Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 07:33

 

"La solution est l'ATTENTION, l'attention au lieu de l'intention. L'attention à ce qui est, et non la recherche de ce qui devrait être. Attention à ce que les choses sont déjà, en écartant toute tentative pour les transformer. En fait, l'attention totale est l'abandon, et l'abandon total est l'attention.
  Attention à quoi ? Attention à ce qui vous est donné, ici, au lieu précis de votre présence, en ce moment, l'esprit détaché de tout autre lieu et temps.

Et pour découvrir ce qu'est l'attention, il est inutile de vous contenter de lire : vous, cher Lecteur, ce que vous avez à faire, c'est de regarder maintenant ce qui se trouve juste en face de cette page imprimée, de porter votre regard vers Celui qui voit, vers le Lecteur - s'il y en a un.

N'est-ce pas un fait qu'il n'y a ici rien qui ressemble à une chose, seulement un espace rempli de ce qu'il voit (deux mains tenant ce livre, et entourées de formes colorées) ?

Qu'y a-t-il ici où vous êtes maintenant, si ce n'est une Conscience sans tache ou une Capacité, privée en elle-même de tout son, odeur, goût, couleur, forme, opacité, complexité, mouvement - et en cela même parfaitement conçue pour recevoir tous ces éléments ?

Une disponibilité remplie, n'est-ce pas ce que vous êtes en ce moment même, de façon évidente et immédiate ?

  Cette vue-vers-l'intérieur, cette attention à ce que l'on est toujours (qu'on s'en rende compte ou non), cette découverte de ce qui est au-delà de tout perfectionnement (car ici il n'y a rien qui change ou qui puisse être changé) - voilà le seul et véritable abandon total. Il nous fait renoncer à toutes les prérogatives, toutes les qualités et fonctions que nous avions revendiquées jusque-là, il met fin à nos prétentions à être quelque chose, à être quoi que ce soit. Pas un atome de substance, pas une pointe de sentiment, pas l'ombre d'une pensée ne peuvent survivre dans
l'atmosphère raréfiée du Centre.

Ici, il ne reste que l'attention, la vigilance, la pure conscience-de-la-conscience, vide de tout contenu et de toute qualité, et Ceci ne va ni ne vient. Voici l'abandon même, qui inclut l'abandon de tout temps et de tout changement. Nul ne peut réaliser cet Abandon : nous le sommes éternellement."


 Douglas Harding

« Vivre Sans tête »
     Ed. Le courrier du Livre P 92-

 

http://eveilphilosophie.canalblog.com/

Douglas Harding: "Attention."
Repost 0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 07:18
Repost 0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 07:18
Image-citation (2)
Repost 0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 07:02
Repost 0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 07:00
Image-citation du jour.
Repost 0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 06:59
Repost 0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 06:57

 

"Je ne peux rien vous donner, je ne peux que vous indiquer l’endroit où vous êtes déjà.

Le personnage qui se rêve est construit d’histoires, de croyances, d’idées et d’opinions en tout genre. Il porte sur lui le fardeau de toutes ses blessures émotionnelles sur lesquelles se sont érigées des stratégies mentales fortes pour ne plus ressentir la douleur. Mais vient un moment où toutes ses stratégies deviennent plus lourdes à porter que les blessures elles-mêmes et l’histoire toute entière de ce personnage devient une souffrance permanente.

Quand cette souffrance se reconnaît et qu’elle accepte de se regarder en face, un processus de déconstruction peut avoir lieu. Cette déconstruction est le chemin de retour à la maison."

 

Caroline Blanco

 

https://www.facebook.com/Association-Etre-Pr%C3%A9sence-110292335652794/?ref=py_c

Caroline Blanco: "Déconstruire."
Repost 0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 06:51
Repost 0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 06:43

 

 

" A l'école de catéchisme le dimanche, le curé inculque à une trentaine d'enfants les notions de bien et de mal. Il leur explique que tout le monde devrait faire une bonne action, au moins une fois par semaine. Le dimanche suivant, il interroge son jeune auditoire : " Qui a fait une bonne action ces derniers jours? " Trois garçons lèvent le doigt. Le curé est ravi, trois sur trente est un pourcentage appréciable dans une classe qui donne généralement l'impression de roupiller.
" Et quelle était ta bonne action? " demande-t-il en souriant au premier gamin.
" Monsieur le curé, répond le garçon, j'ai aidé une vieille dame à traverser la rue. "
" Très bien, fait le curé. Il faut toujours aider les dames âgées. "
Puis il se tourne vers le deuxième gamin : " Et toi, qu'as-tu fait? "
" Moi aussi, j'ai aidé une vieille dame à traverser la rue. "
Un peu surpris, le curé marmonne: " Bien, très bien. " Et il s'adresse au troisième élève: " Et toi? "
" Monsieur le curé, j'ai également aidé à une vieille dame à traverser la rue. "
Le curé ne cache plus son étonnement: " Vous avez vraiment trouvé trois vieilles dames qui ne pouvaient pas traverser la rue toutes seules? "
" Non, non! font les trois garçons en choeur, c'était la même dame. "
" Une seule dame ? Et elle avait besoin de l'aide de trois garçons? "
" Monsieur le curé, même à trois c'était rudement difficile. Mais on a finalement réussi! La vieille dame, elle était furieuse, elle ne voulait absolument pas traverser. "
Ne devenez jamais un serviteur, sinon vous passerez votre vie à chercher l'occasion de vous " sacrifier ", en d'autres termes de vous faire valoir dans ce rôle. Et vous en voudrez à ceux qui n'entrent pas dans votre scénario, à ceux qui refusent vos " services ". Voyez les services dits publics et leurs effectifs, les fonctionnaires... Ils ont intérêt à vous voir venir à leurs guichets pour tout et pour n'importe quoi et se montrent très malfaisants lorsque vous essayer d'échapper à l'administration. Interdit de se débrouiller sans eux ! Sinon, comment pourraient-ils justifier leur présence ? Le serviteur est en pleine adoration narcissique.
Imaginez un monde d'illuminés, d'être éveillés, totalement conscients, pleins de compassion... Les lépreux ne seraient plus rejetés ni les autres malades. Plus besoin d'hôpitaux, d'écoles, d'universités. Les fonctionnaires, tous les serviteurs des services publiques, n'auraient plus qu'à se convertir ou à se suicider : ils ne trouveraient plus personne à " servir "! Leur ego dégonflé ne pourrait pas encaisser cela.
En donnant ce nouveau non, Prem Dasi, j'ai senti qu'il ne fallait pas le traduire par " serviteur de l'amour ", je m'en souviens très bien. " Au service de l'amour " voilà qui était beau.
Soyez " au service ", mais que cela ne devienne pas un trait de votre personnalité, de votre caractère. J'aime les gens qui n'ont pas de structure, qui n'ont pas de caractère, pas de schéma répétitif.
Les gens qui vivent d'instant en instant, des gens qui répondent aux situations. Sinon, vous n'êtes qu'un esclave qui réagit sur commande.
C'est vrai, vous êtes davantage au service de l'amour lorsque vous êtes authentiquement vous-même, lorsque vous êtes éloigné de toute idée de service. C'est ainsi.
Lorsque vous décidez de rendre service, lorsque vous faites quelque chose pour être serviable, ce n'est plus de l'amour. En étant totalement vous-même, en étant totalement libre, vierge de toute idée de bienfaisance, de charité, de pitié ou de devoir, vous devenez disponible pour l'amour et pour le service véritable. Il n'est plus question de maître et de serviteur ou d'assistant et d'assisté. Il n'est plus question d'un rapport de forces ou de manipulations. Vous servez tout naturellement, parce qu'un amour débordant demande à être partagé. Votre être se déverse en sollicitude, en compassion. "


Osho

 

https://www.facebook.com/OshoPageFrancophone/posts/1219802911440854:0

Osho: "Le service."
Repost 0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 06:42
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout en particulier et le Rien en général. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens