Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 07:09

 

« Ici on ne parle pas d’éveil. On laisse l’éveil aux malheureux qui en ont besoin pour s’habiller.
L’éveil, c’est la séparation.
Laissons les éveillés à leur éveil.
Il n’ y a pas d’éveillés, mais des gens qui ont peur.
Qu’est-ce qui éloigne ? Qu’est-ce qui agite ? Qu’est-ce qui créé la confusion ? La peur. La peur de ne rien être.
Tous les savoirs, les certitudes, les directions, ne sont que cette peur en marche.
Tant que je veux suivre un enseignement, une direction, un gourou, je demeure à l’extrême de la confusion.
L’élève veut trouver un maître parce qu’il cherche son papa. A un moment donné on ne cherche plus son papa et il n’y a plus de maître possible.
Il faut laisser les malheureux – ceux qui sont à la retraite, qui s’ennuient ou qui ont des problèmes financiers – être éveillés ; c’est une forme de manifestation dégénérée très significative de notre époque.
On n’a pas besoin d’être éveillé : on a besoin de rien.


Quittez toute voie spirituelle. Restez chez vous. Jetez vos tofus et votre prétention à la paix par l'alimentation, le yoga ou le taî-chi-chuan. Regardez. Ressentez. Regardez combien vous vous enfuyez de la réalité quotidienne. Pas de recette, d'exercice, d'attitude à observer. Être lucide. Sentez la peine, la tristesse, la peur. C'est Dieu en activité. C'est votre chance.
Que pourrait-on enseigner ? Sa propre nullité ? Cela, vous l’avez déjà. C’est ce que nous avons tous en commun.
Il ne peut rien y avoir de plus grand que ce qui est là dans l’instant. 
Le reste est fantaisie.

 
Une démarche spirituelle, c'est vivre avec ce qui est là; ce n'est pas chercher à transformer, à changer, à se libérer.
Le spirituel s'est s'immerger dans l'évidence de l'instant sans vouloir le manipuler ou l'utiliser
Je n’ai besoin de rien pour pressentir ce qui est primordial. Inutile de changer quoi que ce soit en moi.
Il faut vivre la médiocrité : elle révèle l’ultime en nous. Quand je refuse la médiocrité, quand j’imagine, que je projette un supérieur ou un inférieur, des choses spirituelles qui devraient me libérer de la vie quotidienne, là, je suis dans un imaginaire. C’est une forme de psychose.
On veut toujours se libérer de l’agitation : c’est cela l’agitation, c’est cela le manque de respect.
Nous n'avons pas à changer notre vie.

Dans les prétendues voies spirituelles, il y a une espèce de fantasme de perfectionnement, le fantasme de s’épurer, de comprendre, de s’améliorer, de se changer, une espèce de moralisation pathologique qui vient de psychismes déséquilibrés.
Ce qui est fascinant, merveilleux, absolument satisfaisant, c’est ce qui se présente dans l’instant. Il n’y a rien d’autre et il n’y aura jamais rien d’autre. Il n’y a pas une vérité cachée derrière des apparences.
Je n’ai pas besoin de changer quoi que ce soit en moi : mes peurs, mon arrogance, mes prétentions, mes limites, tout cela m’est nécessaire pour pressentir le sans-limite.

Dans la tranquillité, il n'y a nulle part où aller.
Ce que je peux trouver à l'extérieur, je peux le perdre.
Alors je ne vais nulle part, je reste ici, présent.

Le bonheur est ici lorsque je ne prétends plus qu’il est ailleurs. Ce que je veux, c'est ce que j'ai. Si je dois bouger d’un millimètre, ça ne m’intéresse pas. 
Penser qu’il y a plus là-bas qu’ici est un fantasme.
Ce qui est là n’est pas quelque chose à enlever afin de trouver la vérité ; cela se révèle être la vérité elle-même, la vérité qui se cherche. Ce qui m’arrive est donc la vérité, quelle que soit sont expression.

 
Comprendre qu’il n’y a rien à comprendre, rien à acquérir.

 
Ce qui est sombre, c'est la recherche spirituelle moderne –  la prétendue recherche spirituelle. C'est cette espèce de fuite de l'instant.

 Par contre, ce qui est merveilleux, ce qui est «auspicieux», c'est la guerre qui s'approche, ce sont les cataclysmes qui viennent, parce qu'ils remettent profondément en question l'être humain, lui font poser de véritables questions. Tout le reste le fait dormir.

La spiritualité est un concept.

La spiritualité est une fantaisie, une psychopathie
La spiritualité, c’est uniquement ce qui est là dans l’instant.

Le son de la pluie est plus épuré et plus direct que toute formulation métaphysique ou spirituelle. »

 

Eric Baret

Eric Baret: "Je ne vais nulle part, je reste ici présent."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout en particulier et le Rien en général. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens