Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 08:14

 

"Grâce à la source sacrée de son Etre, l'homme a la possibilité de vivre l'expérience intérieure, de subir des métamorphoses, et d'éveiller des forces témoignant d'une réalité plus profonde que celle reflétée par l'édifice de son propre esprit !
L'homme peut découvrir en lui cette Réalité qui, s'il s'en laisse pénétrer, le libère de la crainte de la mort, lui fait accepter ce qui est insupportable à sa raison ; et dans la mesure où il se trouve justement des plus solitaire, libère en lui une mystérieuse présence d'amour.
Le chemin de cette foi-là doit nécessairement passer par le détour de l'esprit humain ; ce n'est que l'échec de ce détour qui rend l'homme conscient et mûr, et lui permet d'entendre, en lui-même l'esprit de la vérité.
L'être est une réalité qui nous appelle intérieurement à travers une souffrance particulière ; il est la véritable Réalité, en nous et en chaque chose ; la vraie racine du sujet humain en face de laquelle notre moi n'est qu'un pseudo-sujet. 

Cet être caché par le moi existentiel, est le grand partenaire de notre vie ; si nous écoutons sa voix, il se révèle en sa qualité d'esprit sauveur.
Sauveur, en ce qu'il nous conduit à nouveau à l'Unité essentielle, nous donnant d'une façon totalement différente la sécurité, la perfection et la totalité. Seule l'expérience issue de notre Etre, qui nous enseigne que toute chose a sa finalité -- même la mort, le non-sens apparent et la solitude -- ouvrira l'homme à cet être en lui, en sorte qu'il ne s'irrite plus de sa limitation temporelle.
Comment cet Etre se manifeste-t-il ?
Un critère certain est le fait que notre Etre exige toujours de nous l'acceptation de la vie totale, telle qu'elle se présente, avec sa douleur et sa souffrance ; et que faisant fi de nos aspirations égoïstes, il ne tolère aucun repos, aucun arrêt ; bien au contraire, il exige que nous soyons toujours prêts au lâcher-prise, à accepter la mort.
Quel est le facteur décisif qui, dans n'importe quelle situation, procure le calme intérieur durable ; cette source de paix bienfaisante pour les autres?
Voici la réponse : pouvoir abandonner cette résistance à ne pouvoir admettre, même vis-à-vis de soi-même, ses propres fautes et faiblesses ; à ne pas être capable de descendre du piédestal sur lequel on s'est mis ; non seulement vis-à-vis des autres mais vis-à-vis de soi. C'est là une vieille vérité.
Une des tâches les plus difficiles donnée à l'homme est de renoncer à lui-même, au désir de se mettre en avant, à vouloir que le monde corresponde à l'idée qu'il s'en fait.
Seule l'indépendance qui jaillit du tréfonds de notre Etre, et dont la croissance dépend non seulement de la reconnaissance de nos dons, mais également de leurs limites, est à la racine de cette "confiance" et de cette fierté authentique car elle est solidement fondée en elle-même.
La condition de toute fécondité est la capacité d'union avec un autre, c'est-à-dire celle d'ouvrir les barrières derrière lesquelles on se protège.
Mûrir c'est apprendre toujours à nouveau. La première vertu spirituelle est une objectivité incorruptible. La deuxième vertu est une calme assurance reposant sur un ensemble de valeurs objectives. La troisième est le témoignage de la profondeur.
C'est donc encore un signe de maturité que de rester ouvert à la transformation perpétuelle.
Le deuxième signe de maturité est une sérénité qui ne se laisse jamais assombrir.
Le troisième signe est une bonté immuable.
Devenir un avec la source de notre Etre : tel est le chemin de la maturité intérieure. Le tout est de comprendre les signes, de les écouter et de les suivre fidèlement.
Manifester dans l'existence l'Etre qui est au-delà du temps et de l'espace, et par là même réaliser son être essentiel métapsychique, dans, et à travers la personnalité psycho-physique, telle est la destinée de l'homme.
La renaissance est un événement qui n'est pas réservé aux chrétiens ni aux représentants d'une autre croyance. Elle correspond à une aspiration fondamentale appartenant à la piété pré et post-théologique de tout homme ; elle prend racine dans toute expérience humaine fondamentale possible à un certain niveau de maturité.
Afin que la lumière surnaturelle resplendisse, trois conditions sont nécessaires
Avoir l'intuition de l'Etre
Demeurer dans l'Etre
Se fondre dans l'Etre : sentir, s'ouvrir, s'intégrer

Vivre et cheminer un chemin conformément au devenir de son propre Etre, faire coïncider l'existence vécue, au jour le jour, avec notre Etre pressenti ; telle est notre destination.
La conscience de soi est le sentiment spontané d'une valeur propre une conscience chargée de la plénitude de l'Etre, remplie d'une promesse intérieure qui rend fort et sûr de soi, tout en procurant un grand calme ayant sa source en lui-même.
Le sens de la méditation est de rapatrier l'âme dans cet Etre qui ne s'ouvre que par l'expérience révélatrice et qui purifie l'homme de la domination du rationnel.
Mûrir, humainement parlant, consiste à vaincre l'aveuglement de l'autonomie du moi et du monde objectif, puis à découvrir le vrai Soi profond qui vit et oeuvre librement en puisant à la source de son Etre essentiel.
L'homme est prêt à s'engager sur le chemin de la maturité lorsqu'il a atteint les limites de son pouvoir naturel.
La maturité dont le fruit est le nouvel homme présuppose la fusion du moi et de l'être essentiel à son assurance, à sa suffisance, à son autonomie imaginaire.
Ce ne sont ni des paroles, ni des actes, ni des oeuvres qui attestent la vérité de l'Etre, mais ce qui dans le silence émane directement du noyau de l'Etre."


K. G. Dürckheim

 

 Dürckheim: "Avoir l'intuition de l'Etre Demeurer dans l'Etre Se fondre dans l'Etre."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de RV
  • Le blog de RV
  • : Bavardage sur le Tout et le Rien en particulier. Psittacisme sur Ce qui est.
  • Contact

La Vie est ce qui est

cequiest:

"Et ceci est ce qui arrive… lire ces mots, entendre des sons, ressentir, penser « alors, et après ? ». Et bien « après » est encore ceci ! la Vie étant simplement ce qui est… l’avènement dans l’anéantissement, la fin dans le commencement, le rien dans le tout."
                                                                                                                                                 Tony Parsons

Rechercher

Le Paradis est déjà là !



"Nous prétendons que nous avons perdu la paradis seulement pour la joie de le retrouver à nouveau. Quand le paradis est retrouvé , il est réalisé qu' il n' avait jamais été perdu.
Mais aussi longtemps que nous cherchons le paradis, il est impossible de remarquer qu'il est déjà là."
                                                                                                                                         Richard Sylvester

Relaxe toi, tu es déjà arrivé !

Vous imposez des limites à votre véritable nature d'être infini, puis vous vous désolez de n'être qu'une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l'existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?        

                                                                                                                                              Ramana

Liens