Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 11:37

 

"Aujourd'hui, la tendance est à "l'intégration".
La plupart des offres nous promettent d'adapter
les traditions et les pratiques à notre vie,
plutôt que l'inverse.
Mais est-il vraiment possible de progresser
en pratiquant seulement dans la vie quotidienne ?

Dans les courants non dualistes,
ou qui s'en approchent,
la tension a toujours existé
entre le choix d'une pratique dans le monde,
avec une famille, un travail, etc.
et, d'autre part, une vie retirée, 
entièrement donnée à la pratique.

Parmi les partisans de la retraite longue ou à vie,
il y a le Védânta, le Dzogchen, Mahâmudrâ
et les ordres monastiques catholiques.

Parmi les partisans d'une vie spirituelle dans le monde,
il y a le Yogavâsishta, le tantrisme non dualiste en général,
les tiers-ordres catholiques et la Reconnaissance (Pratyabhijnâ).

Or, en contexte non dualiste,
ce questionnement est réellement pertinent :
si tout est "enveloppé" dans l'essentiel (Dieu, la conscience, l'espace
de la conscience, le jeu divin...),
alors la pratique ne doit-elle pas, elle aussi,
"envelopper" ou embrasser toutes les activités quotidiennes ?

Voilà pourquoi plusieurs sages de ces courants non duels
ne donnent que peu d'importance aux rituels, au yoga
et à la méditation.

Ainsi, Outpaladéva peut-il chanter :

"En ce chemin sans artifices
- chemin de Dieu - 
nul besoin 
de yoga, ni d'ascèse,
ni de cérémonies :
seul compte l'amour"
(Hymnes I, 18)

"Amour" (bhakti) désigne ici l'acte de reconnaître (pratyabhijnâ) chaque acte 
comme une branche vivante de l'Acte divin créateur.
Ainsi, amour et connaissance bien compris
font de la vie quotidienne le temple où l'adepte
s'avance jour après jour vers le Sanctuaire,
à la fois toujours déjà atteint et jamais gagné.
Dans l'approche conciliante de ce maître exceptionnel
que fut Outpaladéva,
mystique et philosophie sont les deux faces
d'une même intimité avec l'Autre,
une proximité si intense
qu'elle rend inutile tout autre pratique.
Dans ce cas, une retraite longue,
une vie retirée, semblent inutile.
"Seul compte l'amour"...

Mais peut-on réellement progresser
sans des retraites longues et rigoureuses ?
Cela me semble indispensable.
D'une manière ou d'une autre,
c'est un passage obligé de la vie intérieure.

Celle-ci, en effet, comporte deux volets :


1) reconnaître l'Essence (notre vrai visage, le silence intérieur,
la présence de Dieu...)


2) stabiliser cette reconnaissance afin qu'elle devienne continuelle.

Sans ce second volet, on plonge, on boit, mais on ressort (ou on retombe) frustré,
avec un indéniable sentiment de gâchis. 


Or, comment "stabiliser" sans une pratique elle-même stable ?


Outpaladéva et certains maîtres dzogchen prônent les "micro-pratiques",
brèves mais répétées souvent. 


C'est sûrement une bonne manière de débuter.
Mais, sur le long terme, le pratiquant va se heurter à un mur :
celui des distractions quotidiennes.
S'il ne stabilise pas sa méditation dans le cadre plus favorable d'une retraite,
comment pourrait-il espérer y parvenir dans les turbulences
de ce monde ?


De fait, même si "tout est divin",
seule la pratique la plus intense possible
permet de vivre cela.


Et ceci est vrai aussi bien pour l'expérience que pour la compréhension.


Cette dernière ne peut s'épanouir que dans le cadre
d'une méditation recueillie. 
Même si, disons, j'étudie le Védânta, et même si j'en capte
certains points, cela ne prendra racine que si je m'y donne
avec une pleine concentration.

Bref, on peut prendre la question par tous les bouts,
la conclusion reste identique :

même si tout est suspendu à la grâce,
même si toujours est toujours déjà accompli,
il faut pratiquer le plus possible,
exercer la concentration,
nourrir la compréhension,
raviver continuellement le feu de l'adoration.

Récapitulons :


dans le quotidien,
il est possible de reconnaître 
notre Essence,
de "s'éveiller".
Mais il est presque impossible
de stabiliser cette reconnaissance
sans retraite ni pratique
intensive, continuelle
et sur une longue durée.


Donc, "s'éveiller" est relativement facile,
mais "stabiliser" est très, très difficile.


Or, "s'éveiller" est certes merveilleux,
mais cela ne suffit pas à rendre heureux,
ni libre.


Il faut encore pratiquer pour que cet "éveil"
devienne une expérience continue,
sans plus aucune distraction.

Sans cela, notre vie intérieure,
malgré ses "éveils",
restera amère et frustrante,
surtout quand les accidents de la vie
surviendront.

Donc, pratiquons."

 

David Dubois

 


http://shivaisme-cachemire.blogspot.fr/

David Dubois:"Donc, pratiquons."
Repost 0
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 11:34
Repost 0
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 08:35
Humour du jour.
Repost 0
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 08:32

 

« La réponse à votre problème, c’est de voir qui l’a. »


Ramana Maharshi

Citation du jour.
Repost 0
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 08:30
Repost 0
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 08:28
Image-citation du jour.
Repost 0
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 08:24
Repost 0
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 08:08

 

"Vous pensez que vous devriez être illuminé. Vous l'êtes déjà.
Vous pensez devoir suivre un chemin pour y arriver. Il n'est pas de chemin.
Vous pensez que l'illumination est un but. Il n'est pas de but.
Vous pensez que vous devez vous transformer vous-même et transformer le monde pour le rendre meilleur. Il n'est rien à accomplir.
Vous pensez pouvoir trouver Dieu en Inde ou au Tibet. Il n'est nulle part où aller. La Conscience est partout la même.
Vous pensez que l'issue de votre parcours personnel est ce qui importe. Cela est égal, quelle que soit la façon dont il se termine.
Vous pensez que l'histoire qui vous arrive est vraie. C'est une illusion, un rêve.
Vous pensez avoir le contrôle de votre vie. Vous n'êtes qu'une marionnette de la Source.
Vous pensez avoir le libre arbitre et la liberté de choix. Il n'y a que la destinée et son déroulement ordonné.
Vous êtes persuadé d'avoir des ennemis. Il n'y a que la Source.
Vous pensez qu'il existe une formule magique pour trouver Dieu. Détendez-vous, vous résidez déjà en Lui.
Vous pensez que le drame de chacun est une réalité. Il s'agit uniquement de jeux de miroirs et d'écrans de fumée.
Vous pensez que Dieu souhaite une conscience plus élevée pour la planète. La Source est uniquement là pour jouer dans la limitation.
Vous pensez que Dieu vous tient pour responsable. Il n'y a pas de karma.
Vous nourrissez jugements, comparaisons, opinions, préférences. Il n'y a que ce qui Est, tel que c'est, exactement tel que cela doit  être.
Vous voulez être quelqu'un d'important et d'apprécié. Soyez, simplement.
Vous redoutez la mort comme l'événement le plus tragique de votre vie. La mort est la fin de la limitation.
Vous espérez une vie meilleure, pour la prochaine fois. Il n'y a pas de soi pour se réincarner. Il n'y a que Source en tant que JE SUIS.
Vous regrettez le passé, vous vous tourmentez dans le présent et vous craignez le futur.
Vous êtes la Source infinie en train de se distraire, détendez-vous !
Vous êtes captivés par de complexes histoires de conspirations. Il n'y a que la Source s'amusant Elle-même.
Vous pensez avoir une raison de vivre. Il n'y a aucun "moi" individuel pour avoir un quelconque dessein. Il n'y a que la Source. Elle a un dessein pour cette apparence.
Vous n'y avez pas accès au travers d'un esprit fini."

 

Satyam Nadeem 

 

« De la prison à l’éveil » Éditions Du Relié 2001

Satyam Nadeem : "Détendez-vous, vous résidez déjà en Lui."
Repost 0
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 08:04

 

" Donner raison à tout le monde.
Au type qui klaxonne comme un fou,
à la personne qui vous pique la place dans le parking,

Au conjoint qui ne vous pas aidé à plier le linge alors qu'il l'a promis.
Il ne s'agit pas simplement de donner raison, mais réaliser que l'autre à vraiment raison, parce qu'il fait ce qu'il fait.

Pourquoi les gens font ce qu'ils font ? Ils le font, parce qu'il le font.
Quand vous faites une chose, vous la faites toujours parce-que dans l'instant, c'est ce qui est à faire.
Vous regrettez ensuite mais vous savez que sur le moment vous ne pouviez pas l'empêcher puisque vous le faisiez.

Les autres sont comme vous. Ils font ce qu'il font, de bien ou de mal, parce qu'il le font, et qu'ils n'ont pas fait autrement.
Le chien qui a de nouveau fait pipi sur votre tapis, a raison. On le sait qu'il a raison, parce que précisément, c'est cela qu'il a fait.

Vous reconnaissez la raison de tous, et alors vous ne vous référez pas à un jeu de comparaison à ce que vous, vous auriez fait.
Les autres ont raison mieux que vous, d'avoir fait ce qu'ils ont fait.
La météo aussi a raison, puisqu'elle est ce qu'elle est.

Quand tous les êtres autour de vous ont raison dans tout ce qu'ils font, dans tout ce qu'ils ont, dans tout ce qu'ils disent et même dans tout ce qu'ils sont, il n'y a plus aucune raison de vous référer à vos opinions. Elles sont là les opinions, mais vous ne les achetez plus pour les vendre aux autres qui ont déjà tout ce dont ils ont besoin: Leur propre raison.

Alors tout est raisonnable, tout est bien, tout est parfait pour vous, tout est précisément ce que vous vouliez, tout est exactement à l'image de votre vision. Tout ce qui entre dans votre regard est accueilli pour sa raison d'être. Pour le fait même d'être. Si cela est, c'est que cela est.

Il n'y a plus de question, rien de mieux, rien de pire, il y a juste être là, au coeur de ce regard qui voit ce qui est, et qui vous pousse peut-être encore à dire: Oh cela est ! Que c'est beau, cela est exactement comme cela doit être !

Et c'est un étonnement, car à l'endroit où vous sentiez le conflit naître en vous, là où se blessait une image de ce qui devrait être, en cet endroit il surgit non plus une identité personnelle et insécurisée, mais un mouvement de naissance de l'amour qui vient et abonde chaque fois que quelque-chose se présente. Il n'y a plus que des appels à aimer. C'est un débordement. "

 

Anne Gaelle
 

Anne Gaelle: "Si cela est, c'est que cela est."
Repost 0
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 08:02
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout en particulier et le Rien en général. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens