Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 06:33

 

"D’abord regardez avec lucidité ce qui est, ce que vous êtes, ici et maintenant : pour cela, vous devez être convaincu que la comparaison et les jugements de valeur ne sont  absolument pas fondés. Rien n’est ni bien ni mal et vous êtes donc ce que vous êtes, ici et maintenant."

"Tout est neutre, tout est absolu, chaque chose est comme elle est. C’est vous qui la faites apparaître bonne ou mauvaise, agréable ou pénible.

"Celui qui ne se voit pas lui-même n’arrête pas de parler des autres. Il passe son temps à repérer et à mépriser en autrui des fautes et des faiblesses qui sont en fait camouflées et refoulées en lui-même."

"D’abord acceptez-vous vous-même.  Quand vous ne vous acceptez pas et que vous vous imaginez être quelqu’un d’autre, un conflit surgit entre ce que vous croyez être et ce que vous êtes vraiment."

"Vous êtes responsable de votre bonheur. Vous seul et personne d’autre."

 

Swami Prajnanpad

 

http://www.svami-prajnanpad.org/enseignement.html

Swami Prajnanpad: "Tout est neutre."
Repost 0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 06:29
Repost 0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 06:18

 

« Ce que nous avons maintenant
N’est pas imaginaire.

Ce n’est ni le chagrin ni la joie.

Pas un état de jugement
Ni une exaltation
Ni la tristesse.

Ceux-là vont et viennent.
Mais pas la présence. »

Rûmî

Citation du jour.
Repost 0
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 17:09
Repost 0
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 09:41

 

"La première forme sous laquelle apparaît le soi intérieur séparé est une croyance. Nous avons déjà exploré cette croyance avec force détails, aussi nous suffira-t-il de dire ici que l’examen de la croyance en la séparation est, en fait, un prélude à une exploration plus approfondie des sentiments de séparation.

Peu d’enseignements abordent vraiment ce domaine. Au mieux, on remonte aux histoires qui sont à l’origine de ces sentiments – ce que nos parents nous ont fait ou pas fait dans l’enfance, comment nos compagnons, nos enfants, nos employeurs, etc., nous ont traités. Mais ce n’est pas en cela que consiste vraiment l’exploration de nos sentiments. Il s’agit là de l’exploration des histoires qui sont en rapport avec nos sentiments mais non de celle des sentiments eux-mêmes ; et à ce titre, cette exploration constitue un autre aspect de l’investigation au niveau du mental.

Cependant, les sentiments vivent dans le corps. Ces sentiments dans le corps représentent, de loin, l’aspect le plus important du sentiment de séparation. En fait, il existe des couches successives de sentiments dans le corps, chaque couche cachant une couche inférieure plus subtile. 

La peur de disparaître et le sentiment de manque constituent les deux formes essentielles du soi intérieur séparé ; elles ont colonisé le corps et l’ont transformé en un réseau de contractions, de tensions et de résistance qui voile son ouverture et sa transparence naturelles.

En fait, notre corps véritable est celui de la Présence consciente mais le soi imaginaire s’est approprié cette Présence pour en faire une entité à l’apparence solide et dense. Cette densité est constituée de couches de sentiments qui dictent, de façon invisible, nos postures, nos mouvements et nos activités et qui, avec le temps, se gravent dans le corps physique même.

Les deux endroits principaux où résident les sentiments d’être un soi intérieur séparé sont la tête – « je » qui pense – et la poitrine – « je », qui ressens – mais cela, en soi, correspond à une analyse superficielle. La tête elle-même est une colonie de tensions – « je », celui qui voit, situé derrière les yeux ; « je », celui qui entend, situé juste dans les oreilles ; « je », celui qui goûte ou celui qui parle, situé dans la bouche ; et « je », celui qui sent, situé dans le nez.

En fait, à chaque sens, et donc à chaque perception sensorielle, correspond un sentiment de « je » dans la tête. Puis, il y a le « je » qui ressent ou qui aime dans la poitrine, le « je » qui fabrique dans les mains, le « je » qui bouge, marche, agit, etc. qui, tissés ensemble, forment l’étoffe du « moi » – dense et à multiples couches – qui imprègne le corps. Explorer cette dimension « moi » dans le corps, c’est tout d’abord exposer cette étoffe et, par la suite, la dissoudre."

 

Rupert Spira

Extrait de "Présence" de Rupert Spira, paru aux Editions Accarias L'ORIGINEL

Rupert Spira: "Exploration."
Repost 0
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 09:35
Repost 0
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 09:34
Image -citation(2).
Repost 0
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 09:34
Repost 0
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 09:30
Image-citation du jour.
Repost 0
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 09:24
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout en particulier et le Rien en général. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens