaient. Le détachement, en effet, était devenu encore un autre point épineux – une autre chose à laquelle s’accrocher, une autre cachette pour le chercheur. Ce qui est venu ensuite a été plus frappant.


L’effondrement même du vide, la dissolution du témoin silencieux, la révélation que la conscience n’est pas "derrière" la forme, mais qu’elle se façonne EN TANT QUE forme. Plus aucune division – plus de protection contre la vie. Plus de platitudes ou de certitudes mentales, ni de réconfortants "bons sentiments" auxquels se tenir. Maintenant, face à la vie, nu, sans protection – sans les promesses. Une fournaise d’intégration, un feu pour chaque satané concept que j’avais jamais eu à propos de l’amour, de l’éveil, de Dieu, de la spiritualité, de moi-même. La vie elle-même était le grand enseignant que j’avais toujours cherché, et les doutes ont été ravagés dans le feu.


J’ai été fortement "contre" certains enseignements spirituels, les labellisant "faux", "dualistes", ou même "dangereux", mais je réalise maintenant que chaque enseignement a sa place, que chaque chemin a ses bienfaits, et que l’univers est assez vaste pour contenir tout cela ; et qui suis-je pour juger ? Nous ne pouvons savoir ce qui est nécessaire pour chaque chercheur, dans chaque contexte, à chaque instant. Ce que nous pouvons dire, c’est ceci : de simples mots, de simples promesses, de simples gentillesses ne satisferont pas longtemps la faim brûlante de Vérité. Et ce feu vous attirera finalement vers cette confrontation directe à laquelle vous avez toujours secrètement aspiré.


A la fin, l’Anneau doit tomber sur la montagne du Destin. Il ne peut être détruit qu’à l’endroit où il a été forgé. Le moment présent."


Jeff Foster

 

Jeff Foster: "Brûler pour la Vérité."
Repost 0
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 10:49
Repost 0
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 10:45

 

"Samuel est vieux, fatigué, râleur comme toujours, amer comme jamais. Il a décidé, ce jour-là, de demander des comptes à Dieu. « Après tout, se dit-il, j'ai le droit de savoir ce que je Lui ai fait pour qu'Il m'ait imposé l'absurdité de vivre. » Et s'adressant au Tout-Puissant :

- Pourquoi ne me parles- Tu pas ?  Au ghetto, quand j'étais enfant, les autres se moquaient de moi, j'étais malingre, timoré, et je Te demandais pourquoi ce qui justifiait, Seigneur, que Tu me laisses errer tout seul dans la cour de récréation. Rien, jamais.

Aucune réponse. Plus tard, j'ai épousé Sarah. Je T'ai demandé: « Ai-je tort ? Sera-t-elle une bonne épouse ? » Et Toi, là-haut, toujours muet. J'ai eu des soucis, Tu le sais, le monde des affaires est dur, et les études des enfants m'ont coûté les yeux de la tête. J'ai eu des maîtresses, j'avoue. Mais je me suis senti coupable, signe évident, à mon avis, que je n'avais pas mauvais fond.

Combien de fois T'ai-je prié de me montrer le bon chemin ? As- Tu une fois répondu, tendu l'index à droite, à gauche ? Rien, pas la moindre remontrance, pas le moindre pardon non plus. Je suis maintenant retraité. J'ai tout mon temps. Alors, dis-moi. Je ne veux pas mourir ainsi sans jamais T'avoir entendu. Pourquoi ce silence, Seigneur ? Réponds-moi, je T'en prie. J'écoute.

L'énorme voix qui dans sa tête résonna comme un craquement de tonnerre apocalyptique le laissa la bouche béanteet les yeux comme des oeufs durs.

- Parce que, Samuel, tu m'agaces, tu me saoules, tu m'exaspères! Tu ne peux pas te taire un peu ?"

 

Histoire juive du jour: "Tu ne peux pas te taire un peu ?
Repost 0
24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 12:20
Repost 0
24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 12:11

 

"Quand vous êtes déprimé, expérimentez la dépression et laissez-la se dissoudre.

Non, elle ne durera pas.

Elle est venue et elle s'en ira.

Ce qui vient, toujours s'en va."

 

Swami Prajnanpad

Citation du jour.
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens